eos 30v canon argentique

Photographie noir et blanc avec le Canon EOS 30v

Depuis deux décennies, je cumule pas mal de matériel photo argentique. Il est temps de faire le ménage. Pour l’occasion, j’ai ouvert une section matériel photo à vendre en prévision des futures mises en vente. En vérifiant mes archives, je me rends compte avoir réalisé énormément de photographies noir et blanc argentiques avec le Canon EOS 30V.

Poursuivre la lecture de « Photographie noir et blanc avec le Canon EOS 30v »

Pentax P30n et 28 mm l’argentique facile

Le Pentax P30n est un appareil photo argentique à la portée de n’importe quel utilisateur : débutant, grand débutant ou même expert… Il est parfait pour débuter en argentique. Les seuls réglages à faire sont ceux de l’ouverture en mode Auto. La vitesse est automatiquement sélectionnée par le boîtier. En mode manuel, on règle à la fois l’ouverture et la vitesse. La sensibilité ISO du film est prise en charge par le P30n. Il est impossible de choisir soi-même la sensibilité. Autrement dit, on ne peut pas exposer notre Tri-X préférée à 800 ou 1600 ISO. IL n’y a pas non plus de molette pour compenser l’exposition comme sur l’Olympus OM2n ou le Nikon FM. Pour cela, il faudra diminuer ou augmenter la vitesse d’un ou plusieurs crans par rapport à ce que préconise le boîtier dans le viseur.

Des boîtiers argentiques comme celui-ci, il y en a beaucoup sur le marché de l’occasion. Chez Nikon, vous retrouverez un équivalent dans le FM10. Ces sont des appareils conçus pour le grand public mais il ne faut pas pour autant les dénigrer. Je les trouve agréables à utiliser en photographie de rue. Ils sont compacts et ont peut toujours visser une bonne focale fixe. Avec le Pentax P30n, on peut réellement faire de bonnes photos argentiques sans se prendre la tête. Et puis, c’est l’occasion de se mettre au mode manuel.

Inspiration photo : les ombres de la rue

Inspiration photo les ombres de la rue

On peut être dans les deux camps : composition étudiée au millimètre dans un style graphique ou travailler à l’instinct comme Daydo …

Vous aimez le beau noir et blanc et les images mystérieuses qui ne dévoilent pas tout ? Visitez le portfolio de Chet Bak, vous ne serez pas déçu(e).

Kodak Tri-X dans la rue

Un événement à l’américaine dans le Nord, encore un bon prétexte pour sortir faire des photos de rue avec la Kodak Tri-X. Peu importe le matériel photo, un Leica ou un reflex Canon, Nikon, Olympus … photographier dans la rue avec la Kodak Tri-x est un régal.

Kodak Tri-X 400 dans la rue
photo de rue en argentique - Motards et style américain - Kodak tri-X
Dans la rue avec la Kodak Tri-X

Débuter en photographie noir et blanc dans la rue

Lorsque j’ai commencé à photographier dans la rue à Glasgow, c’est parce que je savais que j’allais tôt ou tard quitter cette ville. Le job payait bien mais il m’ennuyait à mourir. Je photographiais dans la rue pour ne pas oublier les ambiances des quartiers que j’aimais bien fréquenter. De retour en France, j’ai conservé ce rituel du dimanche matin. Je pratiquais déjà la photo bien avant 2001 mais c’est dans la rue que tout a réellement commencé pour moi. C’est ce qui m’a poussé à devenir photographe indépendant.

Poursuivre la lecture de « Débuter en photographie noir et blanc dans la rue »

Tirer le rideau sur la photographie de rue ?

Je ne photographie plus pour le plaisir de photographier

Avant de basculer complètement dans la photographie sociale, je pratiquais la photographie de rue pour le plaisir. Le dimanche matin, je m’offrais une parenthèse dans mon train-train quotidien. Peu à peu, cet exercice a laissé la place au portrait en partie parce que je n’arrivais plus à trouver un quelconque intérêt dans ce type de photographie. Puis j’ai dû me résoudre à abandonner la photo de rue, un loisir chronophage quand on cherche à construire un beau portfolio et c’est loin d’être évident, croyez-moi. Mais aujourd’hui, j’ai à nouveau besoin de photographier pour le plaisir et je n’ai plus envie de tirer le rideau sur la photographie de rue définitivement. 

Poursuivre la lecture de « Tirer le rideau sur la photographie de rue ? »
photo de rue argentique à lille

Photographie de rue argentique à Lille

photo de rue argentique à lille

Avec une Kodak Tri-X 400 chargée dans l’appareil, comment ne pas succomber à la tentation ? À Lille, comme dans toutes les grandes villes, la photographie de rue se pratique aussi en argentique.

Il n’y a pas que la street en noir et blanc

pellicule noir et blanc histoires de photos
Écluse de Quesnoy-sur-Deûle – Pellicule noir et blanc AGFA APX 100

Les thèmes photos noir et blanc en dehors de la photographie de rue

Le noir et blanc a conquis les passionnés d’argentique comme moi tombés dans la soupe bien bien avant l’arrivée du numérique et des smartphones. Mais le noir et blanc intéresse aussi ceux qui se revendiquent photographes de rue. La photo en noir et blanc fait partie intégrante de leurs portfolios. Ce sont souvent des connaisseurs ( amateurs ou non ) et admirateurs des grands maîtres comme Winogrand. Les photographies de Winogrand sont exceptionnelles. Malheureusement, nous ne sommes pas tous auteurs de chefs d’œuvres en noir et blanc. D’ailleurs, j’ai toujours considéré la photo de rue comme étant un art difficile. Alors, je choisis souvent la photo facile. Je m’éloigne de la photographie de rue très tendance actuellement, celle qui consiste à cadrer des visages en gros plan et je me concentre plutôt sur mon noir et blanc. Ce qui m’intéresse, ce sont les contrastes, les textures, les formes, les silhouettes et une tonalité spécifique. J’aime beaucoup les noirs profondsPoursuivre la lecture de « Il n’y a pas que la street en noir et blanc »

Dans la rue avec une pellicule Kodak ColorPlus 200

Entre deux rendez-vous professionnels, il n’est pas rare que je sorte le vieil Olympus. J’emporte le petit reflex argentique dans les rues du Vieux Lille histoire d’imprimer de temps en temps une pellicule couleur. Bien souvent, j’utilise de la Kodak ColorPlus parce que son prix est abordable. Le but est de ne pas perdre la main et de conserver le lien avec la photo de rue ( même si ce que je prends ne s’apparente pas vraiment à la photographie de rue ). Le compteur de vues n’avance jamais rapidement. Je fais une ou deux vues et je reprends ma route. En général, c’est un jeu de couleurs associé à une certaine lumière qui me donne envie de déclencher. Il n’y a rien d’exceptionnel dans mes images. Je me laisse guider par mon instinct. C’est surtout le plaisir de travailler la couleur qui m’anime.

Par contre, le boîtier peut rester inactif pendant des jours et reprendre du service sur un coup de tête. Les photos qui se succèdent n’ont parfois rien en commun. Il m’arrive aussi d’oublier la pellicule dans la boîte à films et de ne pas la développer avant des mois. Je découvre avec surprise les images et parfois je suis déçu. J’essaie de retrouver un bon équilibre des teintes au moment du scan. Les couleurs ne sont pas toujours fidèles à la réalité mais ce n’est pas très important. Le logiciel de numérisation propose des rendus différents à partir d’une liste de films argentiques. Parfois, je bascule d’un négatif à l’autre et je choisis un type de film en fonction de mon humeur.

Une petite précision concernant le service de numérisation que je propose. Je ne scanne que les négatifs noir et blanc au format 35 mm et 120 mm. Veuillez me contacter via cette page.

Depuis ce jour, je n’ai pas photographié dans les rues de Lille une seule fois. 

Le travail de la couleur en photographie de rue

Le travail de la couleur en photographie de rue

Quitte à faire de la couleur en photographie de rue, autant choisir des lieux où les couleurs attirent l’œil plus que le reste. La couleur joue un rôle prépondérant en photographie de rue. Elle mérite notre attention et notre reconnaissance, surtout lorsque la lumière du jour est belle. Si c’est le cas, on peut même envisager la photographie de rue avec la couleur comme sujet principal. C’est l’idée que j’ai retenue en parcourant les rues de Lille ce matin. L’inspiration ne vient pas toujours facilement. Parfois on cherche la photo insolite mais les situations qui sortent de l’ordinaire ne se présentent pas à tous les coins de rues. Et comme la lumière et les beaux contrastes faisaient ressortir les couleurs vives, je suis parti en quête de façades colorées et d’enseignes aux couleurs vives.  Poursuivre la lecture de « Le travail de la couleur en photographie de rue »