Kodak Portra pour des tons chair exceptionnels

tout un week end en Kodak Portra

La difficulté en photographie de portrait est la reproduction des tons chair. Toutes les pellicules ne se valent pas sur ce terrain. Les couleurs ne sont pas toujours fidèles à la réalité. Il est toujours possible de corriger les couleurs dans Photoshop après numérisation mais le résultat n’est jamais parfait. Dans certains cas, ce n’est pas dramatique. On ne se montre pas exigeant quand on pratique le snapshot décalé ou quand on utilise une pellicule Lomo dans un bar avec les néons qui perturbent la balance des blancs. Mais quand il s’agit de portrait de mode ou de mariage, le rendu peut déplaire. Le principal atout de la Kodak Portra est justement sa capacité à reproduire les tons chair. Je continue à utiliser ce film négatif couleur en 160, 400 et 800 ISO lors des commandes et sur les shootings d’importance.

Shooting mode et portrait Kodak Ektar 100

Une pellicule couleur par séance photo.

La pellicule couleur Kodak Ektar 100 fait son retour dans l’univers de la mode et du portrait. Cela fait du bien de s’offrir le luxe de ralentir la cadence. S’imposer une seule pellicule par séance photo permet de prendre le temps de réfléchir et d’apprécier l’instant. Les modèles sont souvent surpris du nombre peu élevé de prises de vues lors d’un shooting en argentique. La livraison des images ne se fait pas non plus dans l’urgence. Les pellicules couleur comme la Kodak Ektar 100 ou la Kodak Portra sont regroupées et envoyées au labo une fois tous les quinze jours. Une fois numérisées, les images triées et sélectionnées sont remises aux modèles en téléchargement ou sur support papier. La saison des shootings mode et portrait en extérieur se poursuit jusqu’en septembre.

Quel matériel photo argentique pour un mariage ?

La photographie argentique a le vent en poupe en ce moment, y compris dans le cadre de la photo de mariage. Aujourd’hui, on me demande conseil sur l’équipement photo argentique idéal pour un mariage.

Avant toute chose, il est important de bien connaître son matériel photo avant de couvrir un événement aussi important. C’est valable en numérique et ça l’est aussi en argentique, même s’il s’agit d’un événement familial et qu’un autre photographe dévoué sera présent. Se lancer dans la photo de mariage au pied levé et de surcroît en argentique me paraît scabreux. Mais si vous connaissez déjà assez bien l’univers de la pellicule, alors effectivement, pourquoi ne pas investir dans un matériel photo plus pointu que le basique EOS 3000 de papa. Si votre souhait est de réaliser quelques portraits classiques dans un noir et blanc à l’ancienne et d’offrir des tirages aux mariés, vous pouvez vous mettre en quête d’un boîtier pro sur le marché de l’occasion. Lire la suite

De meilleures photos grâce au 50 mm

Je pense que mes photographies ont commencé à devenir meilleures en 1995 quand je me suis équipé d’un 50 mm. Les images ne se sont pas améliorées grâce aux qualités optiques de l’objectif mais parce que je me suis mis à regarder différemment.

C’est comme lire un livre avec des lunettes pour la première fois, après plusieurs années de presbytie.

Mon ancienne ! AGFA APX 100

Photographie argentique abordable film noir et blanc AGFA APX100

J’aime beaucoup la DS dans les photos de mariage, en noir et blanc comme en couleur.

Photographie de rue argentique à Lille

photo de rue argentique à lille

Avec une Kodak Tri-X 400 chargée dans l’appareil, comment ne pas succomber à la tentation ? À Lille, comme dans toutes les grandes villes, la photographie de rue se pratique aussi en argentique.

 

La magie du noir et blanc argentique

Quand toutes les conditions sont réunies pour que l’image imprégnée sur la pellicule n’ait besoin d’aucun post-traitement, c’est déjà une satisfaction pour le photographe. Le noir et blanc argentique a quelque chose de magique.

J’attendais cette lumière avec impatience – Portrait de rue avec Léa

On peut obtenir de beaux contrastes en noir et blanc avec n’importe quelle pellicule. La lumière est l’élément clé.

De nouvelles histoires à écrire en argentique

Bruges

Histoires de photos semble reprendre des couleurs. Après une période creuse, le trafic est de nouveau à la hausse. Rien n’a vraiment changé sur le blog depuis trois ans, ni dans la forme, ni dans le contenu. Je continue à partager les photographies sur pellicule. Les portraits ont remplacé les photos du quotidien et la photographie de rue. C’est la seule différence. Le fait de poster plus régulièrement sur Instagram doit sans doute apporter quelques nouveaux visiteurs.  Lire la suite

Quelle ouverture choisir sur un reflex argentique ?

La mer du Nord en noir et blanc argentique

Photo argentique prise à F16

Qu’est-ce qui détermine le choix d’une ouverture plutôt qu’une autre ?

Quand on découvre la photographie argentique avec un Pentax P30, un Olympus OM10 ou un Ricoh XR7, ce n’est pas pour rester coincé en mode automatique. Bien sûr, ces petits appareils peu coûteux représentent une porte d’entrée intéressante dans le beau noir et blanc à l’ancienne. Mais on a surtout envie de tester sa créativité en choisissant les réglages soi-même. La difficulté est de comprendre l’intérêt de la priorité ouverture ou du mode manuel. On parle souvent de profondeur de champ, de bokeh, de termes techniques qui embrouillent l’esprit et on hésite sur la valeur à sélectionner. C’est déjà compliqué de comprendre le principe en numérique mais c’est encore plus compliqué avec un petit reflex argentique qui ne permet pas tout comme un APN.

Alors quelle valeur faut-il prendre en compte en mode priorité ouverture ? En théorie, c’est la quantité de lumière qui impose une ouverture plutôt qu’une autre. Plus la luminosité est faible, plus il faudra ouvrir le diaphragme. Autrement dit, il faudra tourner la bague des ouvertures et choisir un petit chiffre. Au soir ou en intérieur, il est fort probable que l’on soit obligé d’opérer avec une ouverture de l’ordre de F2.8, F4 pour faire entrer suffisamment de lumière et ainsi éviter les vitesses trop lentes. À l’inverse, quand le soleil brille et que le ciel est dégagé, on aura tendance à fermer le diaphragme et donc aller vers des valeurs situées entre F11 et F16 ( l’ouverture est très petite et laisse passer moins de lumière).

Cette notion de dosage en fonction de la quantité de lumière disponible semble aujourd’hui oubliée. En effet, le jeune photographe sera davantage motivé par un effet de flou d’arrière-plan grâce aux grandes ouvertures ( F1.8 à F2.8 ) et peu importe si la lumière est abondante. Le problème avec ces reflex amateurs, c’est que la vitesse est limitée au 1/1000 eme. Une photo à F1.8 avec un beau flou d’arrière-plan ne sera pas possible par beau temps. L’image sera inévitablement trop surexposée. Ouvrir le diaphragme à F2.8 avec une pellicule de 100 ISO implique une vitesse d’environ 1/4000 en plein soleil. Je vous laisse imaginer ce que cela donne à F1.8 avec une pellicule de 400 ISO.

Portrait – Ouverture F2.8

Alors bien sûr, on pourra toujours recourir aux accessoires comme les filtres gris neutre pour faire barrage à la lumière et faire tomber la vitesse. Le photographe qui débute ne connait pas cette astuce. Le mieux est d’apprendre à adapter son ouverture en fonction de la luminosité. C’est un réflexe qu’il faudrait acquérir lorsque l’on s’aventure dans le mode manuel. Si l’intention est d’obtenir une zone de netteté courte, il ne faut pas oublier que plus on s’approche de sujet, plus cette zone se rétrécit. L’autre point à retenir, quand cela est possible, est de changer d’objectif pour une focale plus longue. Un 135 mm vous donnera un plus beau flou d’arrière-plan qu’un 35 mm F2.8 par exemple.