Venise au château de Wambrechies – Canon EOS 5D MKIII et EF 35 mm F2 IS

Costume carnaval de Venise Wambrechies

Le carnaval de Venise s’est invité au château de Robersart de Wambrechies mais sans les gondoles. Je n’avais que très peu de temps devant moi alors j’ai pris juste quelques images et je suis parti réaliser la couverture photographique d’un mariage sur St-Laurent Blangy. Je me suis approché de ces personnes mystères entièrement costumées avec le 35 mm F2 IS monté sur un Canon EOS 5DMKIII. Plusieurs photographes étaient venus spécialement pour l’occasion équipés de gros zoom. Ils étaient obligés de se poster loin pour cadrer les somptueux costumes. J’ai dû en gêner plus d’un car je me place systématiquement à seulement 2 ou 3 mètres du sujet quand je photographie avec le 35 mm. Je me suis excusé plusieurs fois.  Lire la suite

Le noir et blanc numérique style Kodak TMAX en photographie de rue

Apprendre la photo en noir et blanc avec un Canon EOS 750D

La photo argentique a influencé ma façon de travailler en numérique. J’essaie de reproduire le même type d’images qu’avec une pellicule noir et blanc Kodak TMAX. Cela commence sur le terrain en choisissant une exposition qui respecte l’équilibre ombre et lumière. Puis le passage en noir et blanc se déroule devant l’écran de l’ordinateur, jamais en direct live. Si la luminosité est intense ( ce qui est souvent souhaitable lorsque l’on veut jouer sur les contrastes ) les petites ouvertures sont privilégiées. Il n’est pas rare que le diaphragme soit fermé à F/16. J’ai constamment en tête le rendu des nuances de gris de la Kodak TMAX. Malheureusement, il est difficile de s’en rapprocher même avec un numérique doté d’une bonne dynamique. La problématique est la suivante : comment arriver à produire des images contrastées sans perdre trop de détails dans les hautes lumières ? L’objectif étant de se rapprocher d’une photographie de rue en noir et blanc réalisée avec une pellicule, je dois veiller à ne pas brûler les hautes lumières. Les ombres sont parfois sacrifiées mais c’est le prix à payer.

 

Le portrait en noir et blanc avec un reflex numérique – Cours photo individuels Arras et Douai

Cours photo individuel Nord Canon EOS

La photo de portrait en noir et blanc plait à beaucoup de photographes mais la maîtrise technique semble parfois poser problème. Une bonne photo noir et blanc ne résulte pas uniquement d’un traitement logiciel et vous le savez. Il n’est pas facile d’obtenir un rendu qui se rapproche du style inimitable du noir et blanc argentique mais en adoptant une méthode rigoureuse dès la prise de vue, on parvient à convertir l’image dans un noir et blanc satisfaisant. Le plus important est de privilégier les bonnes images pour le noir et blanc. Lire la suite

Sensibilité ISO et photos de mariages à l’église

Photographier un mariage dans une église : une épreuve pour le photographe

Certains photographes redoutent les cérémonies de mariage à l’église. Les lieux de culte sont parfois très mal éclairés. L’utilisation du flash n’est pas la meilleure solution. La lumière forte et directe gâche l’ambiance. Elle aveugle les mariés et perturbe la cérémonie. Le résultat n’est pas très esthétique. Si on veut éviter le flash, on peut recourir aux ISO. Les reflex récents sont capables de monter très haut en sensibilité. Mais l’image se dégrade à partir d’un certain niveau et les photographes craignent le bruit provoqué par les hautes sensibilités. Il faut donc se limiter à un seuil qui soit acceptable à nos yeux. Les photographes fortunés et la plupart des pros ont la possibilité de pousser la sensibilité de leur capteur à des niveaux incroyables sans risquer une dégradation de l’image. Pour eux, la question des ISO n’est pas un problème mais un atout. Ils peuvent déclencher sans se poser de question.

Lire la suite

Essais noir et blanc à la Business School

_MG_2571-2

Quand je teste un nouvel APN, je ne peux pas m’empêcher de vérifier le rendu monochrome avec l’espoir de retrouver l’aspect d’un noir et blanc argentique. Les résultats ne sont pas toujours probants. Les nombreuses tentatives m’amènent à la conclusion qu’il faut simplement accepter le noir et blanc numérique tel qu’il est et ne pas chercher à reproduire le style d’une pellicule. L’argentique a ses propres particularités. Le numérique en a d’autres, c’est tout.