Photographie de mariage – Retour aux fondamentaux

Canon a annoncé la sortie prochaine de son nouvel hybride, l’EOS R6 Mark II. Quelques jours avant, j’achetais un EOS 6D Mark II chez Digit Photo. Grâce à une offre spéciale, j’ai obtenu un prix intéressant sur ce boîtier semi-professionnel. Un reflex plein format neuf à 1199 euros, ce n’est pas une mauvaise affaire.

Canon EOS 5D Mark III – Canon EF 35 mm F1,4 L

Certains d’entre vous seront surpris de cet achat. Le 6D Mark II n’a pas bonne presse en partie à cause de sa faible dynamique. Mais pour moi, ce défaut n’est pas rédhibitoire. Mon but était de trouver une solution aux phénomènes de back et front focus que je rencontrais systématiquement avec le 50 mm F1.2 L sur les deux EOS 5D MKIII. Les micro-ajustements n’ont jamais rien changé. Le taux de déchets était inacceptable. Résultat, je n’osais plus photographier avec le 50 en prestation. Après un bon millier de photos tests avec le 6D MKII, je suis heureux de constater un net progrès. Je vais enfin pouvoir utiliser ce cailloux sans crainte. L’autre solution aurait été l’achat d’un EOS R (ou RP) mais je n’avais pas envie d’investir dans un hybride immature. Le 6D n’est pas non plus le reflex idéal, loin de là, mais il me coûte 500 euros de moins que l’EOS R sans compter l’adaptateur dont j’aurais besoin pour mes objectifs en monture EF.

Canon EOS 5D Mark III – Canon EF 35 mm F1,4 L

Le Canon EOS R6 devrait logiquement remplacer les 5D Mark III quand ils seront en fin de vie. Mais cela ne me dérangerait pas de poursuivre mon activité professionnelle avec le 5D Mark IV pendant plusieurs années si une offre alléchante se présente mais je n’y crois pas vraiment. Son prix de vente reste assez élevé, au même niveau que le R6. Le Canon EOS R6 MKII est quant à lui proposé à 2900 euros. Je ne pense pas que les possesseurs de la première version aient envie ou besoin de passer au Mark II. Il n’y aura donc pas de R6 à profusion sur le marché de l’occasion dans les prochains mois.

Canon EOS 5D Mark III – Canon EF 135 mm F2 L

Les capacités du nouveau R6 sont visiblement époustouflantes, notamment au niveau du suivi du sujet. Connaissant les faiblesses de mes EOS 5D Mark III en la matière, je suis émerveillé devant de telles prouesses technologiques. Le mode de suivi intelligent proposé par Canon, comme la plupart des autres fonctionnalités, permet au photographe de se concentrer sur l’essentiel de la prise de vue : la composition, la distance avec le sujet et le moment choisi. L’exposition et le rendu final sont retranscrits en temps réel dans le viseur, un autre point rassurant. L’efficacité obtenue grâce à un autofocus quasiment infaillible est indéniable. Cela enlève une partie du stress lors d’un événement important, surtout pendant les temps forts. Quand je pense à tous ces moments que le photographe ne doit pas rater, c’est parfois effrayant. Il y a énormément de décisions à prendre tout au long d’un reportage photo mariage. Si le photographe a une confiance absolue en son boîtier par rapport à l’autofocus, alors il peut travailler sereinement.

Canon EOS 5D Mark III – Canon EF 50 mm F1,2 L

Un outil comme l’EOS R6 MK II pourrait évidemment me faciliter grandement la tâche, y compris en post-traitement. Les arguments de cette merveilleuse machine sont convaincants. Cependant, les commandes clients que je traite ne nécessitent pas un tel investissement, et encore moins mes travaux personnels. Les mariés ne se déplacent pas à la vitesse d’une voiture de course et je n’utilise que des appareils argentiques pour les projets personnels. Je m’en sors bien avec les deux 5D MKIII même si je leur reproche un manque de précision avec certaines focales, notamment le 50mm F1.2. Avec l’expérience, on arrive à anticiper les difficultés y compris en soirée, pendant l’ouverture de bal. Mais je suis tout de même impressionné par ces innovations qui apportent sans nul doute un réel confort et évitent un trop grand nombre de photos avec une mise au point approximative.

Canon EOS 5D Mark III – Canon EF 24-70 mm F4 L

En ce moment, mon plus gros souci n’est pas de savoir si je dois changer de système ou non mais de revenir à une façon de travailler qui me convienne mieux. Je suis justement en pleine réflexion par rapport à mon rôle de photographe de mariage et ma méthode de travail actuelle. Les reportages de cet automne ont été particulièrement éprouvants en terme de quantité de travail. Je voulais faire plaisir à mes clients en leur fournissant des images très variées. Du coup, j’ai emporté et utilisé beaucoup de matériel dans le but d’accentuer les effets visuels. En fait, je me suis compliqué la vie avec une multitude de focales fixes, de flashs, de diffuseurs et d’accessoires. J’ai perdu un temps considérable, le nez fourré dans mes sacs au lieu d’observer ce qu’il se passait autour de moi et de prendre le temps de réfléchir. Cela ne me ressemble pas.

Canon EOS 5D Mark III – Tamron EF 85 mm F1,8

Evidemment, un photographe de mariage doit savoir tout faire : de la photo d’action au portrait studio, des photos de détails aux photos d’ambiance, des photos au flash, en déporté ou non, des photos de la première danse etc… Fournir des images variées fait obligatoirement partie de l’offre du photographe de mariage mais la recherche de la technicité était en ce qui me concerne contre-productive. Ce n’est pas la bonne stratégie. Le matériel me ralentissait et mobilisait beaucoup d’énergie mentale. Bien que je maîtrise toutes ces techniques, j’ai l’impression d’avoir perdu de vue l’essentiel : être à l’affût des bons moments, capter de vrais instants de vie. Mon souhait le plus profond a toujours été de réaliser de bons portraits classiques, sur le vif ou non. Or, petit à petit, j’ai migré vers une sorte de course aux effets en m’équipant de plus en plus.

Canon EOS 5D Mark III – Tamron EF 85 mm F1,8

Je ne suis plus certain que mon rôle de photographe de mariage consiste à courir non-stop pendant 15 heures d’affilé afin de rendre un reportage qui retrace chaque instant. La vidéo est là pour ça. Aujourd’hui, j’ai envie d’un retour à une photographie plus posée, plus réfléchie. Je ne veux plus enregistrer tous les faits et gestes des mariés et des proches. Bien souvent, je rentre à la maison avec plus de 4500 images. Avec une telle quantité de fichiers, l’Editing est fastidieux. Les clients ne se rendent pas compte mais je passe un temps considérable devant l’écran de mon ordinateur à visionner les images une par une et à les traiter au cas par cas afin d’aboutir à une sélection pertinente et cohérente. C’est usant physiquement et intellectuellement.

Je suis impatient de retrouver mes marques avec le 50 mm F1,2. Il n’était plus vraiment de la partie à cause de l’imprécision de l’AF sur les 5D. J’espère que le 6D MKII saura me redonner le plaisir de cadrer instinctivement comme je le faisais auparavant. Un équipement réduit au strict minimum et un peu plus de sérénité devraient m’aider à gagner en efficacité et à finir cette saison des mariages dans de bonnes conditions.

Canon EOS 5D Mark III – Canon EF 24 mm F1,4 II L

Photographe mariage Lille. Des infos sur mes prestations photos mariages : fredlaurent.com

5 commentaires sur “Photographie de mariage – Retour aux fondamentaux

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour Fred.
    Belle analyse introspective et remise en question qui te permet une remise à plat et une décision majeure pour le futur : back to the basics, simplicité, efficacité, écoute des besoins et envies des clients (y compris les « non-dits »), par le maintien de tes atouts : différenciation, humanisme, captation des moments et des émotions.
    Bravo et bonne continuation.

    1. Merci Olivier, c’est sympa. Je me suis embarqué dans une course aux images qui en jettent. Finalement, ce n’est pas ce pour quoi les clients signent avec moi et ce n’est pas ce qui me caractérise. Pour attraper un beau regard et une bonne lumière, on n’a pas besoin d’accessoires ni de super zooms. J’adore chacun des objectifs que je possède mais bien souvent, je trouve que cela trop de matériel à la fois. Je pense que je vais travailler avec très peu de matériel lors des prochains mariages pour me forcer à me recentrer sur le cœur de mon métier : les gens. Bonne semaine Olivier.

  2. Bonjour Fred. Très heureux de te lire une nouvelle fois. Je te rejoins totalement sur le fait qu’un photographe doit immortaliser l’émotion d’un mariage. Les mariés seront touchés par l’émotion que dégagent les photos et non le joli flou d’arrière-plan . C’est tout à ton honneur de te remettre en question sur ton travail c’est la marque des (très)bons photographes . A très bientôt.

    1. Bonjour Jérôme. Je te remercie. Je pense qu’il est important de rester fidèle à ses convictions. J’ai besoin de faire les images que j’aime que ce soit dans le cadre d’un projet personnel ou dans mon activité professionnelle. Sinon, je me sens malheureux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Retour en haut ↑