Photos de mariage au 35 mm

Le 35 mm passe partout. Cet objectif est pour beaucoup de photographes de mariages un outil incontournable. Réaliser des photos mariage au 35 mm devient une évidence quand on l’a testé toute une journée de reportage. Que ce soit pendant les préparatifs, les cérémonies, les photos de groupes, le vin d’honneur ou la soirée, cette focale fixe convient à toutes les situations.

Poursuivre la lecture de « Photos de mariage au 35 mm »

Quel objectif choisir pour une cérémonie religieuse ?

Le choix délicat de l’optique lors d’une cérémonie religieuse

Je fais l’impasse sur les qualités intrinsèques de tel ou tel objectif. Les aspects techniques seront mieux expliqués par les spécialistes de l’électronique que moi. Ce qui m’intéresse, c’est le côté pratique du matériel utilisé. Choisir un bon objectif pour couvrir la cérémonie religieuse est primordial mais le type d’objectif, focale fixe ou zoom, doit correspondre à vos habitudes et à vos goûts. Il ne faut pas vouloir imiter les autres photographes. N’achetez pas un 24 mm si vous avez peur de vous rapprocher. Cette focale fixe ne servira qu’aux plans larges et ne vous permettra pas de réaliser des cadrages serrés. De même, évitez les gros zooms si vous n’avez pas l’habitude de supporter le poids conséquent d’un 70-200 pendant toute une cérémonie religieuse.

Quel objectif choisir pour une cérémonie religieuse ?

Les derniers boîtiers conçus pour un public amateur expérimenté comme le Canon EOS 80D sont taillés pour répondre aux situations délicates en basse lumière. Même le petit Canon EOS 800D s’en sortira allègrement. Ce qu’il vous faudra surtout, c’est un objectif plus sérieux que le zoom de base proposé en kit et offrant une grande ouverture. De manière générale, il est préférable d’investir dans un objectif plutôt que dans un nouveau boîtier. Le 17-55 F2.8 sera bien plus efficace dans une église que le zoom de base sur un reflex semi-professionnel.

ISO élevés et grande ouverture pour les photos de cérémonies religieuses

Par contre, il est important de connaître les forces et faiblesses de son matériel. Si l’objectif que vous possédez n’est pas suffisamment lumineux ou si la mise au point est difficile dans les endroits sombres, il faudra en être conscient et trouver une astuce pour pallier aux problèmes rencontrés. Auparavant, je possédais le Tamron 28-75 F2.8, une belle optique qui délivrait des images de qualité sur mes vieux APSC et aussi le 5D Mark I. J’adorais ce petit zoom trans-standard mais sa lenteur me causait des soucis au moment de l’entrée des mariés. Le mode AI Servo qui permet de suivre le sujet en mouvement ne convenait pas à ce Tamron presque toujours en retard. Il fallait effectuer une mise au point sur un sujet fixe et attendre que la mariée arrive au niveau de la zone choisie. Ce n’est pas l’idéal. Certains diront, l’idéal vous le trouverez dans un 24-70 F2.8. Je suis d’accord mais bonjour la facture ! Tous les photographes amateurs ne peuvent se permettre de débourser 1700 euros juste pour un seul objectif.

Luminosité dans une église quel objectif choisir ? Focale fixe ou zoom ?

Les limites du matériel photo dans une église

Photographier une cérémonie religieuse dans une église sombre impose très souvent l’utilisation d’optiques ouvrant à F2.8 minimum. Les zooms 18-55 livrés dans le kit Canon ou Nikon seront à la peine à l’intérieur. On peut compter sur les performances ISO de son boîtier mais au-dessus d’un certain seuil, l’image se dégrade rapidement. Le fait d’être bloqué à une ouverture de F4.5 par exemple, obligera l’appareil photo à augmenter la sensibilité au-delà du raisonnable, genre 6400 ISO. Et à ce niveau, la qualité d’image sera moins bonne ou vraiment médiocre. En général, lors des cérémonies religieuses, je suis amené à travailler entre 1600 et 3200 ISO avec le 5D Mark III et le 6D. Quand la mariée remonte l’allée centrale, je m’arrange pour obtenir une vitesse minimale de 1/125 voire 1/160 sinon le flou est garanti. L’ouverture se situe entre F2.5 et F3.5 la plupart du temps. Il est vraiment rare que l’on puisse fermer le diaphragme à F5.6. Je précise tout de même que le flash est proscrit pendant la cérémonie. Un photographe amateur qui se voit confier la couverture d’un mariage doit connaître les limites de son matériel photo dans une église. Si après quelques tests bien avant le jour du mariage, vous vous rendez compte que l’objectif ne suit pas, il faudra penser à louer un zoom pro ou vous faire prêter une focale fixe.

Entrée de la mariée au 35 mm la focale fixe idéale dans une église

Le choix du 35 mm F2 IS de chez Canon

Le 35 mm offre un champ de vision qui me plaît beaucoup en reportage photo. Cette focale polyvalente permet de travailler aussi le portrait sans déformation exagérée. Chacun a ses propres préférences. Moi, je ne suis pas un adepte de l’ultra grand angle sur un 24 x 36. Je n’ai pas choisi l’objectif le plus performant mais ce Canon EF 35 mm F2 IS me convient très bien en reportage mariage. Il est aussi très utile dans les espaces confinés et lors des préparatifs de la mariée. Il n’y a pas encore si longtemps, ce Canon était constamment vissé sur le 5D MK II.

Le choix du 35 mm F2 IS de chez Canon pour photographier une cérémonie de mariage

Le 35 mm F2 IS est réactif et ouvre suffisamment grand pour photographier en basse lumière sans devoir pousser la sensibilité du boîtier dans les extrêmes. Il est stabilisé, c’est un plus dans certains cas. Cependant, la stabilisation me sert très peu en reportage. Elle n’empêchera pas le flou en vitesses lentes lorsque le sujet bouge. Si le marié tourne la tête vers son témoin, au 1/60 de seconde, l’image sera flou. Celles et ceux équipés d’un APS-C peuvent se tourner vers son homologue en 28 mm IS. Avec la conversion due au capteur plus petit, l’objectif devient un 44/45 mm.

échange des alliances au 35 mm F2 IS Canon

Couvrir la cérémonie avec deux objectifs

Le gros avantage du zoom trans-standard comme le 24-70 est de pouvoir faire varier les images et de cadrer un peu plus serré les mariés quand on souhaite mettre en évidence une émotion. Mais comme tout objectif, le 24-70 a ses limites. En fonction de la configuration des lieux, le 70 mm est souvent un peu court. Parfois, je dois me placer très loin pour ne pas gêner le bon déroulement de la cérémonie. Le seul outil qui me sauve dans ce cas, c’est le 70-200. Un second boîtier équipé d’une plus longue focale ou d’un télé-objectif s’avère indispensable. Doubler l’équipement est d’ailleurs largement recommandé aux photographes professionnels mais vous pouvez vous aussi vous organiser de la même manière. Vous irez plus vite en n’étant pas obligé(e) de changer d’objectif en cours de route et pourrez rendre le reportage plus attrayant. Ainsi, il est possible de créer des combinaisons d’objectifs intéressantes et pertinentes : le 35 mm et le 85 mm, par exemple, représentent une bonne combinaison.

photo ISO élevés dans une église reportage photo mariage avec quel objectif ?

Personnellement, je travaille avec d’un côté le 35 mm et de l’autre le 70-200. Je fonctionne de cette manière depuis quelques années et j’aurais du mal à en changer. Mais cela ne signifie pas que j’ai raison et que mon organisation vous conviendra. Vous devez trouver un mode de fonctionnement qui vous est propre. Nous sommes en pleine saison des mariages. N’attendez pas le dernier moment pour tester un objectif ou une combinaison d’objectifs. Allez dans l’église la plus proche de chez vous et placez-vous en condition réelle en demandant à un proche de jouer le rôle du marié ou de la mariée. Sinon, je vous souhaite de très bonnes vacances.

Photographe mariage dans les Hauts de France : www.fredlaurent.com

Matériel photo argentique et pellicules 35 mm

J’ai utilisé pas mal d’appareils photo argentique ces trente dernières années mais toujours en 35 mm. J’ai commencé la photo argentique avec un Pentax grand public très classique à mise au point manuelle. Il n’avait rien d’extraordinaire mais j’ai beaucoup appris avec ce petit reflex. J’en étais content ou du moins je n’éprouvais pas le besoin d’en changer. Puis dans les années 90, je me suis mis au reflex autofocus. Entre temps, les Nikon FM, Minolta X700 et Olympus OM m’intéressaient beaucoup. J’en ai acheté quelques uns en occasion sur un coup de tête avant de les revendre. C’était une période marquée par une frénésie d’achats. Je voulais du beau matos. J’ai même failli basculé chez Nikon à cause du F100 mais je suis toujours resté fidèle au reflex Canon. Je trouvais le principe de mise au point particulièrement innovant. Quelle blague ! En vérité, je n’avais pas envie de devoir renouveler tout mon parc d’objectifs. Les reflex Canon se sont succédés jusqu’aux Canon EOS 3 toujours en service actuellement.

Matériel photo argentique Lille Canon EOS 30v EF 35 mm F2 IS USM Ilford XP2.
Canon EOS 30v + 35 mm F2 IS USM + Ilford XP2
Poursuivre la lecture de « Matériel photo argentique et pellicules 35 mm »

Le 35 mm tout le temps

Le 35 mm commence à prendre la pole position lors des reportages photo. Je l’ai constaté dans les métadonnées. Avant, je ne jurais que par le 50 mm. Aujourd’hui, le 35 mm reste plus longtemps vissé sur le boîtier qu’avant.

Poursuivre la lecture de « Le 35 mm tout le temps »

Portraits sur le vif en reportage mariage

De nos jours, ce qui plaît aux mariés, ce sont les portraits sur le vif. Les jeunes générations ne souhaitent plus devoir poser de manière classique comme autrefois devant l’objectif du photographe mariage. Les temps changent. Place aux images vivantes et naturelles ! Malheureusement, les portraits sur le vif ne fonctionnent pas à chaque fois et miser uniquement sur le reportage photo durant toute une journée n’est pas réaliste. Les clients n’en ont pas conscience mais parfois la mise en scène s’impose, parce que l’arrière-plan est peu esthétique ou parce que la lumière est désastreuse.

portraits sur le vif en reportage mariage

Sauf cas exceptionnel et en dehors des photos de groupes, je ne fais pas poser les gens. J’essaye de capter des portraits intéressants pendant le cocktail. J’utilise essentiellement le Canon EF 35 mm F/2 IS et le 85 mm F/1.8 et souvent entre F2 et F2.8. Concernant les mariés, la séance photo du couple est plus que recommandée. Il faut alors les diriger un minimum. Même si les mariés n’ont pas envie de quitter leurs convives et ne se sentent pas très à l’aise devant un objectif, il est préférable de s’isoler un moment et de les photographier lorsqu’ils se retrouvent en tête à tête. In fine, Ils seront heureux d’avoir une série de portraits qui méritent un encadrement. Un 70-200 mm devient alors indispensable pour les plus timides. Pour certains, il est préférable de les laisser seuls dans leur intimité loin des invités.

portrait sur le vif mariage Canon 85 mm

Photographier des gens à la volée, c’est bien pour le côté naturel mais la quantité de déchets est plus importante qu’avec les portraits posés. Les grimaces et les bouches qui mastiquent lors du vin d’honneur ne mettent pas en valeur le sujet. D’ailleurs, il vaut mieux éviter de photographier les personnes en train de manger. L’exercice du portrait volé est plus difficile parce que l’on ne dispose pas toujours d’un cadre adéquat mais les sourires, les échanges et les fous rires sont plus faciles à obtenir lorsque les invités ne se doutent de rien. Le but est donc de ne pas se faire repérer. Il faut agir vite (les réglages doivent être faits avant de shooter ) et se positionner assez loin. Sinon les invités se figent.

reportage mariage lanternes Canon 6D et 35 mm F2 IS

Grâce au 85 mm, on reste encore assez discret. Cette focale fixe lumineuse se montre très utile aussi en intérieur quand on manque de lumière. En extérieur, le 70-200 est très pratique lorsque l’on veut s’éloigner des invités et rester invisible. ll est possible de travailler proche des personnes au 35 mm à condition de s’exécuter rapidement. Les portraits sur le vif lors d’un mariage sont difficiles à réaliser quand on n’est pas un adepte du reportage mais le résultat est bénéfique pour tout le monde.

Photographe mariage Nord

Après-midi carnaval – Canon EOS 30 v et 35 mm F2 IS

XP2016

J’ai accompagné un ami photographe au carnaval de Malo-les-Bains avec comme objectif de photographier les passionnés en costume sous un angle différent. D’habitude, la priorité est mise sur le portrait serré. Cette fois, j’ai voulu attraper des scènes à la volée. J’ai embarqué le Canon EOS 30v avec un 35 mm F2 IS et quelques pellicules noir et blanc. Je me suis limité à un seul appareil et un seul objectif. Je n’ai pas pris de zoom car je voulais être continuellement en mouvement. Le zoom n’incite pas à bouger et les longues focales obligent le photographe à rester statique. J’aurais été beaucoup trop sollicité avec un 70-200 par exemple. Le petit reflex accompagné de son 35 mm F2 était peu visible car plaqué près du corps mais toujours à portée de main grâce à une courroie Black Rapid. C’est seulement lorsque je dégainais que certains me remarquaient.
XP2025
La plus grosse difficulté était de devoir expliquer aux jeunes enthousiastes déguisés que je ne faisais pas de portrait. Beaucoup réclament qu’on les prenne en photo dans ce genre d’événement. Je m’arrangeais pour que l’appareil ne soit pas trop visible et j’exécutais les prises de vue rapidement. Heureusement la luminosité ne variait pratiquement pas. Je pouvais régler le boîtier en manuel et déclencher instinctivement avec à chaque fois le même couple vitesse / ouverture.

XP2030
J’ai tout de même accepté quelques portraits quand on me le demandait gentiment. Les Ch’tis sont vraiment sympas et la fête se déroule dans une très bonne ambiance. Malheureusement, nous avons dû repartir avant le départ de la bande. J’aurais aimé travailler quelques vitesses lentes au milieu de la foule et face aux premières lignes en plein chahut. C’est quelque chose que j’envisage de réaliser avant la clôture définitive de la saison.

ILFORD XP2 MaloXP2 010XP2034XP2038XP2045Après-midi carnaval - Canon EOS 30 v et 35 mm F2 IS

Retour de l’Ilford XP2 dans la sacoche

Ilford XP2 dans le sac photo

Je n’avais pas utilisé d’Ilford XP2 depuis des années. J’ai longtemps préféré la Kodak BW400CN pour son superbe contraste et l’absence de grain. Malheureusement, elle a disparu des rayons des revendeurs. Reste donc l’Ilford XP2 dans la catégorie des films chromogéniques. Cette pellicule se développe dans la chimie couleur, autrement dit pas besoin de chercher un laboratoire qui sache développer correctement le noir et blanc. N’importe quel labo vous fera un développement en moins d’une heure. C’est pratique lorsqu’on on est en déplacement par exemple.

Sa latitude d’exposition autorise les fortes surexpositions. Ici, malgré la forte luminosité, les ombres ne sont pas enterrées. La granulation est d’une bonne finesse pour une pellicule de 400 ISO mais les détails paraissent un peu moins fins que sur la TMAX.

Au moment où j’écris ces quelques lignes, j’apprends que la maison Alaris est sur le point de relancer la fabrication de la TMAX 3200 cinq ans après l’avoir stoppée. C’est bien évidemment une excellente nouvelle pour les amoureux du film mais personnellement, j’aurais préféré le retour de la BW400CN.

Venise au château de Wambrechies – Canon EOS 5D MKIII et EF 35 mm F2 IS

Costume carnaval de Venise Wambrechies

Le carnaval de Venise s’est invité au château de Robersart de Wambrechies mais sans les gondoles. Je n’avais que très peu de temps devant moi alors j’ai pris juste quelques images et je suis parti réaliser la couverture photographique d’un mariage sur St-Laurent Blangy. Je me suis approché de ces personnes mystères entièrement costumées avec le 35 mm F2 IS monté sur un Canon EOS 5DMKIII. Plusieurs photographes étaient venus spécialement pour l’occasion équipés de gros zoom. Ils étaient obligés de se poster loin pour cadrer les somptueux costumes. J’ai dû en gêner plus d’un car je me place systématiquement à seulement 2 ou 3 mètres du sujet quand je photographie avec le 35 mm. Je me suis excusé plusieurs fois.  Poursuivre la lecture de « Venise au château de Wambrechies – Canon EOS 5D MKIII et EF 35 mm F2 IS »

Hiver 2017 – Canon EF 35 mm F2 IS

portrait 2017 soir hiver au 35 mm F2 IS

En cet hiver 2017, le froid persiste et oblige le photographe à prendre des précautions. Je n’ai pas voulu changer d’objectif avec les mains gelées lors de ma dernière sortie en pleine campagne, dans le Pas-de-Calais. Le Canon EF 35 mm F2 IS est resté vissé sur le boîtier. La campagne en hiver a un côté austère. Les couleurs sont quasi-absentes. Pour donner un peu de peps aux images, j’ai triché. J’ai utilisé un flash cobra. Ce n’est pas dans mes habitudes, d’autant plus que le soleil n’était pas encore couché. Il y avait assez de lumière pour travailler entre 400 et 800 ISO. Poursuivre la lecture de « Hiver 2017 – Canon EF 35 mm F2 IS »