Inspiration photo : créer un certain style de noir et blanc

Olympus OM et Ilford HP5

Il y a le photographe qui supprime les couleurs et puis il y a celui qui créé son propre style en noir et blanc.

Voilà comment j’aimerais que mes photos noir et blanc soient tout le temps : baignées de lumière. Grâce à cette lumière généreuse on obtient des noirs profonds. Mon propos peut vous sembler obscure mais c’est pourtant clair. Le style ici recherché est une photographie aux contrastes élevés. C’est la lumière qui créé les ombres. J’aime quand le noir et blanc est dur. Pour obtenir cette densité de gris et un noir charbonneux, j’expose pour les hautes lumières. Je sais, je vais à l’encontre des recommandations en noir et blanc argentique. En pratique, il faudrait toujours exposer pour les ombres mais je préfère créer mon propre style de noir et blanc.

Une photo noir et blanc ne se créé pas en supprimant les couleurs. La véritable photo noir et blanc est issue d’un film argentique

C’est rigolo parce que au moment où j’écris ces mots, je reçois un mail de mon ami Patrice, grand amateur de photo en noir et blanc, qui m’explique vouloir exploiter un peu plus ce style de noir et blanc. Exposer pour les hautes lumières mais sans exagération revient à faire baisser les niveaux de gris dans des valeurs plus denses que la moyenne. Il faut alors accepter les ombres bouchées. Et si on va trop loin dans la sous exposition, on perd toutes nos chances de récupérer des détails dans les ombres. Un film trop clair est synonyme d’une forte sous-exposition. Alors attention à ne pas partir dans les excès.

En réalité, je ne créé pas un style de photo en travaillant le noir et blanc de la sorte. Ce serait prétentieux de ma part. On ne créé rien, on adopte une façon de travailler. Je me suis inspiré des photographes que j’apprécie, c’est tout. J’applique la méthode presque systématiquement. Si le contraste voulu ne peut pas être obtenu parce que la lumière est médiocre alors on peut employer une autre méthode : amener la lumière artificielle. J’utilise peu souvent le flash mais c’est un excellent allié si on veut apporter du contraste quand tout est plat.

Dans ce cas de figure, je préfère utiliser le flash en mode manuel. Je reprends le même principe de fonctionnement qu’en lumière naturelle. La lumière du flash étant la source de la lumière principale, j’expose pour le flash. Le flash est par exemple maintenu à 1/8 de sa puissance. L’exposition est calculée à l’aide du Sekonic L308S. L’ouverture est déterminée en fonction de la quantité de lumière délivrée par le flash. C’est simple, rapide à mettre en œuvre et efficace. 

Si le dosage de la lumière est bon, le recours à Photoshop est quasiment inutile. Pour ne pas prendre trop de risque au moment de calculer l’expo, il vaut mieux prendre la lumière sur les tons moyens clairs comme le visage du modèle par exemple. Les films argentique, je le répète, encaissent bien la sur-exposition. Les films que j’aime exposer afin de créer ce style d’image sont les Kodak Tri-X, Kodak TMAX 100 et 400, Ilfdord HP5, Rollei Retro 80s, Agfa APX100. Je pense essayer aussi la Fomapan un jour ou l’autre. Cette pellicule me semble intéressante.

Je ne suis pas le seul à exposer pour les hautes lumières. En photographie de rue, la technique est devenue une marque de fabrique de beaucoup de photographes. Il suffit de faire un rapide passage sur Flickr pour s’en rendre compte. J’aime moi aussi faire le jeu des ombres et de la lumière quand je photographie la ville. D’autres photographes ont développé une photographie noir et blanc bien à eux. J’aime beaucoup les photos de Simon Becker par exemple. Son style correspond exactement à ma vision de la photo en noir et blanc.

Photo hors limites : double exposition argentique

Le mystère du noir et blanc argentique
Comme vous pouvez le voir, je me suis remis à la double exposition argentique. J’aime beaucoup cette idée de superposer un portrait avec l’architecture environnante. Pour ceux qui découvrent l’argentique, les deux images sont superposées sur la même vue. Il faut donc prévoir la deuxième prise immédiatement après la première. Je pourrais remplir la bobine d’images de fond par exemple, puis la recommencer à zéro avec une série de portraits mais les images risquent de ne pas se superposer correctement. Il peut y avoir un décalage et ce n’est ni pratique, ni esthétique.  Lire la suite

Hôtel de ville

Les reportages en entreprise et les commandes portraits n’ont pas laissé beaucoup de place aux travaux privés ces derniers temps. Parfois je ressens le besoin de choisir mes thèmes photo, surtout en argentique. J’aimerais reprendre le contact avec la rue sans pour autant m’investir dans la street photography. La rue peut être exploitée de tellement de façons différentes. Certaines photos prises lors de mes prestations me rappellent des projets personnels inachevés ou simplement imaginés. En voyant ces ombres et lumières dans la ville, j’avais envie de photographier la rue avec la dernière Ilford FP4 qu’il me restait. La lumière est magnifique depuis plusieurs jours dans le Nord mais le vent froid a eu raison de mon enthousiasme. L’après-midi sera donc uniquement consacré à une séance studio en noir et blanc.

Inspiration voyage

Lorsque j’ai besoin de changer d’air, je pars en direction de la côte avec un petit 24×36 argentique et deux pellicules. Cela fait du bien de pouvoir déclencher sans but précis et sans contrainte de temps. Un professionnel pour qui j’ai travaillé récemment m’a demandé ce que faisait un photographe en dehors des séances portraits. J’aurais pu lui répondre qu’il aime aussi faire des images pour lui.

photo couleur argentique plage au printemps

Lire la suite

Inspiration photo Instagram

Instagram, ce ne sont pas que des images prises à la volée avec un smartphone à l’intérieur d’un restaurant ou des cadrages en plongée sur les pieds nus dans le sable dans le seul but d’agacer ceux qui sont au travail. Instagram, c’est aussi un vivier de très bons photographes à découvrir. J’en ai repéré plusieurs ces dernières semaines qui méritent vraiment un post. J’aimerais vous en présenter trois pour commencer.  Lire la suite

Inspiration photographique dans la rue – La couleur comme sujet photo

Dans la rue, il y a toujours moyen de trouver un nouveau sujet photo à traiter si on observe bien. On a tendance à tourner constamment autour des mêmes sujets. C’est normal, c’est humain. Tenter de se  renouveler en allant vers des sujets différents, j’avoue que ce n’est pas facile. Les couleurs de la ville, c’est un sujet photo qui m’inspire. Cela faisait longtemps que je voulais réaliser un travail coloriste dans la rue de la gare de Lille entre le Tri-postal et Eurallile. La couleur comme sujet photo est une bonne idée mais il faut un angle d’attaque original sinon le spectateur s’ennuie. Alors, j’ai contourné le problème en demandant à Claire de poser devant mon objectif là où la couleur domine. Photographier une personne est pour moi plus facile que de photographier l’architecture d’un bâtiment. Claire a eu la bonne idée de choisir une tenue vestimentaire dont les tonalités tranchaient ou au contraire se mariaient bien avec celles des murs peints et des graffs. Mon but était de travailler la couleur comme je l’aurais fait il y a 15 ou 20 ans avec un film argentique et un objectif 50 mm.

Lire la suite

Un dimanche matin à la villa Cavrois

 

Ceux qui me suivent sur Instagram ont dû être étonnés de voir de l’architecture parmi les dernières publications. D’habitude, mon travail photographique est centré sur l’humain même lorsqu’il s’agit de projets personnels. Mais cela faisait longtemps que je voulais visiter la villa Cavrois, une œuvre d’art architecturale construite dans les années 30 à Roubaix. Je m’attendais à un intérieur austère. C’est une villa incroyablement moderne et colorée que je découvre. Tout a été pensé dans les moindres détails pour laisser place à la fonctionnalité et le confort. L’esthétique est remarquable par le choix des matériaux, des idées de design. On se croirait dans une maison pilote. Cette villa exceptionnelle qui m’a fait penser à un décor hollywoodien a pourtant bien été habitée par la famille Cavrois jusque dans les années 80. C’est une sortie dominicale que ne peux que vous recommander si vous êtes de passage dans la métropole lilloise. Par contre, j’imagine qu’aujourd’hui ce sera plutôt plage et barbecue.  Lire la suite

Photo de rue un jour de Noël

En général, j’aime assez pratiquer la photo de rue le jour de Noël. Pendant que d’autres émergent difficilement du festin de la veille, je parcours les rues presque désertes. Je mets dans mon cadre les quelques rares badauds qui s’aventurent dans la vieille ville encore endormie. Je suis plus concentré dans le calme. Mais ce matin, ce n’était pas le jour idéal pour une sortie photo dans la rue. La lumière est triste.
photo-argentique-style-anglais-homme-au-parapluie

Même en poussant une pellicule Ilford HP5 à 800 ISO, les contrastes ne donneraient pas grand chose. Je me suis habitué depuis longtemps à vivre un jour de Noël sans neige mais sans une belle lumière, je suis bien moins enthousiaste. Les années précédentes, il me fallait un peu de courage pour sortir affronter le froid. Cette année, j’ai besoin d’une bonne dose de motivation. J’aurais aimé vous montrer une photo de rue prise aux premières lueurs du jour avec comme décor une épaisse couche de neige qui recouvre les chaussées et embellit les parcs. Ce sera pour une autre fois.  Lire la suite

Passage à vide

Ce matin, le vent soufflait fort dans la région. En regardant par la fenêtre, j’ai vu des gens lutter contre cette force invisible tout en essayant de se frayer un chemin au milieu des tourbillons de feuilles mortes. C’est la journée idéale pour créer des images différentes. Mais pourquoi fallait-il justement que ce fichu mal de crâne vienne gâcher la journée ? Au lieu d’affronter les éléments, je suis resté cloîtré chez moi, frustré de ne pas être capable d’affronter les bourasques. Le petit 24 x 36 Olympus et les trois Kodak Tri-X étaient déjà dans le sac photo prêts à capturer les contrastes et les nuances en noir et blanc. La motivation était bien là mais pas la forme. Au lieu de produire, j’ai cherché des idées de création dans les photos de Patrick Zachmann, Gianni Berengo Gardin et de Berenice Abott. Ils n’ont rien en commun mais leurs photos me donnent envie d’aller plus loin dans ma démarche de création.

tirage-art-collection-nord-59-photo-nb

Lire la suite

Portrait noir et blanc argentique : le retour du 85 mm F/1.8

Les portraits en noir et blanc argentique présents dans mon portfolio et sur le blog Histoires de photos sont réalisés avec des reflex CANON et des objectifs autofocus. Lors des dernières commandes, j’ai utilisé des focales fixes et principalement le CANON EF 85 mm F/1.8 USM.

photographe-portrait-noir-et-blanc-wambrechies-kodak-tmax

Si comme moi, vous aimez la photographie de portrait, alors vous avez certainement un objectif de prédilection. Comme chacun sait, les focales fixes offrent globalement une belle qualité d’image. Elles ne sont pas seulement efficaces, elles sont aussi formatrices. Elles nous obligent à trouver la bonne distance avec le sujet. Je n’affirmerais pas que telle ou telle focale soit plus adaptée qu’une autre au portrait. Le matériel est une affaire de goût. Les besoins et les attentes sont différents d’un photographe à l’autre. Certains photographes ne jurent que par le 105 mm, d’autres mettent le populaire 135 mm sur un piédestal. En argentique, rien n’interdit de vous éclater avec un beau 50 mm comme unique objectif pour le portrait ou même un 35 mm lumineux. Les heureux possesseurs d’un Nikon FM, Canon AE1, Olympus OM2n, Pentax K1000 ou Minolta X700 ont accès aujourd’hui à une belle gamme d’objectifs fixes pour le prix d’une carte mémoire de 64 Go. Ce serait dommage de s’en priver.

Lire la suite