carte postale de Bretagne photographie argentique

La photographie argentique aujourd’hui

Cette semaine, mon coiffeur m’a demandé si on pouvait encore se procurer de la pellicule argentique.

Non seulement on peut toujours acheter des films argentiques mais une niche de passionnés s’agrandit de jour en jour. Il était étonné quand je lui ai expliqué que les jeunes reprennent le flambeau de l’argentique et qu’ils maîtrisent rapidement les techniques de prises de vue à l’ancienne. Par contre, les thèmes ont changé par rapport à ce que l’on voyait auparavant. Avant, les photographes amateurs se contentaient du portrait posé, des photos de paysages et des photos de famille pendant les grands événements tels que les mariages, baptêmes etc. Aujourd’hui la photo est plus débridée et en argentique les jeunes laissent libre cours à leur imagination. Ils montrent leur mode de vie, parfois intime, leurs centres d intérêts, des objets personnels, tout cela avec du film négatif aux couleurs passées.

Finalement, je les trouve très créatifs ces jeunes qui affichent leur images au sel d’argent sur Flickr et Tumblr. Moi, à leur âge, je ne voyais que les beaux paysages exposés par les photographes du National Geographic.

Noir et blanc rétro à 1600 ISO avec une pellicule Ilford

Cela fait plus de trente ans que je pratique l’argentique mais dans ma tête je reste un éternel débutant. Je découvre sans cesse de nouvelles façons de travailler le noir et blanc. En ce moment, je maltraite des films Ilford Delta 3200 périmés. Les pellicules Delta 3200 sont passées dans la marmite. Je découvre le développement avec le Cinestill DF96, un produit qui réunit les trois actions : révélateur, bain d’arrêt et fixateur. Lire la suite Noir et blanc rétro à 1600 ISO avec une pellicule Ilford

2 commentaires sur « La photographie argentique aujourd’hui »

  1. Très belle cette photo!

    J’ai lu un article dans le précédent Réponse Photo où ils parlaient des anciennes techniques qui reviennent à la mode. Ça m’intéresserait de me lancer dans l’argentique mais il faut avouer qu’au final ça coûte plus cher, notamment pour un jeune étudiant tel que moi. Mais un jour, qui sait…

  2. J’ai bossé pas mal en argentique, en moyen format, et j’ai basculé vers le numérique parce que ça devenait trop lourd à gérer : achat pas évident selon les films, stockage délicat, rayons X à l’aéroport, scan long et coûteux….

    Mais j’avoue n’avoir qu’une envie, recharger de la FP4 ou HP5 dans mes OM10 et autres EOS antédiluviens, de la velvia dans mon 6×7…

    Mais pour le moment, je me trouve fasse un problème de coût pas évident à gérer…

    Mais ça va revenir, j’ai pas mal de projet « argentique » en tête 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.