7 années de blogging sur la photo argentique

scan vieilles photos argentiques

Voilà, cela fait aujourd’hui sept ans que le blog Histoires de photos existe. Le site n’a pas beaucoup évolué depuis son lancement. On me questionne régulièrement à propos de ce médium qui fascine toujours plus de nouveaux adeptes. J’ai bon espoir que la pellicule sera encore vivante durant les prochaines décennies. Je reçois encore des lettres d’encouragements de la part de passionnés et même parfois des remerciements qui me touchent à un point que vous ne pouvez pas imaginer. En écrivant dans ce journal mes anecdotes et ma vision des choses, j’espérais intéresser les non connaisseurs, sans trop y croire vraiment. Mais depuis quelques années, je constate que les plus jeunes veulent eux aussi essayer la photo argentique et d’ailleurs, certains ont voulu témoigner de leur passion. Cette modeste vitrine m’a permis de discuter avec des mordus de la pellicule, des purs et durs, mais pas seulement. Des photographes de tout horizon interviennent sur le blog. C’est réconfortant. Entre les pros, les auteurs, les experts et les débutants avertis, on échange librement nos points de vue sur tout ce qui tourne autour de la photo. Au départ, je pensais offrir un peu de mon expérience mais en fin de compte, j’en ai bien plus appris en vous écoutant. Merci !

Pourquoi l’argentique ? Thomas Dévényi

Pourquoi l’argentique ?
 
A la base il s’agissait de changer ma démarche de photographe et privilégier la qualité à la quantité. La limite des 36 prises de vues par pellicule me poussait à mieux sélectionner ce que je voulais immortaliser et plus me concentrer sur la composition de l’image.
 fred (1)En noir et blanc, l’image est dénuée de son information principale : la couleur. Il faut alors savoir jouer avec ce qu’il reste et le mettre en valeur. Jouer avec la lumière, les textures des éléments, la composition géométrique, les expressions du visage, les mouvements… Au final, ces éléments sont mis en lumière grâce au noir et blanc. L’argentique est un outil privilégié pour ce format. 

Lire la suite

Pourquoi l’argentique : Alexis témoigne

Alexis est un photographe argentique pluridisciplinaire. Il est aussi bien à l’aise en studio que dans la rue. J’aime la justesse de ses images. Ses noirs et blancs sont bien travaillés. Vous trouverez des informations intéressantes sur la pratique de la photo argentique sur son site.


 

Pourquoi l’argentique ?

En grande partie parce que le mode de capture est tangible: le négatif. Cela peut sembler un peu naïf mais la lumière qui a touché le sujet touche le négatif et le transforme.

C’est pour moi une véritable empreinte tout comme celle d’un dinosaure dans la boue ou celle d’une main peinte sur une caverne. Quand on touche ce calcaire ou cette peinture on touche celui qui l’a touché au même endroit, c’est purement magique.

alka-studio-la-photo-argentique-001

Pour la photographie argentique cela s’étend à tout ce que touche la lumière, c’est ce qui la rend fascinante à mes yeux.

D’autre part, pour rester plus terre à terre, parce que les choix qu’on établi à la prise de vue sont beaucoup plus définitifs qu’ils ne le sont en numérique. J’ai donc pour ma part plus le sentiment de créer, de fabriquer que de « bidouiller ».

Lire la suite

Pourquoi l’argentique ? Syril témoigne de sa passion

J’ai « découvert » la photo il y a 12 ans. Mes débuts avec un réflex numérique m’ont permis de me familiariser avec le triangle magique Ouverture-Vitesse-Sensibilité. Petit à petit, l’intérêt pour l’argentique s’est développé. A la fois par curiosité et par l’opportunité d’avoir récupéré des appareils à droite et à gauche.

Le déclic s’est fait quelques mois plus tard lors d’un voyage au Burkina Faso au cours duquel j’avais emmené mon matériel argentique et numérique. Résultats, les photos prises avec mon vieux réflex argentique chargé d’HP5 étaient plus belles et m avaient procurées plus de plaisir à la prise de vue que celles prises au numérique. Ma décision était prise. Virage à 180• pour l’argentique.

Lire la suite

Pourquoi l’argentique ? Le témoignage d’Eva

Pourquoi ont-ils choisi l’argentique ? J’ai demandé à des photographes amateurs d’expliquer les raisons de leur choix.

Math_Cheval

Eva témoigne

Lire la suite

Pourquoi l’argentique ? Le choix de Stéphane

Pourquoi ont-ils choisi l’argentique ? J’ai demandé à des photographes amateurs d’expliquer les raisons de leur choix.

Stéphane témoigne.

Je fais de l’argentique parce que je sais ce que je veux, j’utilise tel ou tel appareil du format 24×36 au format 8×10 suivant ce que je désire.

Lire la suite

Pourquoi l’argentique ? Le choix de Niko

Pourquoi ont-ils choisi l’argentique ? J’ai demandé à des photographes amateurs d’expliquer les raisons de leur choix.

ACROSS100

Niko témoigne.

J’ai toujours été attiré par la photo, plus pour son aspect ‘témoignage’ que pour un aspect artistique… Des expos de Jacques-Henri Lartigue et de Henri Cartier-Bresson m’ont marqué. Mes premières photos, je les ai faites sur l’AT-1 Canon de mon père dans ma ‘jeunesse’.

Lire la suite

Pourquoi l’argentique ? Clara, 17 ans, témoigne.

Pourquoi ont-ils choisi l’argentique ? J’ai demandé à des photographes amateurs d’expliquer les raisons de leur choix.

Les photos argentique de Clara 17 ans

Le témoignage de Clara :

Lire la suite

Pourquoi l’argentique ? le choix de Sylvain

Denis et Valentin - photographie argentique

Pourquoi ont-ils choisi l’argentique ? J’ai demandé à des photographes amateurs d’expliquer les raisons de leur choix.

Le témoignage de Sylvain :

« J’ai choisi l’argentique quand je me suis mis sérieusement à la photographie. Plusieurs facteurs m’ont alors motivé : la possibilité d’avoir accès à un boîtier d’occasion et un objectif correct pour un prix raisonnable, l’attraction que j’éprouve pour ces objets (qui n’a jamais tenu un bon vieux reflex, senti son poids, éprouvé son ergonomie…a raté quelque chose) et, surtout, la volonté de vraiment apprendre à faire de la photo.
Maîtriser la profondeur de champ et la vitesse, sur un appareil sans électronique, implique de faire le travail de l’ordinateur dans le numérique. C’est acquérir des connaissances techniques. C’est affirmer certains choix esthétiques. C’est se former, en photographe pensant.

Lire la suite

Pourquoi l’argentique ? le choix de Marie-Pierre

Pourquoi ont-ils choisi l’argentique ? J’ai demandé à des photographes amateurs d’expliquer les raisons de leur choix.

Marie-Pierre témoigne.

photographe argentique photo de rue

« De retour à la photo depuis deux ans, j’ai rapidement ressorti mon vieil argentique et il ne m’a plus quittée…

Lire la suite

Fabrice photographie en argentique

Liberty_Box

Liberty Box par Fabrice, allias Bardamu

« Je continue à travailler en argentique pour la qualité incomparable, à mes yeux, du rendu propre à l’argentique. Cela est particulièrement avéré en noir et blanc, rien ne remplace le rendu caractéristique d’une Tri-X développée dans du Rodinal, avec son grain et son incroyable latitude Lire la suite

Vous êtes photographe argentique ? Participez au blog Histoires de photos.

Photo d'un negatif kodak ektar 100 sur table

Vous photographiez en argentique depuis toujours. Vous découvrez la photo avec pellicule et vous aimez ça.

Venez témoigner sur le blog Histoires de photos. Je serai heureux de présenter et mettre en avant des photographes qui ont l’amour de la photographie argentique. Montrez vos négatifs, vos diapositives scannées et parlez-nous de votre passion en expliquant pourquoi vous avez choisi de travailler à l’ancienne.

Lire la suite

Témoignage d’un Nikoniste belge passionné par le reportage photo

Aujourd’hui, je vous présente un photographe belge dont les photos de mariage m’ont tout de suite tapé dans l’oeil.

J’ai découvert le blog de Thomas Blariau après avoir remarqué ses photos de mariées sur Flickr. Mais Thomas ne se range pas dans la catégorie « photographe de mariage ». Ce qu’il affectionne avant tout, c’est le genre reportage.

Je parcours régulièrement son blog et je dois dire que j’aime son style. Thomas et moi, nous ne nous connaissons pas personnellement et pourtant je me sens proche de lui. Il n’a pas la prétention de donner des leçons de technique. Il met davantage en avant l’acte de photographie que la technique. Même si ses images paraissent simples, elles sont techniquement très réussies. Quand il photographie un couple de mariés, un évènement culturel ou les coulisses d’un circuit automobile, il s’investit complètement dans son travail.

Thomas Blariau est un photographe que vous allez apprécier, je n’en doute pas. Je lui laisse la parole :

Je m’appelle Thomas et je suis un photographe « amateur » bruxellois en passe d’en faire mon second métier.

J’ai touché mon premier appareil photo vers l’âge de 18 ans avec le Reflex Nikon argentique de mon père. Le prix demandé pour un vrai développement m’a fait mettre la photo de côté jusqu’à l’arrivée révolutionnaire du numérique. Achat d’un compact Canon avec un mode manuel (!) pour voir si j’accrochais toujours et, de fil en aiguille, j’en suis arrivé au Nikon D3 avec quelques focales fixes lumineuses (20-35-50-85).

Pourquoi Nikon et pourquoi rien que des fixes? Nikon pour l’ergonomie que j’adore depuis toujours et les fixes pour la qualité optique et leur luminosité ainsi que le fait qu’un fixe force à se bouger, à rentrer dans son Image (toute ressemblance avec un slogan Nikon…).

Worker @ Avenue Louise
Pour cette photo prise en allant au boulot, je suis allé me placer au milieu de la rue +/- bloquée. Au début, je suis resté sur le trottoir mais je n’aimais pas tout cet espace et, 85mm oblige, je me suis rapproché pour isoler l’action.

Lire la suite

Témoignage d’un vrai photographe de montagne : Guillaume Laget

J’ai découvert un photographe paysager remarquable.

Guillaume Laget est spécialisé dans les massifs alpins. Il avait laissé un commentaire pertinent suite au billet qui avait fait débat sur la présence ou pas de personnes dans la photo de paysages. Faire ce qu’il fait en haute montagne n’est pas donné à tout le monde. Il faut être capable de marcher longtemps, ne pas avoir peur de rentrer bredouille et ne pas se décourager. Aussi, partir à la conquête des sommets enneigés ne se fait pas à la légère. Une bonne préparation, un bon équipement et une bonne condition physique sont indispensables. La montagne ne s’offre pas facilement. Lire la suite

La photo au Leica M6 – témoignage d’un photographe japonais

Je suis un photographe passionné, mais je suis aussi passionné par l’image. Et la qualité de certaines photos présentes sur Flickr, un site où je partage moi-même mes photos, me fascine. Depuis longtemps, j’avais envie de vous montrer les styles photographiques que j’aime.

J’ai donc décidé de donner la parole aux photographes dont j’admire le travail. Chaque vendredi, je laisserai la place à un photographe qui mérite d’être mis en avant. Ce sont des photographes amateurs ou professionnels, peu importe, mais avant tout de vrais créateurs d’images.

Aujourd’hui, j’ai choisi de vous présenter un photographe japonais que je suis depuis longtemps et que je remercie vivement pour son amabilité et sa disponibilité. J’aime ses cadrages soignés et ses compositions épurées. Il pratique la photographie argentique et notamment au Leica M6 : Arato Ogura.

Arato raconte* l’évolution de sa passion pour la photo et explique pourquoi et comment il travaille avec le Leica M6 :       Lire la suite