VSCO et pellicules Fuji

Je n’ai pas l’intention de comparer VSCO avec les pellicules Fuji. Pour moi, le rendu numérique est différent du rendu argentique. J’aime photographier avec les deux supports, analogique et numérique, pour leurs qualités respectives. Mais je déteste les images numériques transformées en une bouillie qui ne ressemble en rien à une pellicule Fuji.

Photographe portrait mode Lille
Canon EOS 5D

On ne s’y retrouve plus dans la jungle des hashtags. Les pros VSCO nomment leurs fichiers numériques avec des appellations argentiques qui me laissent dubitatif. En reprenant les codes des films Fuji, Kodak et Ilford, ils taguent leurs images de manière peu cohérente et pas du tout honnête. À croire que les images produites par leur appareil photo numérique les ennuient.

Fuji Pro 400H

Photographies d’hiver en noir et blanc argentique

Je trouve qu’il est plus simple de photographier l’hiver en noir et blanc. Les couleurs sont parfois absentes après l’automne. Chaque année, je fais face à la même difficulté : comment photographier en hiver quand la lumière n’est pas de la partie ? Je ne suis pas du genre à me contenter de photos d’intérieur ou du studio. Malheureusement, habitué à composer avec les ombres et la lumière, il faut reconsidérer la façon de photographier dans la rue. En privilégiant l’insolite ou en faisant en sorte d’accentuer le côté dramatique d’une scène, on arrive à fabriquer des photographies d’hiver différentes mais les occasions sont rares. Pas simple !

photographie d'hiver en argentique - la neige dans le parc de Wambrechies - Photographe professionnel Nord

L’hiver en noir et blanc argentique

Photographier à F1.4 grâce aux filtres gris neutres

Beaucoup de photographes doivent apprécier l’arrivée de l’hiver et des journées sombres. Ils vont pouvoir photographier à pleine ouverture même en milieu de journée. Trop de soleil freine la prise de vue à F1.4, surtout si la vitesse de l’appareil est plafonnée au 1/4000. C’est encore pire pour les photographes argentiques bloqués par le 1/1000 imposé par leur 24 x 36. Mais il ne faut pas attendre les après-midi d’hiver pour photographier à F1.4. Grâce aux filtres gris neutres, il est possible de faire tomber la vitesse en deçà des limites du boîtier.

Photographier à F1.4 grâce aux filtres gris neutres

J’ai pris cet exemple de photo à F1,4 avec un reflex amateur. L’image est très claire et pour cause, la vitesse aurait dû dépasser le 1/4000 à 100 ISO. En plaçant un filtre gris neutre devant l’objectif, l’intensité de lumière est largement diminuée. La vitesse proposée par le boîtier est retombée en dessous du 1/4000 offrant une exposition correcte à F1.4. Ici, j’ai utilisé un filtre Gobe ND64 préconisé pour les temps de pose prolongés en photographie de paysage mais un filtre gris neutre ND8 aurait suffit. J’équipe tous mes objectifs avec la marque Hoya, soit pour protéger la lentille frontale avec des filtres UV ou Protector, soit des filtres gris neutres pour diminuer la quantité de lumière qui arrive sur le film ( ou le capteur ).

Filtre gris neutre Gobe pour objectifs photo
Photographier à F1.4 grâce aux filtres gris neutres

Personnellement, je n’aurais jamais pris cette photo à F1.4. Mais à force d’entendre les photographes amateurs se plaindre des limites de leur APN, je voulais faire ce rappel simple qui ne coûte pas très cher. Le filtre gris neutre est une solution pour les photographes qui ne jurent que par le bokeh et les effets de flous. La pleine ouverture se justifie à mon sens quand la luminosité est trop faible ou quand on souhaite mettre en valeur un détail, comme le regard d’une mariée par exemple.

Cours photo individuel Lille métropole

Olympus argentique à vendre OM2n

Olympus OM2n à vendre

J’ai un très bel Olympus OM2n à vendre. Ce boîtier 24 x 36 argentique s’adresse aux connaisseurs. Il expose particulièrement bien. Tout fonctionne, je l’utilise encore. J’ai une pellicule à l’intérieur à terminer et les piles sont neuves.

Olympus OM2n en vente à Lille

Pour celles et ceux qui ne connaissent as l’OM2n d’Olympus, c’est une appareil photo pour pellicules format 135 mm en 24 ou 36 poses. Il est extrêmement léger et compact. Léger mais très costaud, c’est un baroudeur. Vous pouvez l’emmener en randonnée sans souci. Il est doté de plusieurs fonctions intéressantes dont une molette de surexposition ou sous exposition, un retardateur, un mode automatique qui donne la priorité à l’ouverture, un mode manuel. Les vitesses vont de 1/1000s à 1 seconde.

Olympus OM2n à vendre

La fonctionnalité la plus intéressante est de pouvoir régler la correction de l’exposition comme en numérique. En fonction du rendu que vous souhaitez, vous pouvez obtenir des images claires ou des images sombres. Tout dépend si vous êtes plutôt High Key ou Low Key.

Cet Olympus OM2n est très propre. Le cadre à l’arrière est légèrement patiné et c’est normal. Il sert à placer une morceau de carton provenant de l’emballage de la pellicule actuellement utilisée. C’est pratique pour les étourdis. Ah oui, j’oubliais, le petit Olympus OM2n peut recevoir un flash Olympus T32.

L’objectif n’est pas compris pour cet appareil mais si vous débutez en argentique et ne savez pas quel modèle choisir, je pourrais éventuellement vous fournir un zoom de la marque voire une focale fixe selon de ce qui me restera en stock. Je me sépare de cet Olympus argentique parce que je veux réduire la quantité de matériel. Je l’adore mais à un moment donné, il faut savoir faire le tri.

Prix du boîtier nu : 120 € 100 €

VENDU

avec le Zuiko 35-70 F3,5 – F4,8 : 130

avec le Zuiko 28 mm : 150 €

Livraison en Colisismo en France métropolitaine : 7,50 €

Premiers tests de la pellicule Rollei RPX 100

Le photographe de mariage est au repos. Il n’y a pas de reportage ce samedi. Cela ne m’empêche pas de sortir prendre des photos. J’ai testé une pellicule noir et blanc que je n’avais pas encore eu l’occasion d’utiliser : la Rollei RPX 100.

Ilfors HP5 à 1600 ISO

Ce premier bout d’essai a été réalisé avec le Canon EOS 30v et le Tamron 28-75 XR Di. Je ne me suis pas imposé un sujet en particulier. J’ai conservé mes habitudes de travail et shooté comme je l’aurais fait avec une Agfa APX 100 par exemple. Il n’y avait pas dans cette sortie photo détente de cahier des charges strict. J’ai déclenché un peu au hasard. Une partie des photos a été prise au cimetière d’Houdain dans le Pas-de-Calais juste après un cours photo chez un particulier. Le reste de la pellicule a été terminé dans les rues de Lille et Wambrechies.

Pellicule Rollei RPX 100 finesse de grain médiocre

Pour l’instant, je ne suis pas très emballé par cette Rollei RPX 100. Elle me semble souffrir d’un manque de finesse au niveau du grain. On dirait une Ilford HP5 poussée à 1600 ISO. Ce n’est pas génial pour une pellicule de 100 ISO. Ou alors, je suis trop habitué au grain ultra fin de la TMAX et de la Delta. Encore une fois, je ne suis pas un expert du développement et le labo joue un rôle essentiel dans le rendu final. Le grain ressort peut-être de façon anormale ou je n’ai pas bien exploité le film sur le terrain.

Pellicule Rollei RPX 100 par temps gris

Je constate aussi que les contrastes montent très vite et les gris moyens sont un peu faiblards. J’ai pris mes précautions lorsque j’étais dans le cimetière en exposant le film pour les ombres. J’ai même pris le temps de vérifier vitesse et ouverture avec le Sekonic à la main. Je ne voulais surtout pas sous-exposer sans connaître réellement les aptitudes du film. Le temps était couvert et malgré la faible luminosité ambiante, le contraste est là. Le film est censé proposer une excellente gradation tonale mais cela ne m’a pas sauté aux yeux. C’est peut-être juste une impression ou un mauvais développement. En tout cas, ce film ne me laisse pas une bonne impression. Je préfère de loin la Rollei Rétro 80s bien que celle-ci soit également très contrastée, mais au moins les images sont plus propres et bien plus nettes.

pellicule Rollei RPX 100 et photographie de rue
Pellicule Rollei RPX 100 en photographie de rue ?

Une fois dans les rues de Lille, la lumière était plus forte qu’en matinée. Les contrastes sur le film s’expriment encore davantage et c’est normal. Par contre, je trouve qu’ils deviennent excessifs par grand soleil.

Pellicule Rollei RPX 100 très contrastée

Il faudra renouveler l’expérience en exposant différemment pour éviter d’enterrer les noirs. Je ne devrais pas donner un avis définitif après seulement un rouleau de consommé. J’ai aussi de la RPX en 400 ISO, je verrai comment elle se comporte face à une pellicule Ilford ou Kodak de la même sensibilité.

Pentax P30n et 28 mm l’argentique facile

Le Pentax P30n est un appareil photo argentique à la portée de n’importe quel utilisateur : débutant, grand débutant ou même expert… Il est parfait pour débuter en argentique. Les seuls réglages à faire sont ceux de l’ouverture en mode Auto. La vitesse est automatiquement sélectionnée par le boîtier. En mode manuel, on règle à la fois l’ouverture et la vitesse. La sensibilité ISO du film est prise en charge par le P30n. Il est impossible de choisir soi-même la sensibilité. Autrement dit, on ne peut pas exposer notre Tri-X préférée à 800 ou 1600 ISO. IL n’y a pas non plus de molette pour compenser l’exposition comme sur l’Olympus OM2n ou le Nikon FM. Pour cela, il faudra diminuer ou augmenter la vitesse d’un ou plusieurs crans par rapport à ce que préconise le boîtier dans le viseur.

Des boîtiers argentiques comme celui-ci, il y en a beaucoup sur le marché de l’occasion. Chez Nikon, vous retrouverez un équivalent dans le FM10. Ces sont des appareils conçus pour le grand public mais il ne faut pas pour autant les dénigrer. Je les trouve agréables à utiliser en photographie de rue. Ils sont compacts et ont peut toujours visser une bonne focale fixe. Avec le Pentax P30n, on peut réellement faire de bonnes photos argentiques sans se prendre la tête. Et puis, c’est l’occasion de se mettre au mode manuel.

Quelle pellicule pour mon Olympus ?

Olympus OM2n et Kodak 400TX

Les Olympus OM10 ou OM2n acceptent toutes les pellicules 35 mm. En fait, on peut charger un boîtier Olympus avec ce que l’on aime : pellicules couleur pro, pellicules grand public, films de la marque lomography, films noir et blanc. Sur les vieux boîtiers, le codage DX n’existe pas. Le réglage de la sensibilité ne se règle pas automatiquement comme sur un EOS 30v par exemple. La sensibilité doit être choisie par le photographe. C’est une habitude à prendre quand on débute en argentique. Je vous rassure, il m’arrive aussi d’oublier cette étape, même après 30 ans de pratique, un peu la faute aux reflex argentiques modernes.

Les pellicules pour mon Olympus OM2n

Quand je n’ai pas de projet photographique en particulier, j’aime beaucoup emporter un Olympus 24×36. Les photos prises au hasard dans la rue ou sur un événement le sont avec de l’AGFA APX 100 par beau temps, de la Kodak 400TX par temps gris ou alors en couleur avec des Kodak Ultramax, Kodak Gold et Fuji X-Tra. Les projets sérieux sont réalisés avec les boîtiers pros dotés d’un Autofocus. En fait, je m’adapte à la luminosité ambiante. Une pellicule 100 ISO quand le soleil cogne, une 200 ISO pour les lumières douces et 400 / 800 ISO lorsque le ciel est obscurci par les nuages. En début de soirée, je passe alors à 1600 ISO, voire 3200 à la tombée de la nuit.

Olympus OM-2000 – Kodak Colorplus 200

Le problème avec un Olympus OM10 ou un OM2n, et c’est valable aussi avec les autres formats d’appareils photo, c’est la limitation de la vitesse d’obturation. Avec ce genre de matériel photo, on reste bloqué au 1/1000. Les adeptes de la pleine ouverture se sentent frustrés quand il s’agit de photographier en plein jour. Même avec une pellicule de 100 ISO, il sera difficile d’ouvrir le diaphragme à F1,8 par exemple. En plein jour, la vitesse grimpe bien au delà du 1/4000. J’aimais beaucoup le petit Olympus OM 2000 que j’ai revendu et je me demande bien pourquoi. Celui-ci monte au 1/2000. Cela peut parfois être utile.

OlympusOM-2000 – Ilford HP5

Comment contourner cette limitation de vitesse ?

C’est la question que l’on me pose encore et encore. Mes photos sont complètement surexposées quand je shoote de la Kodak Gold 200 à F2,8. J’ai un Olympus OM10 et un 50 mm. Que puis-je faire ? Une pellicule de très faible sensibilité pourrait aider à faire chuter la vitesse suffisamment pour continuer à profiter des beaux flous d’arrière-plan dont rêvent les amateurs. Malheureusement, le choix en ISO faible est trop restreint et je doute fort que tout le monde ait envie de se contenter d’une Rollei RPX 25 ou d’une Ilford PAN F de 50 ISO. Alors, comment faire pour continuer à photographier avec une grande ouverture en plein soleil tout en conservant mes pellicules standards préférées ? La solution est simple et la majorité de mes lecteurs l’auront tout de suite devinée : le filtre gris neutre.

En plaçant un filtre gris neutre devant l’objectif, vous limitez la quantité de lumière qui atteint le film. Le filtre gris neutre agit comme un rideau devant une fenêtre. On peut choisir l’intensité en fonction de l’effet recherché. Un Filtre ND8 par exemple fait perdre trois diaphragmes. Autrement dit, on peut espérer photographier à F2,8 en plein jour tout en restant en dessous du 1/1000 fatidique. Le choix d’une pellicule pour votre Olympus ne sera plus un problème.

La question de la vitesse maxi sur nos boîtiers argentiques ne se posait pas vraiment à l’époque. On faisait avec. Sinon, on partait vers des boîtiers comme le Nikon FE2 qui lui monte au 1/4000. Aujourd’hui, c’est une vraie contrainte pour les jeunes photographes.

Et pourquoi pas le flash en photographie argentique ?

L’un de mes amis, lui aussi fou d’argentique, me demandait pourquoi je n’utilisais pas de flash sur mes vieux appareils. Ce qui est faux. On me voit souvent photographier sans flash même dans des endroits sombres mais cela ne signifie pas un refus total de lumière d’appoint. C’est vrai, je dis souvent que le flash n’est pas indispensable la nuit en argentique tant qu’il reste un soupçon de luminosité. Mais à un moment donné il faut bien recourir à la lumière artificielle. Le film argentique, comme le numérique, a ses limites. Le rendu granuleux des films poussés à 6400 ISO ne convient pas à tout le monde.

Ilford HP5 et Flash

La tendance actuelle chez les photographes de mariages en premier est de se positionner comme spécialiste de la prise de vue en lumière naturelle. Certains déclarent pouvoir se passer du flash toute une journée mais la vraie raison ne se trouve t’elle pas dans une appréhension et une méconnaissance du flash ? Pourtant les équipements modernes avec les flashs E-TTL assurent une bonne exposition en reportage photo numérique.

Je pense qu’il est dommage de s’interdire le flash en argentique. Quand on aime expérimenter de nouvelles techniques, il est tout aussi intéressant de tester une nouvelle émulsion qu’un flash. La difficulté avec les appareils photo anciens qui ne pilotent pas le flash est de savoir comment doser la puissance de l’éclair. En fonction de la distance du sujet, de l’ouverture du diaphragme et de la sensibilité de la pellicule, le flash doit être réglé manuellement dans la plupart des cas. J’avoue que le principe n’est pas simple pour un photographe qui a toujours baigné dans le monde numérique et du tout connecté.

Par contre, quand on a la chance de posséder un flash manuel adaptable sur un reflex numérique comme sur un argentique, il est facile d’évaluer les réglages optimums sur son reflex numérique et de reproduire les valeurs sur le boîtier argentique. Les résultats seront sensiblement identiques et pas besoin de flashmètre. La solution la plus simple est finalement de fonctionner avec un reflex argentique récent et de prendre un flash TTL d’occasion datant de l’époque. Les Canon EOS 3 et des Nikon F100 pilotent les flashs TTL avec une grande efficacité.

5D MKIII 1/60 à F4 et 400 ISO avec le flash réglé au 1/8 de sa puissance

Je ne suis pas non plus un adepte du flash mais il y a dans ma sacoche, un flash ETTL Canon pour accompagner les reflex autofocus et deux flashs manuels Yongnuo qui attendent de jouer leur rôle pendant les reportages photos en soirée.

Kodak Tri-X style rétro

La Kodak Tri-X ne fait pas l’unanimité, moi je l’aime pour son style rétro

La Kodak Tri-X a un look très distinctif des autres pellicules. Les images ont parfois un rendu rétro. Le contraste est souvent très élevé sous une forte luminosité, vous pouvez vous attendre à des noirs profonds et des blancs brillants, surtout en traitement poussé. Comparativement à la Kodak Tmax P3200, les blancs sont grillés avec la Tri-X. Sur la Tmax , non.

Kodak Tri-X style rétro du noir et blanc argentique
La Kodak Tri-X et son style rétro

J’aime beaucoup photographier les gens passionnés, en particuliers les passionnés des époques passées. Ici, j’ai rencontré Miss Bridget au cours d’un événement, une rencontre entre passionnés du style de vie américain. C’était à Verlinghem près de chez moi. La rencontre n’était pas programmée. Je lui ai proposé deux ou trois prises en argentique avec la Kodak Tri-X. Bridget ne se considère pas comme une Pin-Up mais une passionnée de la période d’après guerre. Quand je lui ai expliqué ma démarche, elle a trouvé bon cette idée d’être photographiée à l’ancienne, avec du film.

Style rétro de la Kodak Tri-X 400 blog photo argentique Lille

Le coût relativement faible de la Tri-X et son potentiel en traitement poussé en font un choix parfait pour se perfectionner en photographie argentique.

Contrastes élevés de la Kodak Tri-X 400

Chargez votre argentique préféré avec de la Kodak 400TX, Nikon FM2n, Olympus OM1, , Canon EOS 300x, Minolta X300s, Leica M4-p, Canonet QL 17, Rollei 35, Yashica T et amusez vous.

Cérémonies de mariage en noir et blanc argentique avec la Kodak P3200

Les amoureux de la pellicule le savent, couvrir les cérémonies de mariage en noir et blanc argentique peut s’avérer extrêmement risqué

La difficulté majeure que l’on rencontre lors des cérémonies de mariage est la faible luminosité à l’intérieur de certaines mairies et surtout des églises. Ce manque de lumière est un vrai défi pour le photographe argentique qui débute. Premièrement, photographier avec une pellicule standard dans un intérieur sombre entraîne inexorablement des photos floues. Les focales fixes lumineuses, souvent indispensables dans ce cas précis, n’empêcheront pas les vitesses lentes. Les images prises en dessous du 1/30 lorsque les mariés se déplacent, tournent la tête ou s’échangent leurs vœux, seront forcément floues. Et si la vitesse tombe vraiment très bas, il devient alors presque impossible de photographier à main levée sans provoquer un flou de bougé. C’est un véritable risque pour celle ou celui qui promet aux mariés de belles photos noir et blanc à l’ancienne.

Deuxièmement, la mise au point n’est pas toujours évidente à réaliser avec un appareil photo argentique. Les boîtiers autofocus ne sont pas aussi performants que les reflex numériques d’aujourd’hui. Il arrive que mes EOS 3 patinent dans la pénombre et n’arrivent pas à faire le point. Cela peut devenir très gênant en plein milieu des cérémonies de mariage. Tout se passe très vite et le photographe n’aura pas la possibilité de faire rejouer la scène. La mise au point manuelle reste la meilleure solution en faible luminosité mais se montre parfois délicate en argentique. Il faut un peu d’entraînement avant de se lancer dans un tel projet.

Comment photographier les cérémonies de mariage en argentique ?

Photographier dans un endroit sombre représente un véritable problème en argentique quand on n’y est pas préparé. Certains penseront contourner le problème en photographiant avec un flash cobra mais utiliser le flash en pleine cérémonie de mariage est une très mauvaise idée. Inutile de vous préciser que le flash peut aveugler les mariés s’il est mal dosé et il est peu efficace de loin. Non, la solution la plus pertinente revient à augmenter la sensibilité du film argentique. Comme en numérique, le photographe choisit une sensibilité supérieure pour lui permettre de travailler avec des vitesses suffisamment rapides pour éviter le flou ou les images sous-exposées.

Lorsque je photographie des cérémonies de mariage en noir et blanc argentique, j’emploie la plupart du temps des pellicules Kodak et Ilford de 400 ISO que j’expose à 1600 ou 3200 ISO. De temps en temps, je prends un stock de films Ilford Delta 3200 ou plus récemment de la Kodak P3200 comme ici sur les exemples de photos à la mairie, à l’église et en soirée. Malheureusement, j’avais sous-estimé la luminosité à l’intérieur de l’église. La pellicule était déjà entamée à 1600 ISO et j’ai tout de même tenté quelques prises de vues avec la même sensibilité pendant la cérémonie religieuse. Les nuages avaient fait chuter la luminosité ambiante. En voyant les vitesses plus basses que la limite raisonnable, j’ai décidé de ne pas poursuivre en argentique. Il aurait fallu changer de pellicule et monter à 6400. De toute manière, le but n’était pas de couvrir la totalité des cérémonies en noir et blanc argentique.

Les développements sont confiés à un laboratoire professionnel. Je note au marqueur indélébile sur chaque pellicule la sensibilité choisie. C’est aussi simple que ça. De cette façon, je peux poursuivre le reportage en argentique même si la lumière semble trop faible. Je pense commander davantage de Kodak P3200 à l’avenir. Je suis plus habitué à pousser la sensibilité de la Tri-X ou de la HP5 mais je trouve les contrastes moins durs avec la P3200. Cette pellicule est très versatile. On peut l’exposer à 400, 800, 1600 et 3200 sans problème. La contrepartie, ce sont des images plus granuleuses.