Portrait en noir et blanc argentique sur pellicule Kodak Tmax 400

Voici un portrait réalisé au 50 mm avec de la pellicule Kodak TMAX 400. Un portrait au naturel sans artifice ni effet de flou. Je sais, la mode de la faible profondeur de champ persiste encore. On m’a fait la remarque récemment : le photographe doit avoir « une patte graphique ». Je ne suis pas sûr que cette personne sache vraiment de quoi elle parle. Que ce soit pour le plaisir ou pour une commande client, je préfère ne pas tricher. Je photographie les gens en toute simplicité. Le flou / net ne s’impose pas à chaque fois. Personnellement, j’évite de remplir les images avec des effets ravageurs. L’expression de la personne photographiée, son attitude et les bons moments décisifs me suffisent amplement.

Poursuivre la lecture de « Portrait en noir et blanc argentique sur pellicule Kodak Tmax 400 »

Kodak TMAX – Des cafés et des restaurants

photo reflets vitre brasserie photographie de rue en noir et blanc argentique Kodak TMAX 400

Autre temps, autre époque, aujourd’hui, les photos sont prises depuis chez moi à travers la fenêtre. Dans quelques semaines, je l’espère, je photographierai à nouveau les vitres des cafés et restaurants en argentique.

Lumière artificielle

Portrait en sous sol et lumière artificielle - Photographie argentique Kodak TMAX 400
Kodak TMAX 400

Danse africaine

Pellicule Kodak TMAX 400

J’ai eu la chance de photographier des danses africaines chez moi. Les danseuses étaient venues directement du Bénin pour nous montrer leurs coutumes et partager leur joie de vivre. Je n’avais que l’EOS 3 et un 50 mm F1,4. La pellicule Kodak TMAX 400 était parfaite pour ce genre de travail.

Inspiration photo : le blog Flickr

Je n’avais pas publié autant d’articles à la suite depuis longtemps. Le confinement m’a redonné le plaisir de ressortir d’anciennes photos. En faisant le ménage sur mon compte Flickr, je me rend compte avoir stocké une quantité incroyable de photos inutiles. 57 000 images étaient archivées et masquées en attendant je ne sais quoi. Une quantité infime présente sur Flickr illustre les articles. J’ai commencé à épurer les archives. Il y aura forcément des images manquantes sur le blog et je m’en excuse.

Il fait un temps magnifique et les photographes ne peuvent pas en profiter pleinement. On peut encore prendre quelques photos à la sauvette mais vous en conviendrez, il vaut mieux respecter les consignes des autorités publiques pour la sécurité de tous.

Poursuivre la lecture de « Inspiration photo : le blog Flickr »

Images du Nord -Numérisation à 2400 ppi

Inspiration photo créer un certain style de noir et blanc

Inspiration photo : créer un certain style de noir et blanc

Olympus OM et Ilford HP5

Il y a le photographe qui supprime les couleurs et puis il y a celui qui créé son propre style en noir et blanc.

Voilà comment j’aimerais que mes photos noir et blanc soient tout le temps : baignées de lumière. Grâce à cette lumière généreuse on obtient des noirs profonds. Mon propos peut vous sembler obscure mais c’est pourtant clair. Le style ici recherché est une photographie aux contrastes élevés. C’est la lumière qui créé les ombres. J’aime quand le noir et blanc est dur. Pour obtenir cette densité de gris et un noir charbonneux, j’expose pour les hautes lumières. Je sais, je vais à l’encontre des recommandations en noir et blanc argentique. En pratique, il faudrait toujours exposer pour les ombres mais je préfère créer mon propre style de noir et blanc.

Une photo noir et blanc ne se créé pas en supprimant les couleurs. La véritable photo noir et blanc est issue d’un film argentique

C’est rigolo parce que au moment où j’écris ces mots, je reçois un mail de mon ami Patrice, grand amateur de photo en noir et blanc, qui m’explique vouloir exploiter un peu plus ce style de noir et blanc. Exposer pour les hautes lumières mais sans exagération revient à faire baisser les niveaux de gris dans des valeurs plus denses que la moyenne. Il faut alors accepter les ombres bouchées. Et si on va trop loin dans la sous exposition, on perd toutes nos chances de récupérer des détails dans les ombres. Un film trop clair est synonyme d’une forte sous-exposition. Alors attention à ne pas partir dans les excès.

En réalité, je ne créé pas un style de photo en travaillant le noir et blanc de la sorte. Ce serait prétentieux de ma part. On ne créé rien, on adopte une façon de travailler. Je me suis inspiré des photographes que j’apprécie, c’est tout. J’applique la méthode presque systématiquement. Si le contraste voulu ne peut pas être obtenu parce que la lumière est médiocre alors on peut employer une autre méthode : amener la lumière artificielle. J’utilise peu souvent le flash mais c’est un excellent allié si on veut apporter du contraste quand tout est plat.

Dans ce cas de figure, je préfère utiliser le flash en mode manuel. Je reprends le même principe de fonctionnement qu’en lumière naturelle. La lumière du flash étant la source de la lumière principale, j’expose pour le flash. Le flash est par exemple maintenu à 1/8 de sa puissance. L’exposition est calculée à l’aide du Sekonic L308S. L’ouverture est déterminée en fonction de la quantité de lumière délivrée par le flash. C’est simple, rapide à mettre en œuvre et efficace. 

Si le dosage de la lumière est bon, le recours à Photoshop est quasiment inutile. Pour ne pas prendre trop de risque au moment de calculer l’expo, il vaut mieux prendre la lumière sur les tons moyens clairs comme le visage du modèle par exemple. Les films argentique, je le répète, encaissent bien la sur-exposition. Les films que j’aime exposer afin de créer ce style d’image sont les Kodak Tri-X, Kodak TMAX 100 et 400, Ilfdord HP5, Rollei Retro 80s, Agfa APX100. Je pense essayer aussi la Fomapan un jour ou l’autre. Cette pellicule me semble intéressante.

Je ne suis pas le seul à exposer pour les hautes lumières. En photographie de rue, la technique est devenue une marque de fabrique de beaucoup de photographes. Il suffit de faire un rapide passage sur Flickr pour s’en rendre compte. J’aime moi aussi faire le jeu des ombres et de la lumière quand je photographie la ville. D’autres photographes ont développé une photographie noir et blanc bien à eux. J’aime beaucoup les photos de Simon Becker par exemple. Son style correspond exactement à ma vision de la photo en noir et blanc.

Kodak TMAX ou Kodak Tri-X ? Quelle pellicule choisir ?

Kodak TMAX

Je fais parti des inconditionnels de la Kodak Tri-X mais le grain très marqué ne plaît pas à tout le monde. La Tri-x a beaucoup de caractère et fonctionne très bien en reportage ou en photographie nocturne. J’aime bien le rendu de la Tri-X pour les photos de scène par exemple. Quand je photographie en argentique lors des mariages, je préfère utiliser la Kodak TMAX. Son grain est beaucoup plus doux. En fait, je ferais la même comparaison que pour le café. Certains apprécient la douceur et la richesse des parfums de l’arabica, tandis que d’autres ont une préférence pour la force du robusta. Je retrouve les mêmes différences entre les deux films noir et blanc. La TMAX, c’est l’arabica et la Tri-X le robusta. Vous pouvez me contredire si vous le souhaitez, mais quoi que vous en pensiez, choisir entre la TMAX et la tri-X est une histoire de goût.

Quelle pellicule choisir ? Tri-X ou TMAX ?
Kodak Tri-X

Kodak TMAX 400 – 50 mm – Portrait en contre-plongée

Canon EOS 3 – Canon EF 50 mm F1,4 – Kodak TMAX 400

La Kodak TMAX 400 fait partie de mes films préférés. Ici, j’ai réalisé un portrait en contre-plongée avec le 50 mm F1,4 pour jouer avec la perspective des bâtiments en arrière-plan. La pellicule n’a pas été nettoyée correctement. Quelques poussières sont restées collées sur le film malgré l’usage de la poire.

Trouver un modèle féminin ou masculin qui sache poser naturellement devant un objectif n’est pas évident. Beaucoup de jeunes se sentent obligés d’adopter des poses de magazine et ce n’est pas ce que je recherche. Je discute avec eux pour connaître leurs motivations et leur expliquer ma démarche. Certains exigent un droit de regard sur la sélection et la diffusion. D’autres veulent récupérer la totalité de la production et donner leur accord pour une publication après.