Portrait au soleil sur pellicules couleur

Faire de la photo de portrait sous un soleil de plomb est une très mauvaise idée. Mais on ne fait pas toujours ce que l’on veut et le photographe dépend de son emploi du temps mais aussi et surtout de la disponibilité du client. Un ami photographe me demandait comment résoudre le problème des ombres dures sur le visage en plein été. Il songe à investir dans un petit réflecteur à main pour faciliter les portraits de vacances. En fait, la solution la plus simple est de placer son sujet dos au soleil ou éventuellement de déployer le petit flash intégré si le beau panorama en arrière-plan est indispensable sur la photo. Personnellement, j’essaye le plus possible de ne pas positionner les personnes que je photographie face au soleil. Ce n’est bon ni pour elles ni pour la photo.

Portrait sur pellicule : Fuji X-Tra 400

Le dimanche, c’est l’occasion de faire une pause dans mon activité de photographe de mariage. Le temps est médiocre, alors j’en profite pour scanner les pellicules des séances portraits précédentes. Léa a eu la gentillesse d’accepter de participer à cette séance de prise de vue couleur. J’avais envie de me remettre à la Fuji X-Tra 400 et de montrer que l’on pouvait sortir de bons clichés avec une pellicule ordinaire.

Portrait sur pellicule Fuji X-Tra

On peut lui reprocher beaucoup de choses à la Fuji X-Tra comme son manque de précisions dans les tonalités et son grain trop visible mais franchement ceux qui veulent profiter de leur 24×36 argentique ne devraient pas négliger la Fuji X-Tra. Ce film polyvalent a la capacité d’offrir des couleurs chaleureuses et on peut très facilement passer d’un endroit éclairé à un endroit sombre. Ce qui n’est pas toujours évident avec une pellicule de 100 ISO.

Portrait sur pellicule Fuji X-Tra Lille

Si vous débutez dans la photo argentique, essayez cette pellicule Fuji de 400 ISO. Vous pourrez même envisager une expédition photo argentique avec comme seul film de la Fuji X-Tra.

De meilleures photos grâce au 50 mm

Je pense que mes photographies ont commencé à devenir meilleures en 1995 quand je me suis équipé d’un 50 mm. Les images ne se sont pas améliorées grâce aux qualités optiques de l’objectif mais parce que je me suis mis à regarder différemment.

C’est comme lire un livre avec des lunettes pour la première fois, après plusieurs années de presbytie.

Quelle ouverture choisir sur un reflex argentique ?

La mer du Nord en noir et blanc argentique

Photo argentique prise à F16

Qu’est-ce qui détermine le choix d’une ouverture plutôt qu’une autre ?

Quand on découvre la photographie argentique avec un Pentax P30, un Olympus OM10 ou un Ricoh XR7, ce n’est pas pour rester coincé en mode automatique. Bien sûr, ces petits appareils peu coûteux représentent une porte d’entrée intéressante dans le beau noir et blanc à l’ancienne. Mais on a surtout envie de tester sa créativité en choisissant les réglages soi-même. La difficulté est de comprendre l’intérêt de la priorité ouverture ou du mode manuel. On parle souvent de profondeur de champ, de bokeh, de termes techniques qui embrouillent l’esprit et on hésite sur la valeur à sélectionner. C’est déjà compliqué de comprendre le principe en numérique mais c’est encore plus compliqué avec un petit reflex argentique qui ne permet pas tout comme un APN.

Alors quelle valeur faut-il prendre en compte en mode priorité ouverture ? En théorie, c’est la quantité de lumière qui impose une ouverture plutôt qu’une autre. Plus la luminosité est faible, plus il faudra ouvrir le diaphragme. Autrement dit, il faudra tourner la bague des ouvertures et choisir un petit chiffre. Au soir ou en intérieur, il est fort probable que l’on soit obligé d’opérer avec une ouverture de l’ordre de F2.8, F4 pour faire entrer suffisamment de lumière et ainsi éviter les vitesses trop lentes. À l’inverse, quand le soleil brille et que le ciel est dégagé, on aura tendance à fermer le diaphragme et donc aller vers des valeurs situées entre F11 et F16 ( l’ouverture est très petite et laisse passer moins de lumière).

Cette notion de dosage en fonction de la quantité de lumière disponible semble aujourd’hui oubliée. En effet, le jeune photographe sera davantage motivé par un effet de flou d’arrière-plan grâce aux grandes ouvertures ( F1.8 à F2.8 ) et peu importe si la lumière est abondante. Le problème avec ces reflex amateurs, c’est que la vitesse est limitée au 1/1000 eme. Une photo à F1.8 avec un beau flou d’arrière-plan ne sera pas possible par beau temps. L’image sera inévitablement trop surexposée. Ouvrir le diaphragme à F2.8 avec une pellicule de 100 ISO implique une vitesse d’environ 1/4000 en plein soleil. Je vous laisse imaginer ce que cela donne à F1.8 avec une pellicule de 400 ISO.

Portrait – Ouverture F2.8

Alors bien sûr, on pourra toujours recourir aux accessoires comme les filtres gris neutre pour faire barrage à la lumière et faire tomber la vitesse. Le photographe qui débute ne connait pas cette astuce. Le mieux est d’apprendre à adapter son ouverture en fonction de la luminosité. C’est un réflexe qu’il faudrait acquérir lorsque l’on s’aventure dans le mode manuel. Si l’intention est d’obtenir une zone de netteté courte, il ne faut pas oublier que plus on s’approche de sujet, plus cette zone se rétrécit. L’autre point à retenir, quand cela est possible, est de changer d’objectif pour une focale plus longue. Un 135 mm vous donnera un plus beau flou d’arrière-plan qu’un 35 mm F2.8 par exemple.

 

Utilisation du Flash Yongnuo YN560 IV en déporté

portrait de cinema

Avec le Flash Yongnuo YN560 IV utilisé en déporté, on peut modifier la lumière facilement

La lumière en hiver n’est pas toujours propice à la photographie de portrait. Un flash, même basique, peut modifier l’ambiance et même améliorer l’image. Seulement, il ne convient pas à toutes les situations, surtout quand il est utilisé de manière frontale. Le point positif : il est possible de commander un flash cobra à distance très simplement et donc de le placer à l’endroit voulu. Ici, j’ai positionné un Flash Yongnuo YN560 IV sur la droite de mon modèle. La lumière bien qu’artificielle crée du volume sur mon sujet et met en relief son regard tout en évitant l’ombre du chapeau. La communication entre le flash et le boîtier a été réalisée à l’aide d’un transmetteur récepteur Yongnuo RF 603 II. Le flash est ainsi utilisé de manière déportée, hors du sabot du boîtier.  Lire la suite

Vous allez aimer la photographie argentique avec la Kodak Gold

Outside Kodak gold

Ne jetez pas vos pellicules !

Je suis certain qu’il reste encore des pellicules photo non utilisées dans les vieux sacs photo des parents ou des amis. Si vous tombez sur une pellicule Kodak Gold, surtout ne la jetez pas. Elle vous servira un jour ou l’autre quand vous aurez envie de faire de la photo autrement. Faites-vous prêter un boîtier argentique, même un petit compact autofocus Canon Prima ou un Minolta Riva Zoom. Le grain dans une photo argentique contraste avec l’aspect lisse du numérique. Vos images auront un aspect tout aussi vintage qu’avec un produit de la gamme Lomography. Lire la suite

Développement noir et blanc express – Ilford HP5

Encore une pellicule développée en retard. En principe, les films devraient être développés rapidement une fois qu’ils ont été exposés. L’Ilford HP5 est restée dans le noir près de neuf mois avant de passer au bain. Ce n’est pas la première fois que j’oublie un film exposé. Je n’ai jamais rien remarqué de significatif sur les films développés en retard à part sur une vieille pellicule des années 90 oubliée dans un carton. Mais celle-ci avait dû subir des variations de températures et peut-être aussi la chaleur d’un radiateur voisin. Un voile couvrait presque toute la surface de la bande et les densités de gris ont été comme aplanies. A priori, ce n’est pas bien grave même si le délai entre l’exposition et le développement est de plusieurs mois.Théoriquement, il ne faudrait pas trop attendre sous peine de voir la qualité d’image se dégrader mais faut-il rappeler que les films de Vivian Maier ont été développés des dizaines d’années plus tard ?  Lire la suite

Cours photo individuel à Marcq : le portrait avec un reflex Pentax Kr, K-S2 ou K70

En réponse aux demandes récentes : oui, les cours photo individuels concernent aussi le matériel photo Pentax. Oui, je suis présent également à Marcq-en-Barœul comme partout dans le Nord pour vous guider dans l’utilisation de votre reflex numérique. Les photographes débutants en possession d’un appareil Pentax KS2, Kr ou K70 sont donc évidemment les bienvenus. Lire la suite

Tout photographier à F/1.8 ?

_MG_5008

Lorsque l’on découvre les rudiments de la photographie, on commence à prendre goût à la technique. On essaie en particulier les effets de flous / net. Un sujet bien net qui se dégage su un arrière-plan flou, quand l’exercice est maîtrisé, est toujours plaisant. C’est la raison pour laquelle, les objectifs fixes attirent beaucoup de photographes, les experts comme les débutants. Les ouvertures à F/1,4, F/1,8 ou F/2,8 sur un 35 mm, un 50 mm ou un 85 mm favorisent la distinction des plans. Alors au début, on privilégie un peu trop souvent les grandes ouvertures parce que la faible profondeur de champ fait sensation. L’erreur est justement d’en abuser et d’utiliser la méthode à toutes les sauces.  Lire la suite

Tout un reportage photo mariage avec un seul zoom

 

On me questionne parfois à propos des objectifs adaptés à tel ou tel type de photographie. Récemment, une jeune femme me demandait s’il était possible d’assumer tout un reportage photo mariage avec un seul zoom. Je n’ai pas de réponse toute faite. Les critères à prendre en compte sont différents d’une personne à l’autre. En fonction du budget du photographe, de l’attente des mariés vis à vis de la qualité du travail photographique et de la diversité des images, les réponses peuvent varier. De prime abord, je dirais oui, il est possible de se contenter d’un seul zoom lors d’un mariage. Un photographe amateur chargé de couvrir l’essentiel des cérémonies et de tirer quelques portraits officiels des mariés n’aura pas forcément la possibilité d’investir dans une multitude d’objectifs spécifiques. Il aura surtout besoin d’un bon outil à tout faire.

Le premier zoom pour un boîtier plein format qui me vienne en tête serait le 24-70 F/2.8. Ce genre d’objectif permet d’être opérationnel dans presque toutes les situations : à l’intérieur de l’église, à la mairie, dans le parc et pendant le vin d’honneur. Au-delà de la qualité d’image, l’essentiel dans le choix d’un zoom est que son autofocus soit capable d’accrocher le sujet en toute circonstance. Il n’y a rien de plus rageant et dommageable que de louper les instants cruciaux lors de l’échange des bagues parce que la mise au point a déraillé. Malheureusement, les prix des trans-standards haut de gamme sont très élevés. Lire la suite