Sortie photo du week-end – Avec quel appareil ?

Posséder trop de matériel photo, ça ne facilite pas la prise de décision

Je sais, ce n’est pas la tendance actuelle. Plus personne ne veut transporter un appareil photo toute une journée de balade. Les smartphones ont bouleversé nos habitudes. La miniaturisation des outils et l’intelligence artificielle ne laissent plus de place aux appareils dédiés. Même les bridges de petite taille sont devenus trop encombrants. Néanmoins, il existe encore des fous qui aimeraient profiter de leurs vieux jouets tout un week-end. Des photographes comme moi incapables de se mettre au téléphone intelligent pour photographier les bords de mer ou les rues des villes touristiques. Le problème quand on possède trop d’appareils photo, c’est de faire un choix au moment de la préparation du sac photo. Quel appareil emporter pour le week-end ? Quels objectifs choisir pour cette sortie photo ?

J’essaie de limiter le matériel à un seul boîtier et un seul objectif mais la tentation de rajouter une focale en plus ou un second boîtier dans le sac photo ( on ne sait jamais ) persiste même si la destination n’est pas lointaine. Le 50 mm constitue selon moi l’arme à tout faire mais j’aurais peut-être besoin du grand angle dans la rue. Un deuxième boîtier me permettrait de compléter les prises de vues en noir et blanc avec de la couleur… Etc, etc … Ce n’est pas facile de résister.

quel appareil photo choisir pour ce week-end

Les compacts sont intéressants car ils peuvent nous faire passer pour des touristes et sont discrets. Cependant, la plupart des compacts restent insuffisants selon moi. Ils n’offrent pas tous les plaisirs de la prise de vue argentique. Le petit MJU II d’Olympus fonctionne à merveille mais on s’ennuie rapidement avec son viseur trop petit et ses automatismes non débrayables. Un Olympus OM1, un Yashica Electro 35 ou un Nikon FE2, voilà des appareils sympas à manipuler.

avec quel appareil photographier en argentique

Les reflex autofocus légers comme le Nikon F80 et l’EOS 33 sont particulièrement bien conçus, capables de répondre à toutes les situations. Ils sont peu chers et encore en circulation sur le marché de l’occasion. J’ai conservé mon EOS 30v. Je ne peux me résoudre à m’en séparer. J’apprécie avoir un appareil à portée de main toute une journée sans être gêné dans mes déplacements. Il ne pèse rien et n’attire pas les convoitises comme les Leica et les gros reflex numériques. Il est parfait.

sortie photo en argentique le dimanche dans la rue

Côté objectifs, le 35 et le 50 mm sont réquisitionnées à presque toutes les sorties parce qu’ils sont compacts et lumineux. Mais de temps en temps, je trouve les trans-standards plus pratiques. Un seul zoom et le problème est résolu. Récemment, j’ai repris goût à la photographie urbaine au grand angle. Le Canon EF 28 mm F2.8 IS m’intéresse tant en reportage mariage qu’en sortie photo dominicale. On a toujours une bonne raison d’acquérir un nouveau joujou.

photographier en 35 mm argentique dns la rue

Vous aurez remarqué que je n’amène pas l’épineuse question du numérique sur la table. La raison est simple, je ne photographie qu’en argentique pour le plaisir. C’est comme ça et c’est tant mieux. Je crois que le choix serait encore plus délicat !

Aujourd’hui, j’aimerais beaucoup mettre la main sur un Olympus XA ou reprendre un MJU II lors des sorties en bord de mer. Ces deux appareils sont terriblement efficaces et faciles à utiliser.

Début de rouleau – Scan couleur

Il y a 20 ou 30 ans, on prenait garde à ne pas exposer le début du rouleau. Aujourd’hui, on démarre à la vue numéro zéro. Cette première vue est mangée par la lumière. C’est la nouvelle mode du « First of Roll ». Je n’y vois rien de négatif si je puis dire. C’est amusant et on gagne une vue supplémentaire ou presque. Seulement, je n’aurais jamais osé montrer une erreur de manipulation à mes débuts. Mais comme l’argentique a basculé dans l’univers du ludique, on peut tout se permettre.

Sur Instagram @f1rstoftheroll

Le scan couleur aussi est pris à la légère. Il n’est plus question de retrouver les couleurs naturelles mais de laisser faire le scanner. Le rendu aléatoire des couleurs est apprécié par les jeunes photographes. De nos jours, on ne cherche plus la perfection, bien au contraire. Alors, pourquoi pas …

Développement noir et blanc express – Ilford HP5

Encore une pellicule développée en retard. En principe, les films devraient être développés rapidement une fois qu’ils ont été exposés. L’Ilford HP5 est restée dans le noir près de neuf mois avant de passer au bain. Ce n’est pas la première fois que j’oublie un film exposé. Je n’ai jamais rien remarqué de significatif sur les films développés en retard à part sur une vieille pellicule des années 90 oubliée dans un carton. Mais celle-ci avait dû subir des variations de températures et peut-être aussi la chaleur d’un radiateur voisin. Un voile couvrait presque toute la surface de la bande et les densités de gris ont été comme aplanies. A priori, ce n’est pas bien grave même si le délai entre l’exposition et le développement est de plusieurs mois.Théoriquement, il ne faudrait pas trop attendre sous peine de voir la qualité d’image se dégrader mais faut-il rappeler que les films de Vivian Maier ont été développés des dizaines d’années plus tard ?  Poursuivre la lecture de « Développement noir et blanc express – Ilford HP5 »

choisir Ilford HP5 pour la photo de rue

Le noir et blanc dans la rue – Ilford HP5

Le négatif Ilford HP5 resté longtemps dans mon Olympus a enfin pu être développé. J’avais commencé le film avec des photos prises dans la rue un peu au hasard. Malheureusement, je manquais d’enthousiasme. J’ai laissé tomber le fil conducteur que j’avais en tête au départ. Je n’ai pas su terminer le négatif le jour même et suis passé à autre chose. Les vues restantes ont été utilisées pendant une séance portraits entre amis. Sur les vingt photos prises ce jour là, quatre ont retenu mon attention mais sans conviction. Le reste ne mérite pas une publication. Du coup, je ne me suis pas ennuyé à les numériser en haute définition ni à corriger les défauts. Les scans sont ici bruts et en petite taille.
Olympus OM 2000 et Ilford HP5

 

Comment photographier la rue en noir et blanc ?
Quel négatif noir et blanc conseillé pour la photo de rue ?

noir et blanc ideal ilford hp5

Photographies prises dans les rues de Lille un dimanche matin. Reflex Olympus OM-2000 et pellicule Ilford HP5.

De la couleur dans la rue – Photographie argentique

J’ai parfois besoin de couleurs dans mes idées. Alors je pioche dans les productions de l’été dernier. Je n’ai pas fait de photo couleur depuis.

Poursuivre la lecture de « De la couleur dans la rue – Photographie argentique »

photographe argentique pro lille

Portrait couleur argentique classique – Objectif Zuiko 50 mm et pellicule Kodak

photographe argentique pro lille

Ma vue est de moins en moins bonne. J’éprouve quelques difficultés à ajuster la mise au point avec le Zuiko 50 mm. Le viseur de  mon Olympus n’est pas exceptionnel et dans certains cas, j’ai un sérieux doute par rapport à la netteté. Cela ne m’empêchera pas de continuer à photographier avec cet Olympus 24×36 que j’affectionne et tant pis si cela doit être au détriment de la netteté.

Nouveaux scans – Kodak ColorPlus 200

Je vous présente mes tout derniers scans argentiques. Cette fois, c’est une Kodak ColorPlus 200 qui est mise au banc d’essai. La Kodak ColorPlus 200 est une pellicule abordable, facile à scanner. Et comme la plupart des négatifs couleur grand public, c’est un film qui offre une grande souplesse quant à l’exposition. Ici, la résolution du scan a été réglée sur 2400 Dpi, ce qui donne un poids de fichier assez moyen, un bon compromis entre archivage et publication sur le web.

Nouveaux scans Kodak Colorplus 200 Belgique

 

Poursuivre la lecture de « Nouveaux scans – Kodak ColorPlus 200 »

Matériel photo de rue

Konica Hexar, Nikon FM et Yashica Electro

Actuellement, je suis à nouveau attiré par les boîtiers simples d’utilisation et de petit gabarit du genre Konica Hexar RF. Il est parfait pour déambuler dans les rues. Il est un peu lourd mais il est surtout très solide. Le Konica est doté d’un obturateur véloce qui monte au 1/4000 et sa monture KM accepte les fameux objectifs Leitz. Chacun sait que la précision des images dépend de la qualité des objectifs… Vous voyez où je veux en venir ?

Street photo Lille - film camera
Olympus OM-2000 – Zuiko 35 mm F:2,8

Poursuivre la lecture de « Matériel photo de rue »

Nouveauté argentique de luxe

modele femme latino photo noir et blanc

Canon EOS 3 – Pellicule Kodak BW400CN

Dans la presse spécialisée matériel photo, un appareil a attiré mon attention : le Leica M-A.

Quand j’ai appris la sortie d’un nouveau boîtier argentique chez Leica, j’étais agréablement surpris. Ma première réaction était même très enthousiaste :  » Voilà un signe positif pour l’avenir de l’argentique ! « . Les nouveautés sont plutôt rares dans le domaine et je me réjouis à chaque annonce d’un nouveau produit argentique. Si un grand acteur du monde de la photo investit à nouveau dans la fabrication d’un appareil photo argentique, on est en droit de penser que la pellicule a encore quelques beaux jours devant elle. Leica n’est pas la seule maison a créer ou relancer des produits argentiques. Epson et Plustek continuent à fabriquer des scanners. De nouveaux films argentiques apparaissent sur le marché et la gamme lomographique s’étend avec l’arrivée du Lomo LCA en 120 mm. Ce sont peut-être des épiphénomènes mais tout cela me rassure. Poursuivre la lecture de « Nouveauté argentique de luxe »

Bye bye lumière d’hiver

Pellicule noir et blanc Rollei retro 100 et Olympus OM
Pellicule noir et blanc Rollei retro 100 et Olympus OM

Enfin l’été est là. Place aux belles lumières et aux images chaleureuses. Les sorties photos sous le soleil étaient plutôt rares durant tout le printemps. Je crois que je peux les compter sur les doigts de la main. J’ai dû faire plus de photos de rues en hiver qu’au printemps. Celle-ci a été prise en mars. Les rayons de soleil ne sont pas indispensables en photographie y compris en photo de rue. Pour moi, la qualité de la lumière est plus importante que la quantité. On a parfois une bien plus belle lumière sous les nuages noirs qu’en plein été sous un ciel azur. Mais quand on a envie de jouer avec les ombres et la lumière, on attend avec impatience les beaux jours. Dommage qu’il ait fallu attendre si longtemps cette année. Pour moi, la saison estivale commence réellement maintenant.