Pourquoi autant de likes ?

Combien de likes pour une bonne photo ?

Je ne m’étais pas rendu compte à quel point certains individus, en mal de reconnaissance, mobilisaient autant d’énergie à récolter un maximum de likes sur leurs images. Je ne tourne pas le dos au principe du partage puisque la photo est mon gagne-pain. Je m’efforce de diffuser largement mon travail et mes offres sur les différents supports de communication. Mais quand il n’y a pas d’enjeu, quand on photographie pour le plaisir, a-t’on besoin de multiplier les contacts et de liker à tour de bras, juste pour obtenir une étoile de plus ? Lire la suite

La beauté du grain dans les photos noir et blanc de la mariée

Photographe mariage prestation en noir et blanc Nord

Pendant les préparatifs de la mariée, je photographie aussi en noir et blanc argentique. Le reportage photo mariage dans l’ensemble est assuré avec des reflex numériques plein format. Mais à la demande du couple, certains moments choisis sont immortalisés avec de la pellicule, comme ici lors de la séance coiffure et même après, pendant l’habillage.

Dans ces moments intimes, je préfère ne pas utiliser de flash, même si la pièce dans laquelle se prépare la future mariée est peu éclairée. C’est mon choix. Il n’est pas toujours possible d’utiliser des pellicules 100 ISO avec un grain ultra fin. Alors je prévois toujours un lot de films 400 ISO. La Kodak TMAX revient souvent dans mon travail. Elle fait partie de mes préférées. Quand il s’agit de réaliser des portraits de la mariée dans un noir et blanc intense, je fais confiance à cette pellicule professionnelle. La Kodak TMAX 400 dispose tout de même d’un grain assez discret.

Certains photographes ont peur du grain, pas moi. Je n’hésite pas à pousser le film noir et blanc à 800 voire 1600 ISO s’il le faut. Je peux alors travailler avec une relative souplesse. En argentique, on apprécie la beauté du noir et blanc pour la qualité des contrastes et aussi pour le grain caractéristique de telle ou telle pellicule. Le grain argentique peut sembler fort présent sur les tirages mais c’est ce qui fait selon moi tout le charme du noir et blanc à l’ancienne.

Prestation photos de mariage en noir et blanc argentique.

Portrait underground sous la lumière des néons

Portrait underground Lille Kodak Tmax

Pendant que la majorité des Français ont le nez dans les soldes, moi je fouille les lieux propices au portrait underground. J’ai envie de construire des images dans des endroits moins conventionnels.

Je suis allé faire un tour à l’intérieur d’un parking souterrain et j’ai commencé ce que j’espère deviendra une série avec Damien. Ce qui m’intéresse, ce sont les lieux et les lumières qui pourraient renforcer le trait de caractère de certains modèles que je photographie. La lumière dure des néons dans un endroit aussi peu convivial ne convient pas à tout le monde. Mais pour quelqu’un avec la personnalité et le physique de Damien, l’ambiance est parfaite. Lire la suite

Le noir et blanc numérique style Kodak TMAX en photographie de rue

Apprendre la photo en noir et blanc avec un Canon EOS 750D

La photo argentique a influencé ma façon de travailler en numérique. J’essaie de reproduire le même type d’images qu’avec une pellicule noir et blanc Kodak TMAX. Cela commence sur le terrain en choisissant une exposition qui respecte l’équilibre ombre et lumière. Puis le passage en noir et blanc se déroule devant l’écran de l’ordinateur, jamais en direct live. Si la luminosité est intense ( ce qui est souvent souhaitable lorsque l’on veut jouer sur les contrastes ) les petites ouvertures sont privilégiées. Il n’est pas rare que le diaphragme soit fermé à F/16. J’ai constamment en tête le rendu des nuances de gris de la Kodak TMAX. Malheureusement, il est difficile de s’en rapprocher même avec un numérique doté d’une bonne dynamique. La problématique est la suivante : comment arriver à produire des images contrastées sans perdre trop de détails dans les hautes lumières ? L’objectif étant de se rapprocher d’une photographie de rue en noir et blanc réalisée avec une pellicule, je dois veiller à ne pas brûler les hautes lumières. Les ombres sont parfois sacrifiées mais c’est le prix à payer.

 

Portraits en lumière naturelle : Canon EOS 3, 50 mm et Kodak TMAX 400

Le Canon EOS 3 est mon outil favori lors des séances portraits en lumière naturelle. L’exposition est juste et le viseur précis. Il y a mieux dans la catégorie 35 mm mais il me satisfait pleinement. En général, c’est avec le 50 mm que je l’utilise pour portraitiser mes amis ou les clients. Une focale fixe sur un reflex argentique constitue l’équipement idéal pour un photographe comme moi qui aime simplicité et efficacité. Ce duo gagnant m’a beaucoup apporté ces 15 dernières années. À force, j’ai développé une habitude de travail avec l’EOS 3 : utilisation systématique de la mesure Spot, du collimateur central et verrouillage de l’exposition. Cela ne m’empêche pas de faire des ratés de temps en temps mais globalement la méthode me réussit bien.

portrait-grotte-chute-eau-nb-souvenirs

Lire la suite

Portrait noir et blanc argentique rétro moderne – Kodak TMAX 400

Tri-X - 310

Canon EOS 3 + Tamron 28-75 F/2.8 – Kodak TMAX-400 F/11 au 1/500 eme

La Kodak TMAX est peut-être trop douce pour qui recherche un rendu rétro typé. Cette pellicule noir et blanc est à vrai dire un film moderne. J’ai utilisé ce que j’avais sous la main. Pour les prochains projets en noir et blanc, j’ai envie d’essayer autre chose. Si vous avez des suggestions, je suis preneur. Oui parce que j’aimerais sortir des traditionnelles émulsions classiques comme les HP5, Tri-X, Delta et compagnie …

Un Olympus monochrome

Je me souviens, un ami photographe lillois, grand amateur de street photography, aimait comparer ses photographies noir et blanc avec les scans des pellicules Kodak TMAX que j’exposais tout au début sur le blog. Il arrivait presque à reproduire les sensations de nuances de gris d’une Kodak TMAX avec son Olympus E-510. Bien que le rendu de ses images prises directement en monochrome était déjà convaincant, il préférait travailler ses nuances de gris lui-même en post-traitement. J’étais séduit par la qualité d’image de son reflex Olympus en monochrome.

Lire la suite

Portrait de Lou – Dernier scan argentique

 

Scanner Kodak portrait noir et blanc

Scan pellicule Kodak TMAX 400

J’aime conserver une certaine distance avec les personnes que je photographie. En général, je me tiens à deux mètres et plus du modèle. Je fais rarement de portraits rapprochés au 50 mm. C’est comme entrer dans son espace privé et cela peut mettre mal à l’aise certaines personnes et moi aussi par la même occasion. Mais de temps en temps, je m’impose une plus grande proximité. Avec un 85 mm ou un 135 mm, on peut cadrer serré sans être trop proche. C’est pratique. Avec le 50 mm, on se retrouve en contact direct avec le sujet, surtout quand on cherche le regard.

La ville en noir et blanc argentique

Photographie de Lille en noir et blanc argentique

Agfa APX 100

Dès que j’en ai la possibilité, je pars photographier la ville.

En ce moment, je photographie surtout les bâtiments. L’idée s’est construite petit à petit. À force de photographier la rue, je me suis rendu compte que je ne m’intéressais pas suffisamment à l’architecture. Je photographie plutôt les scènes du quotidien à hauteur du bitume. Je ne lève pas souvent la tête. Maintenant j’envisage davantage la ville comme un sujet à part entière. Du coup j’ai une vision à la verticale quand je m’aventure dans les rues et les ruelles du vieux centre.

C’est le soleil qui guide mes choix. Je regarde comment la lumière découpe la pierre et structure le cadre. Je note les heures où l’orientation des immeubles est la plus intéressante par rapport au soleil. Si un lieu m’attire mais ne bénéficie pas d’une bonne lumière, je prends note et je reviens à différentes périodes de la journée mais je ne prends pas forcément de photo. J’essaie de maintenir une cohérence dans la série. L’ambiance doit être uniforme avec une lumière quasi identique sur chaque photo. L’inconvénient, c’est que je dois parfois patienter longtemps avant de retrouver la même ambiance. Je suis donc tributaire de la météo.

Je n’emploie pas d’objectifs spécifiques pour traiter mon sujet. Les objectifs à décentrements seraient très utiles afin de préserver les lignes droites mais ils sont hors de prix. Je me contente du 28 mm et tant pis pour les perspectives. Pour compenser, je ferme le diaphragme entre F8 et F11, là où l’objectif est à son point optimum en termes de qualité d’image. J’évite surtout les très grands angles. Ils déforment les bâtiments. Quant au 50 mm, il est parfois un peu court.

Les cygnes du canal – Photographie noir et blanc argentique

 

Photographies du Nord en noir et blanc argentique - Pellicule Kodak TMAX 400

Canon EOS 30v – EF 28-105 II USM – Kodak TMAX 400

C’est une photo que j’aurais aimé faire au 70-200 F4.

Cygnes sur la berge Kodak TMAX 400