En basse lumière avec la Fuji X-Tra 400

fuji x-tra 400 Lille

La pellicule Fuji X-Tra 400 peut être utilisée pour toutes sortes de photographies. Elle permet surtout de continuer à photographier quand la lumière vient à manquer. La Fuji X-Tra donne de bons résultats en basse lumière. J’aime bien cette pellicule couleur pour les sorties en ville et les photos du soir.

Vous voulez découvrir plus de photographes ou partager vos images argentiques ? Je vous recommande ce groupe Facebook : Analog Photography

Photographie de rue argentique à Lille

photo de rue argentique à lille

Avec une Kodak Tri-X 400 chargée dans l’appareil, comment ne pas succomber à la tentation ? À Lille, comme dans toutes les grandes villes, la photographie de rue se pratique aussi en argentique.

 

Ilford FP4 pellicule noir et blanc grand soleil

Ilford FP4 pellicule grand soleil

La pellicule Ilford FP4 est parfaite pour les jours ensoleillés. Dans un compact argentique comme le petit Olympus Mju II, elle produit de belles images en noir et blanc sans vous compliquer la vie.

Si vous ne savez pas comment exposer la FP4 en plein soleil, rappelez-vous la règle du F16 et tou ira bien. Le film a une sensibilité de 125 ISO. Il vous suffit donc de régler la vitesse sur 1/125 et le diaphragme su F16. Sinon en décalant l’exposition, une vitesse à 1/250 donnera une ouverture à F11 et pour atteindre le 1/500, ouvrez à F8. C’est tout simple.

Je vous souhaite de bonnes photos en argentique.

 

Hôtel de ville

Les reportages en entreprise et les commandes portraits n’ont pas laissé beaucoup de place aux travaux privés ces derniers temps. Parfois je ressens le besoin de choisir mes thèmes photo, surtout en argentique. J’aimerais reprendre le contact avec la rue sans pour autant m’investir dans la street photography. La rue peut être exploitée de tellement de façons différentes. Certaines photos prises lors de mes prestations me rappellent des projets personnels inachevés ou simplement imaginés. En voyant ces ombres et lumières dans la ville, j’avais envie de photographier la rue avec la dernière Ilford FP4 qu’il me restait. La lumière est magnifique depuis plusieurs jours dans le Nord mais le vent froid a eu raison de mon enthousiasme. L’après-midi sera donc uniquement consacré à une séance studio en noir et blanc.

Modèle alternatif – Portrait en noir et blanc argentique

Portrait modèle photo alternative en noir et blanc argentique

 

En argentique comme en numérique, je suis un indécrottable du 24×36. Après toutes ces années à photographier des personnes, je n’ai jamais cadré avec autre chose. Pourtant, il existe des formats encore mieux adaptés à la photographie de portrait. Je pense notamment au format 6×6 ou 4,5×6. Il serait peut-être temps que je m’intéresse sérieusement au moyen-format.

La ville en gris – Photographie argentique – Pellicule Kodak TMAX 100

C’est terrible, la lumière ne pénètre pas dans les rues. Les 100 ISO suffisent à peine. Mon posemètre m’indique 1/90 à F8. Il est 10h00 du matin et tout est si sombre. La ville paraît grise. Un(e) photographe de rue choisirait certainement une pellicule d’une sensibilité minimale de 400 ISO et vu les conditions actuelles de luminosité, il ou elle ne se gênerait pas pour l’exposer à 1600. J’ai choisi de poursuivre les prises de vues avec la Kodak TMAX 100. J’ai peut-être eu tort.

Ce qui est sûr, c’est que l’absence de lumière ne favorise pas les contrastes. Les images paraissent ternes et parfois d’une platitude déprimante. Il faudrait adapter les ISO en fonction comme en numérique. On ne se balade pas toujours avec toute la gamme des sensibilités disponibles en argentique. J’aurais pu changer pour une 400 ISO et l’exposer à 800 ou 1600 ISO par exemple. Les images auraient une autre gueule.

Si vous voulez voir ce que donne une pellicule noir et blanc 400 ISO poussée à 12800 ISO : Kodak Tri-X400, TMAX 400, Ilford Delta 400 et HP5 400 poussés à 12800 ISO !

 

Photographies de rue à hauteur de hanche

Patrice Cotteau, un photographe à la retraite, imprégné par les maîtres de la photo américaine, opère furtivement dans la rue avec son Leica placé à hauteur de hanche. Le déclenchement est instinctif. Malgré mes 25 années de pratiques de la photo, j’en apprends beaucoup en observant ses négatifs. Il faut dire que Patrice Cotteau traîne derrière lui une sacrée expérience de la prise de vue et du noir et blanc argentique. Quand il photographie les gens, il va au contact direct. Il déclenche de manière instinctive et la plupart du temps sans être repéré. Cette technique qui consiste à photographier à hauteur de hanche offre des plans parfois très dynamiques. Le résultat ne lui plaît pas à chaque fois. L’homme est très exigeant. Il me confie la numérisation de ses films noir et blanc, de la Tri-X souvent exposée à 800 ISO. C’est avec un grand plaisir que je partage avec vous une infime partie de son travail.

Crédit photo : Patrice Cotteau

Crédit photo : Patrice Cotteau

Crédit photo : Patrice Cotteau

Crédit photo : Patrice Cotteau

Crédit photo : Patrice Cotteau

Crédit photo : Patrice Cotteau

Le portfolio de Patrice Cotteau sur Flickr.

Mousquetaire, Arlequin et danseuse de samba – Photographies noir et blanc

cARNAVAL COMINES 2016 NB LR-5

Carnval de Comines Arlequins NB-5

_MG_4602-2

Carnval de Comines Batacuda danseuse NB-5

Carnval de Comines tambours NB-5

cARNAVAL COMINES 2016 NB LR-4

Cadrer dans la rue avec un Canon EOS 5d

_MG_4802-2

Un Canon EOS n’égale pas un Leica pour cadrer en photographie de rue. La visée du télémétrique est pratique pour anticiper et ne rien louper de l’action. Mais on fait avec. Quand j’utilise le Canon EOS 5D, j’ai l’impression que le geste est plus lent par rapport à un simple 24 x 36 argentique. Si je compare ma façon de cadrer entre le gros reflex et le petit Olympus, je constate que je ne photographie pas de la même manière. Dans un cas, je prépare mon cadrage à l’avance et j’attends que le sujet entre dans le cadre. Et dans l’autre cas, j’aime assez suivre le mouvement du sujet et déclencher en bougeant. Cadrer dans la rue avec un canon EOS 5D, ce n’est pas ce que je préfère mais cela m’oblige à photographier différemment.

Je comprends les adeptes des hybrides compactes avec écran orientables. Ces nouveaux appareils photo ont un avantage certain sur le terrain par rapport aux reflex. On réagit certainement plus vite avec ce genre d’outil qu’avec un EOS 5D. Les Lumix GX7 ou Canon nouvelles générations sont bien taillés pour les photographe nomades. Enfin, c’est un point de vue personnel.

Kodak Tri-X, la meilleure pellicule en photographie de rue

J’ai commencé à photographier dans la rue parce que je ne trouvais pas assez de sujets intéressants pour assouvir ma soif de photographies noir et blanc. Je voulais simplement produire du beau noir et blanc. J’avais besoin de m’entraîner. La rue était un prétexte. Elle m’offrait la possibilité de produire des images sans limite. Au fil des années, photographier dans la rue est devenu une habitude. J’ai rapidement adopté la Kodak Tri-X.

La Kodak Tri-X 400 est parfaite en toutes circonstances. Elle assure même lorsque la lumière est médiocre. Beaucoup de photographes ne remplaceraient pour rien au monde la Tri-X par une autre émulsion. L’attachement est grand. Ses détracteurs lui reprochent son grain trop dur et trop visible. Ceux qui préfèrent les images lisses et propres, passez votre chemin. Son aspect rugueux colle bien à la réalité de la rue. La Kodak Tri-X est certainement la meilleure pellicule en photographie de rue.