Un Olympus monochrome

Je me souviens, un ami photographe lillois, grand amateur de street photography, aimait comparer ses photographies noir et blanc avec les scans des pellicules Kodak TMAX que j’exposais tout au début sur le blog. Il arrivait presque à reproduire les sensations de nuances de gris d’une Kodak TMAX avec son Olympus E-510. Bien que le rendu de ses images prises directement en monochrome était déjà convaincant, il préférait travailler ses nuances de gris lui-même en post-traitement. J’étais séduit par la qualité d’image de son reflex Olympus en monochrome.

La jeune femme au gâteau - décembre 2011 - TMAX 400

Pellicule Kodak TMAX 400

Je pensais avoir trouvé un Olympus monochrome

J’ai eu l’occasion de tester son Olympus E-510. C’est un appareil agréable à utiliser avec ses raccourcis bien pratiques. Mis à part son viseur peu confortable, ce boîtier équipé d’un Zuiko 14-42 me convenait assez bien sur le terrain. J’étais étonné par sa réactivité, un point crucial en photographie de rue. La mise au point était plutôt rapide. Je l’aurais bien adopté à l’époque. Malheureusement, je ne retrouvais pas l’aspect doux et nuancé d’un négatif noir et blanc et je n’arrivais pas non plus à obtenir une conversion en noir et blanc satisfaisante avec Lightroom.

J’avais espéré trouver la solution pour produire un peu plus d’images noir et blanc sans compter le nombre de vues. Parce que déjà en 2008, j’essayais de mettre un frein aux dépenses liées aux développement et l’achat de pellicules. La photo de rue est gourmande en consommables. Pendant un temps, je me suis rabattu sur des négatifs moins chers que la TMAX en attendant de trouver un APN qui offre de beaux noirs et blancs.

Visiblement, ce n’est pas le matériel qui était en cause mais l’opérateur. En vérité, mon ami était doué pour donner à ses images un rendu monochrome proche d’une pellicule Kodak. Je pense qu’il aurait su développer un beau noir et blanc à partir de n’importe quel hybride, reflex ou compact, tant il avait du talent en post-production. Aujourd’hui, il ne photographie plus vraiment. Il a troqué son hybride contre un smartphone acidulé et c’est bien dommage.

Là, je viens d’apprendre la sortie d’une nouvelle version de l’Olympus E-M10. Son look très sympa me rappelle mon Olympus OM, ce qui n’est pas pour me déplaire. Le E-M10 Mark II est un boîtier aux performances plutôt élevées. Je serais curieux de voir la qualité d’image en noir et blanc de cet hybride. Mais comme toujours, c’est le prix qui va me freiner, même s’il est loin d’atteindre celui d’un Leica Q. Pour l’instant, j’utilise toujours de la Kodak TMAX avec les EOS argentiques et le 24×36 Olympus. Ce sont en quelque sorte mes boîtiers monochromes.

Une réflexion sur “Un Olympus monochrome

  1. Pingback: Leica M monochrome ou Kodak TMAX ? | Histoires de photos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s