Kodak Tri-X style rétro

La Kodak Tri-X ne fait pas l’unanimité, moi je l’aime pour son style rétro

La Kodak Tri-X a un look très distinctif des autres pellicules. Les images ont parfois un rendu rétro. Le contraste est souvent très élevé sous une forte luminosité, vous pouvez vous attendre à des noirs profonds et des blancs brillants, surtout en traitement poussé. Comparativement à la Kodak Tmax P3200, les blancs sont grillés avec la Tri-X. Sur la Tmax , non.

Kodak Tri-X style rétro du noir et blanc argentique
La Kodak Tri-X et son style rétro

J’aime beaucoup photographier les gens passionnés, en particuliers les passionnés des époques passées. Ici, j’ai rencontré Miss Bridget au cours d’un événement, une rencontre entre passionnés du style de vie américain. C’était à Verlinghem près de chez moi. La rencontre n’était pas programmée. Je lui ai proposé deux ou trois prises en argentique avec la Kodak Tri-X. Bridget ne se considère pas comme une Pin-Up mais une passionnée de la période d’après guerre. Quand je lui ai expliqué ma démarche, elle a trouvé bon cette idée d’être photographiée à l’ancienne, avec du film.

Style rétro de la Kodak Tri-X 400 blog photo argentique Lille

Le coût relativement faible de la Tri-X et son potentiel en traitement poussé en font un choix parfait pour se perfectionner en photographie argentique.

Contrastes élevés de la Kodak Tri-X 400

Chargez votre argentique préféré avec de la Kodak 400TX, Nikon FM2n, Olympus OM1, , Canon EOS 300x, Minolta X300s, Leica M4-p, Canonet QL 17, Rollei 35, Yashica T et amusez vous.

Images du Nord -Numérisation à 2400 ppi

Kodak Tri-X dans la rue

Un événement à l’américaine dans le Nord, encore un bon prétexte pour sortir faire des photos de rue avec la Kodak Tri-X. Peu importe le matériel photo, un Leica ou un reflex Canon, Nikon, Olympus … photographier dans la rue avec la Kodak Tri-x est un régal.

Kodak Tri-X 400 dans la rue
photo de rue en argentique - Motards et style américain - Kodak tri-X
Dans la rue avec la Kodak Tri-X
vitesse lente pellicule Kodak

Vitesse lente sur pellicule argentique

Photographier en vitesse lente est parfois une nécessité. En argentique, le photographe n’a pas toujours le choix. La pellicule et la luminosité dictent leur loi.

vitesse lente pellicule Kodak
vitesses lentes en argentique
vitesse lente sur pellicule argentique
photo vitesse lente sur pellicule argentique

Vitesse lente en argentique – Photos noir et blanc à 1/30 – Priorité vitesse en argentique

Exploration urbaine en noir et blanc argentique

Je ne suis pas un spécialiste de l’exploration urbaine mais j’aime ça. On a le choix de déclencher quand on le souhaite et de prendre notre temps. Bien souvent, je ne remplis pas une pellicule complète mais ce n’est pas grave. Photographier en noir et blanc en milieu urbain est aussi plus facile. L’argentique est à la fois un loisir et une activité professionnelle. C’est le sujet et le moment qui font la différence entre les deux.

Photographier dans la rue à l'ancienne
Exploration urbaine en noir et blanc argentique
Exploration urbaine de nuit en argentique
photo de nuit exploration urbaine en argentique

Kodak Tri-X poussée en soirée

En soirée, si je veux continuer à photographier en argentique sans me servir du flash, je suis obligé de sous-exposer le film. La Kodak Tri-X est poussée à 1600 ISO voire plus si nécessaire mais c’est plutôt rare. Les images perdent en finesse et le contraste est renforcé mais je peux poursuivre mon travail en basse lumière.

Poursuivre la lecture de « Kodak Tri-X poussée en soirée »
shooting nocturne argentique

Shooting nocturne argentique

C’est une sortie photo argentique en nocturne qui m’a valu une bonne grippe. J’avais promis un shooting en noir et blanc en début de soirée sur le pont Napoléon. Je ne pouvais pas me défiler. Le vent glacial m’a coupé en deux. J’ai failli être hors-jeu pour le mariage qui allait suivre.

Poursuivre la lecture de « Shooting nocturne argentique »

Tri-X dans la neige

Quel contraste entre janvier et février ! Le grand écart météo sans logique. Il y a à peine un mois, je photographiais le beau parc de Robersart dans la neige et samedi je couvrais un mariage en chemise sous un soleil de printemps. Il n’y a plus de saison comme dirait l’oncle Charles. Par contre, la Tri-X est toujours présente, quelle que soit la saison.

Inspiration photo créer un certain style de noir et blanc

Inspiration photo : créer un certain style de noir et blanc

Olympus OM et Ilford HP5

Il y a le photographe qui supprime les couleurs et puis il y a celui qui créé son propre style en noir et blanc.

Voilà comment j’aimerais que mes photos noir et blanc soient tout le temps : baignées de lumière. Grâce à cette lumière généreuse on obtient des noirs profonds. Mon propos peut vous sembler obscure mais c’est pourtant clair. Le style ici recherché est une photographie aux contrastes élevés. C’est la lumière qui créé les ombres. J’aime quand le noir et blanc est dur. Pour obtenir cette densité de gris et un noir charbonneux, j’expose pour les hautes lumières. Je sais, je vais à l’encontre des recommandations en noir et blanc argentique. En pratique, il faudrait toujours exposer pour les ombres mais je préfère créer mon propre style de noir et blanc.

Une photo noir et blanc ne se créé pas en supprimant les couleurs. La véritable photo noir et blanc est issue d’un film argentique

C’est rigolo parce que au moment où j’écris ces mots, je reçois un mail de mon ami Patrice, grand amateur de photo en noir et blanc, qui m’explique vouloir exploiter un peu plus ce style de noir et blanc. Exposer pour les hautes lumières mais sans exagération revient à faire baisser les niveaux de gris dans des valeurs plus denses que la moyenne. Il faut alors accepter les ombres bouchées. Et si on va trop loin dans la sous exposition, on perd toutes nos chances de récupérer des détails dans les ombres. Un film trop clair est synonyme d’une forte sous-exposition. Alors attention à ne pas partir dans les excès.

En réalité, je ne créé pas un style de photo en travaillant le noir et blanc de la sorte. Ce serait prétentieux de ma part. On ne créé rien, on adopte une façon de travailler. Je me suis inspiré des photographes que j’apprécie, c’est tout. J’applique la méthode presque systématiquement. Si le contraste voulu ne peut pas être obtenu parce que la lumière est médiocre alors on peut employer une autre méthode : amener la lumière artificielle. J’utilise peu souvent le flash mais c’est un excellent allié si on veut apporter du contraste quand tout est plat.

Dans ce cas de figure, je préfère utiliser le flash en mode manuel. Je reprends le même principe de fonctionnement qu’en lumière naturelle. La lumière du flash étant la source de la lumière principale, j’expose pour le flash. Le flash est par exemple maintenu à 1/8 de sa puissance. L’exposition est calculée à l’aide du Sekonic L308S. L’ouverture est déterminée en fonction de la quantité de lumière délivrée par le flash. C’est simple, rapide à mettre en œuvre et efficace. 

Si le dosage de la lumière est bon, le recours à Photoshop est quasiment inutile. Pour ne pas prendre trop de risque au moment de calculer l’expo, il vaut mieux prendre la lumière sur les tons moyens clairs comme le visage du modèle par exemple. Les films argentique, je le répète, encaissent bien la sur-exposition. Les films que j’aime exposer afin de créer ce style d’image sont les Kodak Tri-X, Kodak TMAX 100 et 400, Ilfdord HP5, Rollei Retro 80s, Agfa APX100. Je pense essayer aussi la Fomapan un jour ou l’autre. Cette pellicule me semble intéressante.

Je ne suis pas le seul à exposer pour les hautes lumières. En photographie de rue, la technique est devenue une marque de fabrique de beaucoup de photographes. Il suffit de faire un rapide passage sur Flickr pour s’en rendre compte. J’aime moi aussi faire le jeu des ombres et de la lumière quand je photographie la ville. D’autres photographes ont développé une photographie noir et blanc bien à eux. J’aime beaucoup les photos de Simon Becker par exemple. Son style correspond exactement à ma vision de la photo en noir et blanc.

Kodak Tri-X 400 et Canon EF 50 mm F1.4

TRI-X 400 et Canon EF 50 mm F1.4

La Kodak Tri-X 400 et le Canon EF 50 mm F1.4 font parti des standards de mon équipement argentique. Il y aura toujours une place pour un reflex argentique et la Tri-X dans le sac photo. Quant à la lentille, je ne me pose pas la question de savoir quel objectif monter sur le boîtier. Le 50 mm reste vissé sur l’EOS 3 avec une pellicule noir et blanc déjà chargée avant de partir sur le lieu du reportage.

Photographe familles et mariages argentique.