Photographe famille Kodak Portra

Kodak Portra périmée

Cela ne m’était pas arrivé depuis longtemps. Le shooting famille du week-end dernier a été réalisé avec de la Kodak Portra périmée. Je n’ai pas prêté attention à la date de péremption. D’habitude, je suis vigilent par rapport à ce genre de chose. Du coup, le résultat n’est pas celui escompté. Les couleurs sont fades. Pourtant la date butoir remonte à l’année dernière seulement. On dirait une pellicule vieille de 10 ans.

Poursuivre la lecture de « Kodak Portra périmée »

Portrait aux couleurs de l’été

J’ai commencé la saison estivale avec des portraits couleurs en argentique. J’aime quand on perçoit les couleurs chaudes de l’été dans les photographies de portraits. L’idéal est d’attendre la fin de journée si on veut faire ressortir la couleur dorée. Je préfère démarrer les séances photo après 19H30 en cette période. Encore une fois, ce sont des photos faciles. Tout est dans la lumière et dans le sourire de mon modèle. J’ai choisi la Kodak Ultramax mais j’aurais pu la remplacer par une Kodak Portra ou même une Kodak Gold. Le résultat aurait été tout aussi bien.

Poursuivre la lecture de « Portrait aux couleurs de l’été »

fujiFilm et portrait couleur

FujiFilm fera son retour dans le sac photo courant juin. J’ai l’intention d’investir à nouveau dans la Fuji Pro 400H. J’avais mis un terme à la couleur argentique lors des shootings. Cet été, c’est le numérique qui restera en veille.

Poursuivre la lecture de « fujiFilm et portrait couleur »

Périmètre restreint

Avant d’avoir lu Depardon, je n’aurais jamais fait ce genre de photo

Photographier dans un périmètre restreint, redécouvrir son environnement, voilà le défi des passionnés de photo en cette période de restrictions. Les photographes qui ont du temps devant eux ont peut-être épuisé leur stock d’idées. Les photos d’intérieur, ça va un moment mais on a tous envie de nous échapper. Si votre entourage immédiat ne vous inspire pas vraiment, je vous propose de placer la couleur au centre de votre attention. Utilisez la couleur comme dénominateur commun et oubliez tout le reste. Peu importe comment vous traitez le sujet : de manière abstraite ou comme un plasticien. Scrutez les couleurs au microscope. L’exercice est plus difficile qu’il n’y paraît mais vous forcera à adopter une démarche, une technique, une approche. Vous allez devoir réfléchir.

Olympus OM 200 et pellicule Kodak ColorPlus
Poursuivre la lecture de « Périmètre restreint »

Couleur argentique à Edimbourg

Rue d'Edimbourg en couleurs argentiques. Pellicule couleur Fuji Superia.

Une photo argentique qui date de 2001. Je crois que j’aimais la couleur encore plus qu’aujourd’hui. Le week-end, j’arpentais les rues de Glasgow ou d’Edimbourg à la recherche de couleurs significatives.

Motards et Harleys sur pellicule Kodak Pro Image

Bikers et Harleys sur pellicule couleur Kodak

Je ne prends pas de vacances cet été. Je suis pris tous les samedis par les mariages. Par contre, je tiens à partager quelques travaux argentiques avec les amoureux du grain d’argent qui n’ont pas la chance de partir et qui vagabondent de temps en temps par ici. Je profite d’une séquence de numérisation des pellicules du dernier mariage pour rédiger ce billet.

Motards et Harleys sur pellicule Kodak Pro Image

La Kodak Pro Image était déjà chargée dans le Canon EOS 30V lorsque je me suis rendu à ce rassemblement de bikers et de Harleys. Elle était destinée à un shooting avec modèle mais un changement de plan au dernier moment m’a fait atterrir au beau milieu des motards et des passionnés du style de vie américain. On avait un beau soleil avec nous. Les 100 ISO de la pellicule me convenaient parfaitement. La luminosité étant forte, je ne me suis pas compliqué la tâche. J’ai tout filmé entre 1/250 F11 et 1/500 F8. De cette manière, pas de surprise au résultat. Temps que l’on reste dans la lumière, l’expo est bonne.

30 ans de photographie argentique

scan Kodak Portra
Kodak Portra 400
Poursuivre la lecture de « 30 ans de photographie argentique »

7 photos couleurs avec la Kodak Ektar 100

Il faut rester vigilent avec certaines pellicules. Toutes ne sont pas aussi tolérantes que les pellicules couleurs amateurs. Et je ne parle pas des films inversibles qui demandent encore plus de précision. La Kodak Ektar 100 aussi se révèle délicate à exposer. Tout comme la CineStill 50D, il faut exposer juste. Je parle en connaissance de cause et pas parce que je l’ai lu ailleurs. Lorsque j’ai commencé à photographier avec la Kodak Ektar en 2009, j’ai rapidement compris que je devais exposer dans la lumière un peu comme je le faisais avec la diapo.

Si vous avez un doute au moment de déclencher alors que le soleil brille de plein feux ou si vous ne faites pas confiance à votre cellule, basez vous sur la règle du F16 et tout ira bien. Au-delà de cette contrainte, la Kodak Ektar possède de gros avantages : des couleurs saturées et un grain extrêmement fin. C’est la pellicule des vacances par excellence surtout quand on veut garder un ciel dense.

La Kodak Ektar restitue les teintes avec justesse à condition de soigner l’exposition. Je me souviens d’une série de portraits de rue que j’avais complètement ratée à cause d’une surexposition. Les couleurs étaient parties à la dérive, c’était du n’importe quoi. Sinon, j’aime beaucoup comment l’Ektar respecte les teintes de la verdure, un plus pour les photos de paysages. Les APN ne font pas toujours aussi bien.

Le négatif se laisse numériser sans difficulté. Le grain est à peine visible. Les retouches dans Photoshop ne sont pas nécessaires, un gain de temps appréciable. Ici on peut dire qu’il s’agit de scans bruts. Les 7 photos ont été prises avec un Canon EOS 30v, le 24-70 F4 L et le Sigma 50 mm ART pour la dernière.

manège Kodak Ektar 100
parc et jardins Kodak Ektar 100
rue ensoleillée Kodak Ektar 100
Friches Kodak Ektar 100
cimetière Kodak Ektar 100
monstre de couleurs Kodak Ektar 100
couleurs denses Kodak Ektar 100
Kodak Gold lumières soir argentique nord

Kodak Gold

Vous aussi, vous aimiez la Kodak Gold à toutes les sauces ? Voici une série de photos argentiques en 35 mm réalisées avec de la Kodak Gold.

Kodak Colorplus 200 – Photo en hiver

J’apprécie de plus en plus la Kodak ColorPlus 200. J’ai l’impression que cette pellicule me réservera encore de bonnes surprises. Au départ, j’étais un peu perplexe quand j’ai vu l’aspect granuleux et légèrement décoloré des premiers essais. Son rendu cheap n’en fait pas une candidate sérieuse en photographie de paysage. Puis, petit à petit, je me suis habitué à sa texture. Son manque de précision et son côté pictural m’éloigne de l’aspect lisse et froid de la photo numérique. Ce n’est pas pour me déplaire.

Je fais de moins en moins de photos en hiver. Ce n’est pas tant un manque d’inspiration que de la paresse. Pourtant, lorsque la météo tourmentée apporte des ciels changeants, on peut obtenir des images captivantes. Les nuages sont intéressants sur le plan photographique, bien plus qu’un ciel
d’été tranquille et uniforme.

Après plusieurs tentatives avec la Kodak ColorPlus 200, je constate que ce film pourrait aussi convenir à la photo de paysage en hiver. Vous allez me dire : une pellicule rapide serait plus adéquate avec ces journées sans soleil. Vous avez raison. Une Fuji X-Tra 400 assurerait une vitesse suffisante mais les temps de pose longs ne m’effraient pas. Au contraire.

Si vous aimez la photo argentique avec de la pellicule couleur bon marché, vous trouverez quelques articles similaires sur cette page : plan du site.

J’ai fait une belle découverte aujourd’hui et j’aimerais la partager avec vous. Je suis tombé sur ce blog de photos en noir et blanc argentique prises en Corée : jtinseoul