N°52 – Olympus OM2n avant la tombée de la nuit

J’ai pris quelques photos avant la tombée de la nuit avec mon Olympus Om2n et une pellicule Rollei Retro 400s. C’était juste après la visite d’une exposition à la gare St-Sauveur. Pour une fois, il n’y avait pas d’humain dans le viseur.

Poursuivre la lecture de « N°52 – Olympus OM2n avant la tombée de la nuit »

Premières lueurs du jour en couleur argentique

Avec mon Olympus OM2n et une pellicule Fuji X-Tra 400, j’ai photographié les premières lueurs du jour en couleur argentique.

Premières lueurs du jour en couleur argentique
Poursuivre la lecture de « Premières lueurs du jour en couleur argentique »

Les dernières photos noir et blanc avec mon Olympus OM2n et une Kodak Tri-X

Voici les dernières photos noir et blanc prises avec mon Olympus OM2n. Maintenant que la Kodak tri-X est terminée, le boîtier va rester au chaud dans une sacoche en attendant un nouvel acquéreur.

Poursuivre la lecture de « Les dernières photos noir et blanc avec mon Olympus OM2n et une Kodak Tri-X »

Photographies d’hiver en noir et blanc argentique

Je trouve qu’il est plus simple de photographier l’hiver en noir et blanc. Les couleurs sont parfois absentes après l’automne. Chaque année, je fais face à la même difficulté : comment photographier en hiver quand la lumière n’est pas de la partie ? Je ne suis pas du genre à me contenter de photos d’intérieur ou du studio. Malheureusement, habitué à composer avec les ombres et la lumière, il faut reconsidérer la façon de photographier dans la rue. En privilégiant l’insolite ou en faisant en sorte d’accentuer le côté dramatique d’une scène, on arrive à fabriquer des photographies d’hiver différentes mais les occasions sont rares. Pas simple !

photographie d'hiver en argentique - la neige dans le parc de Wambrechies - Photographe professionnel Nord

L’hiver en noir et blanc argentique

Olympus argentique à vendre OM2n

Olympus OM2n à vendre

J’ai un très bel Olympus OM2n à vendre. Ce boîtier 24 x 36 argentique s’adresse aux connaisseurs. Il expose particulièrement bien. Tout fonctionne, je l’utilise encore. J’ai une pellicule à l’intérieur à terminer et les piles sont neuves.

Olympus OM2n en vente à Lille
Poursuivre la lecture de « Olympus OM2n à vendre »

Quelle pellicule pour mon Olympus ?

Olympus OM2n et Kodak 400TX

Les Olympus OM10 ou OM2n acceptent toutes les pellicules 35 mm. En fait, on peut charger un boîtier Olympus avec ce que l’on aime : pellicules couleur pro, pellicules grand public, films de la marque lomography, films noir et blanc. Sur les vieux boîtiers, le codage DX n’existe pas. Le réglage de la sensibilité ne se règle pas automatiquement comme sur un EOS 30v par exemple. La sensibilité doit être choisie par le photographe. C’est une habitude à prendre quand on débute en argentique. Je vous rassure, il m’arrive aussi d’oublier cette étape, même après 30 ans de pratique, un peu la faute aux reflex argentiques modernes.

Les pellicules pour mon Olympus OM2n

Quand je n’ai pas de projet photographique en particulier, j’aime beaucoup emporter un Olympus 24×36. Les photos prises au hasard dans la rue ou sur un événement le sont avec de l’AGFA APX 100 par beau temps, de la Kodak 400TX par temps gris ou alors en couleur avec des Kodak Ultramax, Kodak Gold et Fuji X-Tra. Les projets sérieux sont réalisés avec les boîtiers pros dotés d’un Autofocus. En fait, je m’adapte à la luminosité ambiante. Une pellicule 100 ISO quand le soleil cogne, une 200 ISO pour les lumières douces et 400 / 800 ISO lorsque le ciel est obscurci par les nuages. En début de soirée, je passe alors à 1600 ISO, voire 3200 à la tombée de la nuit.

Olympus OM-2000 – Kodak Colorplus 200

Le problème avec un Olympus OM10 ou un OM2n, et c’est valable aussi avec les autres formats d’appareils photo, c’est la limitation de la vitesse d’obturation. Avec ce genre de matériel photo, on reste bloqué au 1/1000. Les adeptes de la pleine ouverture se sentent frustrés quand il s’agit de photographier en plein jour. Même avec une pellicule de 100 ISO, il sera difficile d’ouvrir le diaphragme à F1,8 par exemple. En plein jour, la vitesse grimpe bien au delà du 1/4000. J’aimais beaucoup le petit Olympus OM 2000 que j’ai revendu et je me demande bien pourquoi. Celui-ci monte au 1/2000. Cela peut parfois être utile.

OlympusOM-2000 – Ilford HP5

Comment contourner cette limitation de vitesse ?

C’est la question que l’on me pose encore et encore. Mes photos sont complètement surexposées quand je shoote de la Kodak Gold 200 à F2,8. J’ai un Olympus OM10 et un 50 mm. Que puis-je faire ? Une pellicule de très faible sensibilité pourrait aider à faire chuter la vitesse suffisamment pour continuer à profiter des beaux flous d’arrière-plan dont rêvent les amateurs. Malheureusement, le choix en ISO faible est trop restreint et je doute fort que tout le monde ait envie de se contenter d’une Rollei RPX 25 ou d’une Ilford PAN F de 50 ISO. Alors, comment faire pour continuer à photographier avec une grande ouverture en plein soleil tout en conservant mes pellicules standards préférées ? La solution est simple et la majorité de mes lecteurs l’auront tout de suite devinée : le filtre gris neutre.

En plaçant un filtre gris neutre devant l’objectif, vous limitez la quantité de lumière qui atteint le film. Le filtre gris neutre agit comme un rideau devant une fenêtre. On peut choisir l’intensité en fonction de l’effet recherché. Un Filtre ND8 par exemple fait perdre trois diaphragmes. Autrement dit, on peut espérer photographier à F2,8 en plein jour tout en restant en dessous du 1/1000 fatidique. Le choix d’une pellicule pour votre Olympus ne sera plus un problème.

La question de la vitesse maxi sur nos boîtiers argentiques ne se posait pas vraiment à l’époque. On faisait avec. Sinon, on partait vers des boîtiers comme le Nikon FE2 qui lui monte au 1/4000. Aujourd’hui, c’est une vraie contrainte pour les jeunes photographes.

Balade photographique à Gand

Balade photographique à Gand avec Olympus argentique OM2n et Zuiko 35 mm F2.85

Ce samedi après-midi, je photographie la ville de Gand en noir et blanc.

Je retourne enfin à Gand avec un grand plaisir. Je n’ai pas mis les pieds dans cette ville magnifique depuis quelques années. Je vais bientôt préparer la sacoche et choisir le matériel. J’hésite encore entre un reflex argentique Canon accompagné d’un zoom 28-105, très polyvalent pour saisir les scènes urbaines, et le 24×36 Olympus OM avec son 35 mm F/2.8, plus léger et plus discret. Je dis toujours que la ville se traduit plus facilement au grand angle mais rien n’interdit de prendre un petit télé si on cherche à isoler des détails intéressants sur les façades des immeubles par exemple. Le Canon EF 28-105 est appréciable dans ce contexte et reste de taille modeste comparé aux zooms 70-300.

Poursuivre la lecture de « Balade photographique à Gand »