l’argentique pour les pros

Kodak Tri-X 1600 ISO

La photographie argentique est pour beaucoup un jeu, une passion, un hobby. Sa place n’est plus légitime auprès des photographes professionnels. Heureusement, elle n’a pas perdu de sa superbe. Elle est restée fidèle aux artistes et aux irréductibles. Quel que soit le secteur d’activité, le professionnel ne peut plus produire en argentique et en vivre comme avant, à part peut-être dans le milieu artistique. Le monde de la presse, de la publicité ou de l’entreprise en général, tout le monde réclame des prix bas et une réactivité de dingue de la part du photographe. Le numérique a tout accéléré. J’observe avec intérêt les nouvelles tendances du marché mais cela ne m’empêche pas d’avancer à mon rythme avec de la pellicule. Quand pour certains, l’argentique est un passe-temps, elle est pour moi une nécessité, un refuge. Je souhaite de tout cœur pouvoir créer, encore pendant quelques années, des images avec le matériel argentique et les films que j’affectionne. L’avenir est incertain, l’activité déjà fragile. Si les prix des matières premières continuent de flamber et les commandes clients de chuter, ce sera la fin d’un rêve. Je pourrais toujours honorer les commandes en numérique et partager cette histoire d’amour dans le blog en exposant quelques films pendant mon temps libre mais ce ne sera plus pareil.

La photographie de rue en argentique, c’est bien gentil mais ça ne nourrit pas son homme. Je ne connais personne dans mon entourage professionnel qui puisse prétendre vivre honnêtement de la vente de tirages ou de l’édition de livres. Photographier des spectacles ou des scènes de rues en argentique entretient la forme et cultive l’inspiration. Le blog Histoires de photos, nourri de photographies argentiques, capte l’attention de nouveaux adeptes de la pellicule et aussi de quelques sympathiques Gaulois rompus à l’exercice de la chambre noire mais c’est tout. Les articles m’amènent davantage de questions d’ordre technique auxquelles je ne peux pas toujours répondre et génèrent de moins en moins de contrats. Seule une poignée d’artistes, auteurs chanceux s’en sortent relativement bien financièrement et peuvent se permettre de pratiquer l’argentique à temps plein.

Le professionnel qui ose encore travailler en argentique est confronté à un dilemme : produire en quantité pour pas cher avec des coûts de production toujours plus élevés. Comment faire accepter aux clients un tarif supérieur à la moyenne pour deux fois moins d’images ques les confrères ? Le client est capable de comprendre le pourquoi du comment quand on lui explique bien les choses mais son porte-monnaie lui ne sera pas d’accord. Le reportage exclusivement argentique doit être réservé à une clientèle fortunée qui non seulement apprécie le rendu argentique mais qui en plus acceptera quelques imperfections et une quantité limitée d’images. Autrement dit, la cible est fortement restreinte. Alors, je ne vais pas vous mentir. Par moment, j’ai envie de ralentir et de me résigner. À terme, il n’est pas impossible que l’argentique disparaisse de mon activité pro. Un jour peut-être, je ne pourrai plus assumer une commande client avec de la pellicule. Le numérique aura gagné.

De nouvelles pellicules noir et blanc sur le marché

Kodak TMAX 400

Après le retour de certains films argentiques disparus comme la Kodak P3200 ou l’Ektachrome, de nouvelles pellicules noir et blanc apparaissent sur le marché. Lomography lance une pellicule sous la dénomination Black & White Fantôme Kino 8 avec une formule étrange. Cette pellicule est dotée d’une sensibilité de seulement 8 ISO. À en juger les premiers tests apparus sur la toile, la Kino 8 semble difficile à exploiter. J’ai vu des résultats complètement différents d’un blog à l’autre.

Poursuivre la lecture de « De nouvelles pellicules noir et blanc sur le marché »

Nuances entre le noir et le blanc

On ne profite pas assez de la lumière. C’est pourtant elle qui dicte la beauté d’une photo en noir et blanc. Toutes les nuances entre le noir et le blanc sont sublimées par la lumière, pas par la technique. Si j’écoutais mon cœur, je ne prendrais que la lumière. Le reste est secondaire. Hier, je suis allé à la ferme acheter des œufs et des légumes. J’ai regretté de ne pas avoir pris un appareil photo. La lumière découpée par les cagettes empilées dans la grange était splendide. En attendant mon tour, j’avais le temps pour observer les détails qui m’auraient sans doute échappés avant. Le sujet ne se trouvait pas dans la grange mais dans la partition formée par les rayons de lumière.

Développement argentique caffenol recette maison et tirage argentique papier scans matériel de numérisation haute def photographe professionnel Lille
Poursuivre la lecture de « Nuances entre le noir et le blanc »

Et si on renonçait aux étoiles ?

Kodak Portra 160

J’ai renoncé aux étoiles. Elles ne signifient rien sauf pour une poignée de lecteurs sincères. Les autres délivrent des étoiles à tour de bras dans l’espoir d’être vus et aimés en retour. Leur objectif commun est de faire apparaître quotidiennement leur avatar sur un maximum de posts. J’ai donc supprimé les étoiles sur les articles. Plus d’avatars. C’est dommage pour les blogueurs honnêtes. Je préfère mettre un lien vers les billets qui m’interpellent et les portfolios des photographes que j’admire ( pros ou amateurs ). Aujourd’hui, j’ai découvert un blog WordPress sympa qui regroupe des photos d’identité : Photobooth Journal. Si vous gérez vous aussi un blog, vous pouvez proposer votre lien. Je me ferai un plaisir de mettre en avant les billets qui sortent de l’ordinaire. Les likers fous ne lisent pas les articles. Ils ne sont donc pas concernés.

Reportage photo argentique

Kodak BW400CN – Canon EOS 3 + 17-40 F4 L USM

À une certaine époque, mon plus grand souhait était de faire de la photo artistique et d’en tirer quelques bénéfices. Avec l’âge, j’ai compris qu’il était préférable de se cantonner au reportage. On ne devient pas artiste parce qu’on le désire. Nous sommes tous capables de réaliser une bonne photo mais le talent ne s’acquiert pas aussi facilement. Être prestataire n’est pas dévalorisant. J’y trouve un réel plaisir en pratiquant la photographie dans le cadre professionnel. C’est même plutôt agréable de pouvoir se rendre utile en créant de bons souvenirs. Les mariés sont parfois très émus en voyant le travail accompli. Je suis aussi largement récompensé et certainement moins pauvre que si j’avais suivi la voie artistique. Reste à savoir s’ils sera toujours possible dans un futur proche de produire des reportages en argentique. Parce que c’est ce qui me tient à cœur.

Poursuivre la lecture de « Reportage photo argentique »

Lille un dimanche matin normal

Kodak TMAX 100 Lille
Lille – pellicule Kodak Tmax 100

Un dimanche matin normal, je serais en train de visualiser le travail photographique de la veille. Je fais un premier tour d’editing des reportages photos mariages afin d’éliminer les images ratées et les images en trop. Un dimanche matin comme aujourd’hui, j’aurais certainement mis le nez dehors, pris quelques photos dans Lille avec le 28 mm et de la Kodak Tmax.

Cette nuit, j’ai très mal dormi. J’ai beaucoup toussé, une toux sèche et irritante. C’est étrange. En 2013, j’écrivais ceci : « Nous n’allons pas rester enfermer« .

Et vous ? Que faites-vous un dimanche matin normal ?

Que pouvons-nous faire de plus ?

Je ne peux aider qu’en restant chez moi et faire quelques courses pour mes voisins âgés mais cela ne va pas très loin. Quand on voit l’engagement et l’immense travail du personnel soignant, on se sent presque inutile. J’écris des articles à propos de la photographie et maintenant je trouve tout cela futile. J’essaie de faire passer le temps, mon activité de photographe étant à l’arrêt total. Je pense aussi aux personnes qui luttent pour leur vie dans les services de réanimation. Et qu’en est-il de ces populations qui fuient la guerre et la famine amassées au bord de nos frontières dans le froid ? Je ne sais plus si je dois continuer à faire semblant et éviter d’évoquer tout sujet en rapport avec le virus.

Poursuivre la lecture de « Que pouvons-nous faire de plus ? »

Réjouissons-nous les nantis

Les sacrifices que le gouvernement et les experts de la santé nous demandent sont bien maigres en comparaison des sacrifices du personnel de santé confronté à cette pandémie. C’est même une partie de plaisir pour nous qui sommes en bonne santé à la maison. Votre activité sociale et vos loisirs en extérieur sont interrompus et alors ? C’est ce que vivent au quotidien les pauvres, les démunis et beaucoup de personnes âgées. Les plus chanceux et les plus riches ont dévalisé les magasins avant de partir se réfugier dans leur maison de campagne avec jardin, ne laissant que peu de choses aux autres qui n’ont pas le budget ni la place de faire du stock. Il y a tellement de gens qui vivent dans un espace réduit sans accès à internet et à la culture. Réjouissons-nous les nantis de pouvoir consommer autant de loisirs grâce aux multimédias et au confort matériel. Réjouissons-nous d’être en famille et ayons une pensée aux personnes seules. C’est l’occasion de s’inquiéter de l’état de santé de nos voisins en difficulté et de leur moral. On nous dit qu’il faudra repenser notre façon de vivre, c’est bien mais je ne crois pas aux changements de comportement de la société. L’être humain oublie et oublie très vite …

Le temps de la camaraderie

Malo-les-Bains 2018

J’ai maintenant un peu de temps devant moi. Tout mon activité professionnelle est désormais à l’arrêt. J’ai encore quelques contacts avec de futurs mariés et des contrats à faire parvenir par mail mais je ne peux plus exercer mes prestations photos. Les annulations du mois de mars et d’avril sont tombées. C’est l’occasion de m’occuper de la refonte de mon site professionnel. J’en profite aussi pour ressortir d’anciennes photos et de numériser quelques films mis de côté. Je repense à cette insouciance sur la plage de Malo-les-Bains en 2018.

Et la vie continue ?

Faudra-t-il rester confiné chez soi dans les prochains jours ? En tout cas, je ferai tout mon possible pour ne pas participer à la diffusion de ce virus. Tout le monde devrait se sentir responsable, moi en premier. Si la situation s’aggrave en France, je ferai mes rendez-vous clients par Skype et je reporterai volontiers toutes les séances photos programmées ce moi-ci. Je n’ai pas envie d’être un vecteur pour cette maladie qui pourrait toucher beaucoup de monde. Je pense notamment aux personnes fragiles et personnes âgées.