Kodak Portra 400 et règle du F/16

Portrait réalisé avec le Canon EOS 3 + Tamron 28-75 F/2.8 XR DI + Kodak Portra 400

Portrait réalisé avec le Canon EOS 3 + Tamron 28-75 F/2.8 XR DI + Kodak Portra 400

Lorsque je suis confronté à la lumière dure du soleil, notamment en plein été, je me réfère à la règle du F/16. Cette règle permet de s’affranchir d’une cellule de mesure. Avec cette règle, l’exposition est correcte Le mode manuel devient alors facile. L’ouverture doit bien sûr être positionnée sur F/16 et la vitesse dépendra de la sensibilité de la pellicule. Ici, il s’agit d’une Kodak Portra 400 ISO. La vitesse sera donc de 1/400 ( ou la valeur la plus proche soit 1/500 sur l’EOS 3 ). Si votre pellicule est une 200 ISO, choisissez une vitesse de l’ordre de 1/250. Mais rien ne vous oblige à rester bloqué(e) sur la valeur F/16. Vous pouvez décaler le couple vitesse / ouverture. Si vous décidez d’ouvrir le diaphragme un peu plus, il faudra juste augmenter la vitesse d’autant. En ouvrant le diaphragme de deux crans, vous augmenterez alors la vitesse de deux valeurs. C’est aussi simple que ça.

Ne jetez plus vos anciennes pellicules photo

J’apprends que certaines personnes se débarrassent de leurs anciennes pellicules photo en les jetant aux ordures. Inutile de vous faire un dessin, ce n’est évidemment pas bon pour l’environnement. Si vous ne savez plus quoi faire de vos vieilles pellicules photo non exposées, essayez plutôt de les revendre sur Leboncoin à un prix modeste ou donnez-les aux passionnés de photo argentique. Vous ferez des heureux. Les pellicules dont la date de péremption est dépassée peuvent être encore utilisées. La preuve, regardez ce portrait réalisé avec une pellicule Agfa périmée depuis douze ans. Les couleurs ne sont plus aussi vives qu’avec une pellicule neuve mais cela reste acceptable. Après-tout, pour un amoureux de la pellicule argentique, la qualité et la précision des images ne sont pas le plus important.

 

 

Portraits sur le vif en reportage mariage

De nos jours, ce qui plaît aux mariés, ce sont les portraits sur le vif. Les jeunes générations ne souhaitent plus devoir poser de manière classique comme autrefois devant l’objectif du photographe mariage. Les temps changent. Place aux images vivantes et naturelles ! Malheureusement, les portraits sur le vif ne fonctionnent pas à chaque fois et miser uniquement sur le reportage photo durant toute une journée n’est pas réaliste. Les clients n’en ont pas conscience mais parfois la mise en scène s’impose, parce que l’arrière-plan est peu esthétique ou parce que la lumière est désastreuse.

portraits sur le vif en reportage mariage

Sauf cas exceptionnel et en dehors des photos de groupes, je ne fais pas poser les gens. J’essaye de capter des portraits intéressants pendant le cocktail. J’utilise essentiellement le Canon EF 35 mm F/2 IS et le 85 mm F/1.8 et souvent entre F2 et F2.8. Concernant les mariés, la séance photo du couple est plus que recommandée. Il faut alors les diriger un minimum. Même si les mariés n’ont pas envie de quitter leurs convives et ne se sentent pas très à l’aise devant un objectif, il est préférable de s’isoler un moment et de les photographier lorsqu’ils se retrouvent en tête à tête. In fine, Ils seront heureux d’avoir une série de portraits qui méritent un encadrement. Un 70-200 mm devient alors indispensable pour les plus timides. Pour certains, il est préférable de les laisser seuls dans leur intimité loin des invités.

portrait sur le vif mariage Canon 85 mm

Photographier des gens à la volée, c’est bien pour le côté naturel mais la quantité de déchets est plus importante qu’avec les portraits posés. Les grimaces et les bouches qui mastiquent lors du vin d’honneur ne mettent pas en valeur le sujet. D’ailleurs, il vaut mieux éviter de photographier les personnes en train de manger. L’exercice du portrait volé est plus difficile parce que l’on ne dispose pas toujours d’un cadre adéquat mais les sourires, les échanges et les fous rires sont plus faciles à obtenir lorsque les invités ne se doutent de rien. Le but est donc de ne pas se faire repérer. Il faut agir vite (les réglages doivent être faits avant de shooter ) et se positionner assez loin. Sinon les invités se figent.

reportage mariage lanternes Canon 6D et 35 mm F2 IS

Grâce au 85 mm, on reste encore assez discret. Cette focale fixe lumineuse se montre très utile aussi en intérieur quand on manque de lumière. En extérieur, le 70-200 est très pratique lorsque l’on veut s’éloigner des invités et rester invisible. ll est possible de travailler proche des personnes au 35 mm à condition de s’exécuter rapidement. Les portraits sur le vif lors d’un mariage sont difficiles à réaliser quand on n’est pas un adepte du reportage mais le résultat est bénéfique pour tout le monde.

Photographe mariage Nord

Deux focales fixes Canon indispensables pour les photos des préparatifs de la mariée

préparatifs de la mariée photographe à Croix

Les deux focales fixes Canon que je considère indispensables pour les photos des préparatifs de la mariée sont le 35 et le 85 mm.

Ceux qui suivent le blog depuis un moment le savent, j’ai une préférence toute particulière pour les focales fixes. Le 50 mm F1.4 est mon objectif fétiche mais lors des reportages photos mariages, j’utilise en permanence le 35 mm et le 85 mm. Le 35 mm m’aide à cadrer des plans larges et donc d’intégrer des personnes ou des éléments de déco en arrière-plan. Le 85 mm me permet de réaliser un cadrage serré de la mariée et de mettre en évidence un regard, un détail. Ce qui me pousse à choisir les focales fixes plutôt qu’un zoom, ce n’est pas tant la grande luminosité que procure un objectif ouvrant à F1.4 que la facilité à cadrer vite et bien. A force de voir en 50 ou 85 mm, on adopte une habitude de placement avant même de porter le viseur à l’œil. On gagne en efficacité et on travaille plus facilement le cadrage.  Lire la suite

Portrait au soleil sur pellicules couleur

Faire de la photo de portrait sous un soleil de plomb est une très mauvaise idée. Mais on ne fait pas toujours ce que l’on veut et le photographe dépend de son emploi du temps mais aussi et surtout de la disponibilité du client. Un ami photographe me demandait comment résoudre le problème des ombres dures sur le visage en plein été. Il songe à investir dans un petit réflecteur à main pour faciliter les portraits de vacances. En fait, la solution la plus simple est de placer son sujet dos au soleil ou éventuellement de déployer le petit flash intégré si le beau panorama en arrière-plan est indispensable sur la photo. Personnellement, j’essaye le plus possible de ne pas positionner les personnes que je photographie face au soleil. Ce n’est bon ni pour elles ni pour la photo.

Portrait sur pellicule : Fuji X-Tra 400

Le dimanche, c’est l’occasion de faire une pause dans mon activité de photographe de mariage. Le temps est médiocre, alors j’en profite pour scanner les pellicules des séances portraits précédentes. Léa a eu la gentillesse d’accepter de participer à cette séance de prise de vue couleur. J’avais envie de me remettre à la Fuji X-Tra 400 et de montrer que l’on pouvait sortir de bons clichés avec une pellicule ordinaire.

Portrait sur pellicule Fuji X-Tra

On peut lui reprocher beaucoup de choses à la Fuji X-Tra comme son manque de précisions dans les tonalités et son grain trop visible mais franchement ceux qui veulent profiter de leur 24×36 argentique ne devraient pas négliger la Fuji X-Tra. Ce film polyvalent a la capacité d’offrir des couleurs chaleureuses et on peut très facilement passer d’un endroit éclairé à un endroit sombre. Ce qui n’est pas toujours évident avec une pellicule de 100 ISO.

Portrait sur pellicule Fuji X-Tra Lille

Si vous débutez dans la photo argentique, essayez cette pellicule Fuji de 400 ISO. Vous pourrez même envisager une expédition photo argentique avec comme seul film de la Fuji X-Tra.

De meilleures photos grâce au 50 mm

Je pense que mes photographies ont commencé à devenir meilleures en 1995 quand je me suis équipé d’un 50 mm. Les images ne se sont pas améliorées grâce aux qualités optiques de l’objectif mais parce que je me suis mis à regarder différemment.

C’est comme lire un livre avec des lunettes pour la première fois, après plusieurs années de presbytie.

Quelle ouverture choisir sur un reflex argentique ?

La mer du Nord en noir et blanc argentique

Photo argentique prise à F16

Qu’est-ce qui détermine le choix d’une ouverture plutôt qu’une autre ?

Quand on découvre la photographie argentique avec un Pentax P30, un Olympus OM10 ou un Ricoh XR7, ce n’est pas pour rester coincé en mode automatique. Bien sûr, ces petits appareils peu coûteux représentent une porte d’entrée intéressante dans le beau noir et blanc à l’ancienne. Mais on a surtout envie de tester sa créativité en choisissant les réglages soi-même. La difficulté est de comprendre l’intérêt de la priorité ouverture ou du mode manuel. On parle souvent de profondeur de champ, de bokeh, de termes techniques qui embrouillent l’esprit et on hésite sur la valeur à sélectionner. C’est déjà compliqué de comprendre le principe en numérique mais c’est encore plus compliqué avec un petit reflex argentique qui ne permet pas tout comme un APN.

Alors quelle valeur faut-il prendre en compte en mode priorité ouverture ? En théorie, c’est la quantité de lumière qui impose une ouverture plutôt qu’une autre. Plus la luminosité est faible, plus il faudra ouvrir le diaphragme. Autrement dit, il faudra tourner la bague des ouvertures et choisir un petit chiffre. Au soir ou en intérieur, il est fort probable que l’on soit obligé d’opérer avec une ouverture de l’ordre de F2.8, F4 pour faire entrer suffisamment de lumière et ainsi éviter les vitesses trop lentes. À l’inverse, quand le soleil brille et que le ciel est dégagé, on aura tendance à fermer le diaphragme et donc aller vers des valeurs situées entre F11 et F16 ( l’ouverture est très petite et laisse passer moins de lumière).

Cette notion de dosage en fonction de la quantité de lumière disponible semble aujourd’hui oubliée. En effet, le jeune photographe sera davantage motivé par un effet de flou d’arrière-plan grâce aux grandes ouvertures ( F1.8 à F2.8 ) et peu importe si la lumière est abondante. Le problème avec ces reflex amateurs, c’est que la vitesse est limitée au 1/1000 eme. Une photo à F1.8 avec un beau flou d’arrière-plan ne sera pas possible par beau temps. L’image sera inévitablement trop surexposée. Ouvrir le diaphragme à F2.8 avec une pellicule de 100 ISO implique une vitesse d’environ 1/4000 en plein soleil. Je vous laisse imaginer ce que cela donne à F1.8 avec une pellicule de 400 ISO.

Portrait – Ouverture F2.8

Alors bien sûr, on pourra toujours recourir aux accessoires comme les filtres gris neutre pour faire barrage à la lumière et faire tomber la vitesse. Le photographe qui débute ne connait pas cette astuce. Le mieux est d’apprendre à adapter son ouverture en fonction de la luminosité. C’est un réflexe qu’il faudrait acquérir lorsque l’on s’aventure dans le mode manuel. Si l’intention est d’obtenir une zone de netteté courte, il ne faut pas oublier que plus on s’approche de sujet, plus cette zone se rétrécit. L’autre point à retenir, quand cela est possible, est de changer d’objectif pour une focale plus longue. Un 135 mm vous donnera un plus beau flou d’arrière-plan qu’un 35 mm F2.8 par exemple.

 

Utilisation du Flash Yongnuo YN560 IV en déporté

portrait de cinema

Avec le Flash Yongnuo YN560 IV utilisé en déporté, on peut modifier la lumière facilement

La lumière en hiver n’est pas toujours propice à la photographie de portrait. Un flash, même basique, peut modifier l’ambiance et même améliorer l’image. Seulement, il ne convient pas à toutes les situations, surtout quand il est utilisé de manière frontale. Le point positif : il est possible de commander un flash cobra à distance très simplement et donc de le placer à l’endroit voulu. Ici, j’ai positionné un Flash Yongnuo YN560 IV sur la droite de mon modèle. La lumière bien qu’artificielle crée du volume sur mon sujet et met en relief son regard tout en évitant l’ombre du chapeau. La communication entre le flash et le boîtier a été réalisée à l’aide d’un transmetteur récepteur Yongnuo RF 603 II. Le flash est ainsi utilisé de manière déportée, hors du sabot du boîtier.  Lire la suite

Vous allez aimer la photographie argentique avec la Kodak Gold

Outside Kodak gold

Ne jetez pas vos pellicules !

Je suis certain qu’il reste encore des pellicules photo non utilisées dans les vieux sacs photo des parents ou des amis. Si vous tombez sur une pellicule Kodak Gold, surtout ne la jetez pas. Elle vous servira un jour ou l’autre quand vous aurez envie de faire de la photo autrement. Faites-vous prêter un boîtier argentique, même un petit compact autofocus Canon Prima ou un Minolta Riva Zoom. Le grain dans une photo argentique contraste avec l’aspect lisse du numérique. Vos images auront un aspect tout aussi vintage qu’avec un produit de la gamme Lomography. Lire la suite