Catégorie : Argentique

Les highlands à une demi-heure de notre appartement

Nous avons atterri en Ecosse pour le travail, en 2001. Une start-up de Glasgow nous a payé, Heidi et moi, les billets d’avion pour un entretien d’embauche. La société recrutait des Français et des Allemands. Nous avons eu trois jours pour apprécier la qualité de vie en Ecosse. Après un mois de réflexion, nous sommes

Lire la suite

L’appareil photo ultra tendance du moment

Ce qui est tendance aujourd’hui, ce sont tous ces petits défauts que je voulais éviter ou corriger avant de me laisser tenter par le numérique. Le grain trop visible, le manque de netteté, les bords de l’image assombris, les couleurs un peu sales sont aujourd’hui très recherchés. Avec un Lomo, un Holga ou un Diana, aucun logiciel n’est nécessaire pour réaliser ces effets que certains jugent artistiques. Vous avez juste à déclencher. C’est pas merveilleux ?

Scanner les photos argentiques – un vrai plaisir

Scanner des photos argentiques n’est pas une contrainte mais un plaisir. Depuis l’acquisition de mon premier scanner, la numérisation de photos argentiques, même anciennes , a toujours été un véritable plaisir. J’avais opté pour un scanner film, une machine dédiée exclusivement aux pellicules photo. Je me suis perfectionné en apprenant auprès de professionnels. D’année en

Lire la suite

Des portraits étonnants de vérité : Marcin Kaniewski

Les portraits de Marcin Kaniewski m’impressionnent par leur simplicité et leur force. Je suis un modeste photographe, passionné par les photos de James Nachtwey, Raymond Depardon, Saul Leiter et bien d’autres photographes célèbres encore. Puis, il y a ces photographes amateurs qui savent capter avec intensité les émotions de leurs modèles, et suscitent chez moi

Lire la suite

Une pellicule photo exposée accidentellement deux fois

Le soir même cette pauvre pellicule photo fut mise au placard, jetée dans une vulgaire boîte à chaussure. Le photographe ne s’est même pas soucié de son sort pendant des années. Certains diront qu’il avait simplement oublié. Quel dédain ! Quand le photographe est tombé après inventaire sur la petite bobine délocalisée de son emplacement logique, c’est-à-dire avec les consommables,