Vous allez aimer la photographie argentique avec la Kodak Gold

Outside Kodak gold

Ne jetez pas vos pellicules !

Je suis certain qu’il reste encore des pellicules photo non utilisées dans les vieux sacs photo des parents ou des amis. Si vous tombez sur une pellicule Kodak Gold, surtout ne la jetez pas. Elle vous servira un jour ou l’autre quand vous aurez envie de faire de la photo autrement. Faites-vous prêter un boîtier argentique, même un petit compact autofocus Canon Prima ou un Minolta Riva Zoom. Le grain dans une photo argentique contraste avec l’aspect lisse du numérique. Vos images auront un aspect tout aussi vintage qu’avec un produit de la gamme Lomography. Lire la suite

Chiens sauveteurs – Kodak Gold 200

Le Parc national du Loch Lomond est vraiment un endroit à découvrir. C’est le premier parc national d’Écosse. C’est une région vallonnée, très boisée et riche en rivières magnifiques et forêts denses. Avec les Trossachs, le Loch Lomond est un petit paradis pour les amateurs d’aventure et de randonnée. J’allais régulièrement me détendre au bord du Loch Lomond le week-end. Il n’est pas très loin de Glasgow où j’habitais.

Lire la suite

Couleurs mates argentiques

J’ai remarqué un net retour aux couleurs mates dans les photographies numériques. La mode des couleurs pâles et des images ultra claires devient lassante. En argentique, les photos offrent certes moins de brillance mais les couleurs sont bien souvent plus denses. Même avec une pellicule de base comme la Kodak Gold, on peut obtenir des couleurs intenses sans passer par le biais de la saturation artificielle. Lire la suite

Scan film argentique – Terre des Highlands – Verticale

Photo couleur argentique pays d'Ecosse

Kodak Gold

Vous photographiez quoi en argentique ?

Mais pourquoi avoir fait cette photo ?

Je pose la question parce qu’en argentique, il s’agit de ne pas gâcher. Photographier n’importe quoi et n’importe comment avec une pellicule n’est pas concevable, je me trompe ? L’achat d’une pellicule couleur amateur n’est pas très coûteux en soi, surtout si on numérise soi-même les films, mais il faut tout de même savoir économiser. Ce n’est pas comme si on pouvait se tromper cent fois. La prise de vue avec un appareil photo argentique est facile mais cliquer à tout va comme en numérique peut revenir cher. Alors il vaut mieux faire des choix et se poser la question de l’intérêt du sujet avant de déclencher. Cela ne m’empêche pas de me demander ce qui m’est passé par la tête le jour où j’ai pris telle ou telle photo.

 

Glasgow 2002 Kodak Gold

Glasgow 2002 avec de la Kodak Gold

Lire la suite

La fille qui aurait pu devenir mon modèle

Kodak Gold - Vert Galand

Je me suis enfin décidé à faire développer les dernières pellicules couleur. Les Kodak Gold sont restées trop longtemps enfermées dans le noir. Je ne sais plus à quand remonte les premières prises de vue. J’ai encore fait un joli mélange : des portraits d’amis, une sortie sur la côte d’Opale et un site historique à prime abord abandonné mais aménagé en lieu d’exposition. J’ai déposé les deux négatifs dans un labo lillois. J’en ai profité pour prendre le pouls du centre ville. J’avais une heure devant moi à tuer.

J’ai remarqué une jeune fille audacieusement habillée avec des couleurs vives. Elle n’était pas exceptionnellement belle mais son style était très travaillé. Son look fashion attirait les regards. On aurait dit qu’elle sortait d’un défilé de mode. Elle lisait un livre debout adossée au mur d’une boutique. J’ai failli lui demander si elle acceptait de poser pour moi. J’avais à la fois un reflex argentique et un compact numérique en prêt. Mais je n’étais pas vraiment d’humeur à discuter et à expliquer ma démarche ni même de me présenter sous mon meilleur jour. J’ai donc passé mon chemin. De retour au laboratoire photo, devinez sur qui je tombe ?! La jeune fille était là en train de choisir des pellicules photo. C’est comme si le destin me forçait à faire le pas vers elle. Tout en l’observant, je préparais mon discours pour l’aborder mais j’ai hésité trop longtemps. Elle avait déjà quitté le magasin. J’ai laissé filer une belle occasion.

Quand j’ai scanné les deux pellicules, j’ai repensé à cette fille. Elle était parfaite comme modèle. Peut-être que la prochaine fois je saisirai ma chance.

Qu’y a-t-il dans ton sac photo ?

Les trois semaines de test avec un compact numérique pour la marque Sigma ont quelque peu bouleversé ma façon de travailler. J’ai pris beaucoup trop de photos. Tout était prétexte au déclenchement : contre-jours en forêt, brume du matin, reflets dans l’eau, manèges de la foire en vitesses lentes et j’en passe. Résultat, je me suis retrouvé avec une quantité d’images importante à traiter mais elles n’étaient pas toutes forcément intéressantes. Plus d’une ont été supprimées sans remords. La photo jetable est maintenant terminée, le petit Olympus Mju II argentique de poche a repris sa place dans le sac photo.

Sigma DP1M

Pellicule Kodak Gold 200

Lire la suite

Couleur argentique – Pellicules Kodak Gold – Inspiration – Sujets photos à venir

numerisation-ancienne-photo-argentique-wambrechies

Kodak Gold 200

Je l’ai déjà dit, j’utilise les pellicules couleur essentiellement pour photographier la couleur comme sujet à part entière. Lorsque des couleurs se juxtaposent et créent un rythme visuel, je suis très enthousiaste. Dans ce cas, peu importe le sujet, je cadre la matière en essayant de composer avec une palette intéressante de tons. Mais parfois, la couleur n’est pas vraiment au rendez-vous, même quand le soleil brille. Certaines scènes m’intéressent davantage en noir et blanc, comme ce cheval prêt à tirer un ancien wagon de tramway. Quand une scène présente un aspect documentaire, je préfère utiliser une pellicule noir et blanc. C’est comme ça. C’est une histoire de goût et d’habitude. Il me reste encore trois pellicules Kodak Gold vierges et je n’ai toujours aucune idée de ce que je vais en faire. Il faut que je réfléchisse aux types de sujets que je pourrais traiter aisément en couleur. Un long week-end de Pentecôte arrive, je trouverai bien une idée.

Les couleurs de l’automne avec la Kodak Gold

Kodak Gold 200 - négatif numérisé

Cet automne, j’ai essayé de me remettre à la couleur.

Les Kodak Gold traînaient dans le placard depuis trop longtemps. Que ce soit pour photographier des paysages, dans la rue ou réaliser des portraits, c’est le noir et blanc que je privilégie. J’écris plus facilement en noir et blanc qu’en couleur. C’est comme ça. En couleur, j’ai tendance à chercher mon thème. Et c’est vrai que l’on ne s’exprime pas de la même manière en couleur et en noir et blanc.

Chaque année, ma petite femme insiste pour que je fasse une série d’images représentant l’automne. Ce mois de novembre, les feuilles sont restées longtemps accrochées aux arbres et le soleil faisait ressortir les couleurs chaudes. Un peu contraint d’utiliser les négatifs couleur avant la date de péremption, j’ai voulu écouter ma petite femme. Je suis allé photographier les sous-bois et les parcs aux couleurs franchement automnales.

Kodak Gold 200 -

À force de penser en noir et blanc, j’en oublie le potentiel de la couleur en photographie de paysage ou même sur le thème nature morte. Pourtant, je suis toujours admiratif devant les images d’automne réalisées à la chambre ou avec un moyen format argentique. J’ai fait avec les moyens du bord, à savoir, un 24×36 Canon et de la Kodak Gold. J’ai essayé de traiter « les couleurs de l’automne » en m’appliquant mais tout en sachant que le sujet est pour moi moins évident que les paysages tourmentés en hiver et en noir et blanc. D’ailleurs, j’ai longtemps cherché sur quoi me focaliser précisément. J’en ai même oublié les macros sur les champignons, un cliché pourtant classique.

Kodak Gold 200 automne feuilles tombées parc -négatif numérisé

Je me suis dit que ce serait une bonne chose de vous montrer que l’on peut aussi faire ce genre d’images en argentique. J’étais donc motivé. J’ai l’impression que dans la tête de beaucoup, l’argentique se résume au noir et blanc, à la chimie, à la chambre noire et que cela demande des connaissances pointues. Alors qu’avec un petit reflex comme le mien, une focale et un négatif premier prix comme la Kodak Gold, on peut se faire plaisir et ceci sans avoir recours à des logiciels d’experts pour booster les images. Contrairement aux idées reçues, l’argentique est tellement simple et peu onéreux. Un petit tour au labo photo, un scan de qualité et hop le résultat est là.

Gold 200-9

En scannant le négatif, je me suis rendu compte qu’il manquait de la vie dans ces photos. J’aurais dû faire appel à un jeune couple et mélanger la joie de vivre avec les couleurs vives des feuilles jaunies. L’année prochaine, je m’y prendrai autrement. Si vous êtes de la région lilloise et si ce genre de projet photo vous intéresse, n’hésitez pas à me contacter. Je serais heureux d’aller fouler les feuilles mortes avec des modèles d’un jour. Je suis certain que ces images ne plairont pas à tous mais j’espère donner envie à ceux qui hésitent encore de goûter à la photographie argentique. Je sais que je ferai mieux l’année prochaine, ne serait-ce que pour faire plaisir à ma petite femme.

Si vous voulez photographier l’automne, c’est maintenant

la campagne flamande en noir et blanc - photographie artistique à encadrer

Photographie argentique – Pellicule Rollei Retro 100

Les parcs et les sous-bois sont jonchés de feuilles jaunes et rousses. C’est le moment de photographier les couleurs de l’automne, avant que les tapis de couleurs automnales ne disparaissent sous la boue.

Alors, exceptionnellement, j’ai pris les trois pellicules couleur qui me restaient et je suis allé en pleine campagne. Je dis exceptionnellement parce que le noir et blanc prend le pas sur la couleur. En effet, progressivement la couleur devient anecdotique dans ma production photographique y compris pour de tels sujets. L’automne, je préfère l’exprimer en nuances de gris depuis quelque temps. Sur les chemins de campagne, ce sont des négatifs noir et blanc que j’emporte à chaque fois. Certainement parce que le noir et blanc correspond à ma personnalité et mon humeur.

On ne dit pas la même chose en noir et blanc qu’en couleur. Et on ne recherche pas les mêmes choses non plus. Avec les négatifs couleur, j’ai voulu donner de l’éclat dans mes images en mettant en avant les couleurs vives. J’ai cherché les contrejours en essayant de capturer les rayons du soleil qui traversent les feuilles encore accrochées sur les arbres. En noir et blanc, je m’attarde davantage sur les lignes, les formes, les textures et les contrastes. J’aime beaucoup l’aspect rude de la saison.

Les pellicules que j’ai utilisées hier sont des négatifs Kodak Gold 200. Ce ne sont pas les pellicules les plus performantes du marché mais elles coûtent moins cher que la Portra et pour ce que j’en fait, elles me suffisent amplement. Je les ferai développer plus tard, je ne suis pas pressé. J’aurai peut-être une bonne surprise en redécouvrant des moments oubliés. Si les photos sont correctes et correspondent à ce que je décris plus haut, je les scannerai pour vous. Mais ça, ce n’est pas garanti. Pour l’instant, je numérise les photos noir et blanc de l’hiver dernier.

Blog photo argentique – Nord