Inspiration photographique dans la rue – La couleur comme sujet photo

Dans la rue, il y a toujours moyen de trouver un nouveau sujet photo à traiter si on observe bien. On a tendance à tourner constamment autour des mêmes sujets. C’est normal, c’est humain. Tenter de se  renouveler en allant vers des sujets différents, j’avoue que ce n’est pas facile. Les couleurs de la ville, c’est un sujet photo qui m’inspire. Cela faisait longtemps que je voulais réaliser un travail coloriste dans la rue de la gare de Lille entre le Tri-postal et Eurallile. La couleur comme sujet photo est une bonne idée mais il faut un angle d’attaque original sinon le spectateur s’ennuie. Alors, j’ai contourné le problème en demandant à Claire de poser devant mon objectif là où la couleur domine. Photographier une personne est pour moi plus facile que de photographier l’architecture d’un bâtiment. Claire a eu la bonne idée de choisir une tenue vestimentaire dont les tonalités tranchaient ou au contraire se mariaient bien avec celles des murs peints et des graffs. Mon but était de travailler la couleur comme je l’aurais fait il y a 15 ou 20 ans avec un film argentique et un objectif 50 mm.

J’ai toujours été impressionné par la palette de couleurs dans les photos de Miguel Rio Branco. Il est l’un des photographes qui m’a le plus inspiré avec ses « couleurs sourdes » comme il les appelle. C’est pour cette raison que j’aime beaucoup les films riches en couleurs comme les diapositives Fuji Velvia et Provia. En numérique, j’essaie de retrouver les nuances propres à certaines pellicules mais il y a toujours trop d’éclat à mon goût. Avec un film couleur, les tons et les couleurs ne sont pas reproduits comme l’œil les perçoit et chaque émulsion donne un rendu différent d’un même sujet. C’est aussi ce qui me plaît en argentique. Les photographes peuvent sélectionner la palette de couleurs qui leur convient. Avec les technologies actuelles, on est capable de reproduire la réalité fidèlement mais le résultat est parfois décevant. Les couleurs vibrantes et la brillance me dérangent. Je préfère encore un rendu moins réaliste mais plus doux.

Pour obtenir des couleurs denses mais pas trop saturées, je préfère éviter les hautes lumières. Photographier en plein soleil aboutit à des couleurs vives. Tandis que sous un ciel couvert ou dans un lieu ombragé, les couleurs apparaissent denses si on prend garde de ne pas surexposer. De plus, l’exposition est plus facile à gérer à l’ombre qu’en plein soleil et le post-traitement est plus facile. Exceptionnellement, j’ai placé un filtre polarisant sur l’objectif. Normalement, ce n’est pas nécessaire en numérique mais il permet d’atténuer la brillance et il renforce les couleurs. Le polarisant peut devenir une aide précieuse pour ceux qui travaillent exclusivement en Jpeg et fuient les logiciels de retouche.

Grâce à Claire, j’ai pu exploiter les couleurs des lieux sans me poser trop de questions. Je ne voulais pas juste photographier une rue ou un mur. Non seulement, le rendu des couleurs correspond à ce que je cherchais mais en plus, étant un grand fan du rouge en photographie, je fus gâté. Un grand merci à Claire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s