Le mode manuel avec un Canon EOS

Quand on débute en photographie, le mode automatique rassure. On mise sur l’intelligence du boîtier pour ne pas rater les prises de vues. En tout cas, on se dit que le taux d’échec sera moindre qu’avec l’un des modes experts. Malheureusement, les résultats ne correspondent pas toujours à nos attentes avec le tout-auto. Et les photos ne sont pas forcément réussies. Pourquoi ne pas essayer le mode manuel ?

Il ne faut pas avoir peur du mode manuel

Les photographes confirmés utilisent largement la priorité à l’ouverture ou vitesse. Ces modes de prise de vue sont très efficaces sur un reflex Canon. Mais dans certains cas, le mode manuel se montre encore plus pratique. Photographier en mode manuel n’est pas plus compliqué que la priorité ouverture. N’ayez pas peur. Testez le mode manuel à la maison, vous comprendrez l’efficacité de ce mode de prise de vue.

Les expositions peuvent varier fortement dans un même endroit si vous restez en mode automatique ou semi-automatique. La lumière provenant d’une baie vitrée par exemple influence la mesure de l’appareil photo. Si on n’y prend pas garde, on risque la sous-exposition. En tournant le dos à la fenêtre, vous n’aurez pas la même exposition. L’une des solutions serait de choisir une mesure centrale ou mesure spot. On demande ainsi à l’appareil de privilégier le calcul de l’exposition sur la partie centrale de l’image. Les ingénieurs ont pensé à tout. Cependant, il faut tout de même rester vigilant en mode semi-automatique.

photo de mariage 4000 ISO

Si vous photographiez en mode priorité ouverture le soir, vous devez jeter de temps en temps un œil aux vitesses. Il faut s’assurer que la vitesse ne descendra pas trop bas. Cela arrive même avec une sensibilité ISO élevée. Les dernières photos de mariage en soirée réalisées sans flash à 4000 ISO ont été prises au 1/60 de seconde. Les photos floues se produisent entre autres quand la lumière est faible.Vérifiez que vous maintenez votre vitesse supérieure au 1/60 grosso-modo.

Sur certains boîtiers, il est possible d’imposer une vitesse minimale pour éviter les flous. Mais tout le monde ne dispose pas de cette option. Une mesure centrale peut résoudre le problème des lumières en arrière-plan. Par contre, l’uniformité dans les images n’est pas garantie. Certaines seront peut-être trop sombres et d’autres trop claires.

quels réglages mode manuel canon eos

Entre 100 et 400 ISO, une légère sous-ex n’est pas grave. Lightroom gère très bien les niveaux de lumière des fichiers RAW. En Jpeg c’est un peu plus compliqué. Rattraper une image trop sombre en ISO élevé fait apparaître le bruit. Il est important de trouver une mesure correcte avant de déclencher. Le mode manuel avec un Canon EOS simplifie la vie du photographe.

Canon EOS mode manuel

Deux manières de procéder :

  • La première consiste à effectuer d’abord un premier test en mode Av. Le sélecteur de mode de prise de vue positionné sur AV, on choisit une ouverture ( ex : F3,5 ) et une sensibilité ( ex 800 ISO ). On vérifie la vitesse proposée par le boîtier à un endroit précis de la pièce. On évite les lumières parasites comme celles provenant d’une fenêtre. On reporte la vitesse proposée par le boîtier. celle-ci est indiquée dans le viseur ou sur l’écran arrière ( ex 1/125 ). En mode manuel vous réglez donc la vitesse à 1/125 pour une ouverture à F3,5 et une sensibilité à 800 ISO.
  • La deuxième revient au même. On positionne le sélecteur en mode manuel. On choisit une vitesse suffisamment rapide afin d’éviter le flou de bouger. On tourne la molette ouverture jusqu’à ce que le repère gradué du contrôle de l’exposition soit sur zéro par exemple.

photographier en mode manuel avec Canon EOS

Si vous vous approchez d’une source de lumière comme un lampadaire, il faudra faire à nouveau la mesure de la lumière.

En travaillant avec le mode manuel de votre reflex Canon EOS, toutes les images prises au même endroit auront un rendu identique. Le mode manuel avec un Canon EOS est simple à utiliser.

Cours photo individuel dans le Nord. Photographe mariage professionnel Nord

Toutes ces explications valent aussi pour les autres marques de reflex. Cela va de soi. Que l’on soit Nikon, Sony ou Pentax, le principe reste valable. J’ai volontairement parlé de mode manuel sur un reflex Canon EOS parce que je suis un adepte invétéré de la marque rouge. 

Peut-on se passer du flash pendant un mariage ?

photo couple mariés salle réception mariage au Molenhof Fred Laurent photographe Nord Lille Flandres belge

Le flash n’est plus indispensable de nos jours. Les appareils photo actuels permettent de se passer du flash pendant un mariage. Beaucoup de photographes clament haut et fort photographier en lumière naturelle mais ce n’est pas grâce à un quelconque savoir-faire mais plutôt grâce aux performances des outils d’aujourd’hui. Il est maintenant possible d’obtenir des images propres à 5000 ISO, chose impensable il y a 15 ans.  Lire la suite

Kodak Portra 400 et règle du F/16

Portrait réalisé avec le Canon EOS 3 + Tamron 28-75 F/2.8 XR DI + Kodak Portra 400

Portrait réalisé avec le Canon EOS 3 + Tamron 28-75 F/2.8 XR DI + Kodak Portra 400

Lorsque je suis confronté à la lumière dure du soleil, notamment en plein été, je me réfère à la règle du F/16. Cette règle permet de s’affranchir d’une cellule de mesure. Avec cette règle, l’exposition est correcte Le mode manuel devient alors facile. L’ouverture doit bien sûr être positionnée sur F/16 et la vitesse dépendra de la sensibilité de la pellicule. Ici, il s’agit d’une Kodak Portra 400 ISO. La vitesse sera donc de 1/400 ( ou la valeur la plus proche soit 1/500 sur l’EOS 3 ). Si votre pellicule est une 200 ISO, choisissez une vitesse de l’ordre de 1/250. Mais rien ne vous oblige à rester bloqué(e) sur la valeur F/16. Vous pouvez décaler le couple vitesse / ouverture. Si vous décidez d’ouvrir le diaphragme un peu plus, il faudra juste augmenter la vitesse d’autant. En ouvrant le diaphragme de deux crans, vous augmenterez alors la vitesse de deux valeurs. C’est aussi simple que ça.

Quelle ouverture choisir sur un reflex argentique ?

La mer du Nord en noir et blanc argentique

Photo argentique prise à F16

Qu’est-ce qui détermine le choix d’une ouverture plutôt qu’une autre ?

Quand on découvre la photographie argentique avec un Pentax P30, un Olympus OM10 ou un Ricoh XR7, ce n’est pas pour rester coincé en mode automatique. Bien sûr, ces petits appareils peu coûteux représentent une porte d’entrée intéressante dans le beau noir et blanc à l’ancienne. Mais on a surtout envie de tester sa créativité en choisissant les réglages soi-même. La difficulté est de comprendre l’intérêt de la priorité ouverture ou du mode manuel. On parle souvent de profondeur de champ, de bokeh, de termes techniques qui embrouillent l’esprit et on hésite sur la valeur à sélectionner. C’est déjà compliqué de comprendre le principe en numérique mais c’est encore plus compliqué avec un petit reflex argentique qui ne permet pas tout comme un APN.

Alors quelle valeur faut-il prendre en compte en mode priorité ouverture ? En théorie, c’est la quantité de lumière qui impose une ouverture plutôt qu’une autre. Plus la luminosité est faible, plus il faudra ouvrir le diaphragme. Autrement dit, il faudra tourner la bague des ouvertures et choisir un petit chiffre. Au soir ou en intérieur, il est fort probable que l’on soit obligé d’opérer avec une ouverture de l’ordre de F2.8, F4 pour faire entrer suffisamment de lumière et ainsi éviter les vitesses trop lentes. À l’inverse, quand le soleil brille et que le ciel est dégagé, on aura tendance à fermer le diaphragme et donc aller vers des valeurs situées entre F11 et F16 ( l’ouverture est très petite et laisse passer moins de lumière).

Cette notion de dosage en fonction de la quantité de lumière disponible semble aujourd’hui oubliée. En effet, le jeune photographe sera davantage motivé par un effet de flou d’arrière-plan grâce aux grandes ouvertures ( F1.8 à F2.8 ) et peu importe si la lumière est abondante. Le problème avec ces reflex amateurs, c’est que la vitesse est limitée au 1/1000 eme. Une photo à F1.8 avec un beau flou d’arrière-plan ne sera pas possible par beau temps. L’image sera inévitablement trop surexposée. Ouvrir le diaphragme à F2.8 avec une pellicule de 100 ISO implique une vitesse d’environ 1/4000 en plein soleil. Je vous laisse imaginer ce que cela donne à F1.8 avec une pellicule de 400 ISO.

Portrait – Ouverture F2.8

Alors bien sûr, on pourra toujours recourir aux accessoires comme les filtres gris neutre pour faire barrage à la lumière et faire tomber la vitesse. Le photographe qui débute ne connait pas cette astuce. Le mieux est d’apprendre à adapter son ouverture en fonction de la luminosité. C’est un réflexe qu’il faudrait acquérir lorsque l’on s’aventure dans le mode manuel. Si l’intention est d’obtenir une zone de netteté courte, il ne faut pas oublier que plus on s’approche de sujet, plus cette zone se rétrécit. L’autre point à retenir, quand cela est possible, est de changer d’objectif pour une focale plus longue. Un 135 mm vous donnera un plus beau flou d’arrière-plan qu’un 35 mm F2.8 par exemple.

 

Se remettre au Jpeg

Je me suis remis à photographier en Jpeg.

Je n’avais pas pris de photo au format Jpeg depuis mon escapade au Québec en 2004. Le RAW est devenu indispensable et on commence à oublier ce qu’était la photographie sans Lightroom. Les commandes portraits et les reportages mariages sont évidemment effectués en RAW et le traitement des fichiers remplissent mes soirées. Je comprends les photographes mariages qui se contentent du smartphone lors des sorties en famille.

la photo facile en jpeg avec votre Canon EOS

En dehors de mon travail professionnel, j’aime beaucoup photographier avec de petits boîtiers argentiques sans prétention. Lire la suite

Débuter en argentique avec un Canonet QL 17 GIII

Débuter en argentique avec un Canonet QL 17 GIII – Les avantages et les inconvénients

Après plusieurs décennies passés dans les combles de la maison des parents, des appareils autrefois populaires ont retrouvé une seconde jeunesse chez les nouveaux adeptes de la photo argentique. C’est le cas du Canonet QL 17 GIII. La côte de popularité de ce petit boîtier est remontée ces dernières années, son prix de vente sur le marché de l’occasion aussi. La question que beaucoup se posent est de savoir si le Canonet est un bon choix quand on débute en argentique.

C’est effectivement plus facile de débuter avec un reflex argentique autofocus parce qu’il offre les mêmes fonctionnalités de base qu’un reflex numérique. Mais les jeunes veulent du mécanique, pas de l’assistance électronique. Ils veulent éprouver le plaisir d’effectuer les réglages à la mano. Le principe de fonctionnement du Canonet n’est pas très compliqué mais c’est le genre de machine qu’il faut tout de même apprivoiser au début. Avec un peu de pratique, cela devient vite un jeu. Il faut apprendre à bien insérer une pellicule en prenant garde que le film soit bien engagé dans les dents, actionner le levier d’armement pour enrouler la pellicule, penser à ajuster les ISO dans la petite fenêtre au dessus de l’objectif  si on utilise l’appareil en mode semi-automatique, manipuler les bagues de réglage pas toujours faciles à manœuvrer etc …scan-kodak-tri-x

Lire la suite

Apprendre à mieux gérer le flash

Le flash n’est pas forcément nécessaire lorsqu’on photographie dans un intérieur plutôt sombre. Parfois, il vaut mieux s’en passer. Personnellement, je ne suis pas fan du petit flash pop-up. L’éclair direct est pour moi toujours trop marqué. Mais je reconnais que dans certaines situations, on ne peut pas faire autrement. Bien souvent, le rendu n’est pas très esthétique et cela manque de naturel. On peut tout de même apprendre à mieux gérer le flash et améliorer ses photos.  Lire la suite

L’exercice du noir et blanc dans la lumière de la rue

Une belle lumière d’hiver comme celle d’hier ravit le photographe. Dans la rue, le noir et blanc prend tout son sens. Les ombres découpent la scène et n’en révèlent qu’une partie. L’astuce pour obtenir des ombres dures, c’est d’effectuer la mesure dans les zones claires, l’exercice préféré des connaisseurs. On a le choix entre lumière incidente et lumière réfléchie. Cela s’apprend. Ce n’est pas compliqué. Sinon, la solution la plus simple quand on ne dispose pas de posemètre à main ni de cellule sur le boîtier, c’est d’exposer votre pellicule Ilford FP4 à F/16 et au 1/125 quand le soleil brille ou votre Kodak Tri-X à F/16 et au 1/500. D’où l’intérêt du mode manuel sur les appareils argentiques.

Évidemment, qui dit grand soleil, dit diaphragme fermé et/ou vitesse rapide. Le trop plein de lumière peut poser problème à ceux qui veulent absolument une faible profondeur de champ. Si vous tenez à opérer à F/2,8,  il faudra compenser la grande ouverture par une vitesse élevée. C’est une question d’équilibre. Lorsqu’on augmente les valeurs d’un côté de la balance, il faut baisser d’autant de l’autre côté. On ne peut échapper à cette loi physique. Or, les vieux reflex grand public et autres formats dépassent rarement le 1/1000. Ceux qui possèdent un Nikon F5 ou un Canon EOS 3 ont la chance d’atteindre un déclenchement au 1/8000 mais cela ne résoud pas tout. Aux extrêmes, commence à apparaître le souci de la réciprocité. Le film ne se comporte plus de la même manière aux vitesses ultra rapides et ouvertures maximales. Le rendu se dégrade.

Lire la suite

Inspiration photo : contre-jour payant

Lorsque vous êtes en panne d’inspiration, pourquoi ne pas travailler votre technique ?

Les bonnes idées de photos n’arrivent pas sur un plateau à chaque fois que vous partez en balade avec l’appareil photo. Vous avez envie de créer de belles images mais les sujets font défaut ou l’inspiration n’est pas de votre côté au moment voulu. Alors pourquoi ne pas en profiter pour vous exercer sur un thème précis comme le contre-jour ?
Travailler la technique soi-même est certainement la meilleur façon de comprendre les principes de base de la photographie. C’est en faisant des erreurs et en les analysant sur son écran d’ordinateur que l’on peut progresser. Choisissez-vous un thème qui vous plaît et exercez-vous. Les photos prises en contre-jour peuvent être un bon moyen de mettre en valeur votre sujet. C’est lorsque les lumières sont difficiles à gérer que les images sont meilleures, à condition de maîtriser la technique.

Lire la suite

Le mode manuel pour photographe débutant

photographies du Nord 183 tirage mat

Photographier en mode manuel peut vous faire gagner du temps

Le mode manuel est une aide précieuse sur le terrain. Ce mode de prise de vue, considéré à tort par beaucoup comme réservé aux experts, est à la portée de tout le monde et permet d’être plus réactif. Très peu de photographes amateurs osent s’aventurer dans ce mode dit créatif. Pourtant, la manipulation n’est pas compliquée. Même les plus de 50 ans qui ont réellement connu l’argentique ont oublié cette pratique depuis l’apparition du numérique et du tout automatique. Les appareils photos argentiques dépourvus de mode semi-automatique, comme la priorité à l’ouverture, obligent le photographe à apprendre à mesurer la lumière en mode manuel. C’est une bonne méthode pour progresser dans l’apprentissage de la photo et pour bien appréhender la notion d’exposition.

Lire la suite