Noir et blanc extrême et photographie de rue

Quand on observe les photographies actuelles prises dans la rue, on remarque tout de suite le noir et blanc extrême. Les zones d’ombres occupent une part très importante. Les noirs sont denses et laissent parfois peu de place à la lumière. Parfois, le côté obscure laisse juste entrevoir le sujet principal de l’image. Autrefois, on s’arrangeait pour éviter les noirs bouchés. Maintenant, on n’y va pas avec le dos de la cuillère. Les modes changent. Le contraste élevé fait son effet auprès du public.

Photographie de rue contrastes élevés - ESP B&W

Je ne critique pas ce style de photos. Je suis tombé moi aussi dans le panneau. En numérique comme argentique, je pioche la lumière dans les zones claires et j’augmente légèrement le contraste en post-production ou au niveau du scan. Pour un effet maximal, il vaut mieux attendre les fortes lumières. Ce genre d’image fonctionne aussi très bien avec les photos de nuit. On arrive facilement à pousser les contrastes grâce aux lumières artificielles de la ville. Le noir et blanc extrême est très tendance aujourd’hui mais peut-être que les photographes reviendront à des noir et blanc plus nuancés à l’avenir. Qui sait ?

2 réactions sur “Noir et blanc extrême et photographie de rue

  1. Tu as raison, Fred. Il y a un peu d’abus à forcer les noirs mais cela tient à l’accessibilité de tout le monde à des outils tels que Lightroom et Photoshop. La post production devient qqfois la partie la plus importante de la réalisation. Surtout quand celle-ci est un peu « ‘faible » (!). La sous expo volontaire (ou involontaire, j’en sais qq chose) est aussi un moyen de la jouer dur. Est-ce un style ?

  2. Evolutions stylistiques, goûts et couleurs, effets de mode… finalement peut importe à mes yeux (au propre comme au figuré), chacun fait bien ce qu’il veut (ou peut). Mais j’ai quand même quelques éléments de réflexion qui me passent par la tête. D’abord sous l’agrandisseur, j’ai toujours peiné à obtenir les contrastes que je souhaitais. Certainement par manque de persévérence, ou d’argent, ce qui n’est d’ailleurs pas incompatible. Toujours trop ou pas assez, ou pas dans la gamme de tons souhaitée, bref… l’outil numérique, les infos en ligne et le ctrl+Z sont d’un grand secours quand il s’agit d’avoir pleinement la main sur le rendu que l’on cherche. Surtout pour l’éternel « crève-la-dalle » que je suis. Toujours est-il que mes n&b, souvent très contrastés (mais pas toujours) me paraissent bien plus satisfaisant aujourd’hui…

    Et puis si je reconnais qu’avoir du vrai noir dans une image est (peut-être) plus une affaire de goût qu’une véritable nécessité, je concède volontiers que c’est un outil bien pratique pour « simplifier » des photos réalisées dans la rue à 100 à l’heure où l’on n’a pas toujours l’occasion (voire la chance) de tomber sur une composition impeccable. Vous le savez: ça se passe parfois trèèèès vite!

    De toutes manières il faut préserver ces satanées hautes lumières en numérique, et la dynamique de nos capteurs, même modernes, n’offre pas l’étendue de celle d’un film, encore moins de nos yeux. Tant qu’à devoir renoncer à ça, l’écraser est à mon sens un choix stylistique valable. Ne pas le faire également.

    Amicalement, Baptiste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s