Choix d’un révélateur pour Fomapan 100

Il existe une multitude de produits pour révéler un film noir et blanc. Le rendu final va dépendre du révélateur choisi, de la dilution, du temps de développement, de la température et de la manière d’agiter la solution dans laquelle va tremper le film. La Fomapan 100 est une pellicule premier prix alors j’ai choisi un révélateur économique : le Rodinal. J’avais pris l’habitude de traiter la Fomapan avec une dilution en 1+50 mais en 1+100, le résultat n’est pas moins bon. Le développement est plus long mais vous fera économiser de l’argent sans pour autant sacrifier la qualité.

Je n’ai eu besoin que de 5 ml de produit pour développer la Fomapan 100. Le bidon de 500 ml coûte 11,90 € chez Digit-photo.com. Je vous laisse donc faire le calcul. D’accord, je ne prends pas en compte le bain d’arrêt (que vous pouvez remplacer par un rinçage à l’eau claire) ni le fixateur. Mais tout compris, on ne doit pas être loin des 30 centimes le développement. N’allez pas croire que réaliser des économies est une obsession chez moi. Je tenais à démontrer à mes amis photographes passionnés par la pellicule qu’il est possible de pratiquer l’argentique sans se ruiner en labo. Actuellement, j’achète la Fomapan 100 à 3,99 €. Le coût film+dev reste raisonnable.

Si je voulais améliorer le rendu global et la finesse de grain, je partirais sur un développement avec l’ILFOSOL 3. La combinaison des deux m’avait vraiment plu, y compris la Fomapan 100 poussé à 400 ISO. De votre côté, vous avez certainement déjà eu l’occasion de tester d’autres révélateurs que le Rodinal ou l’Ilfosol 3. Si vous souhaitez partager votre expérience labo et montrer vos négatifs numérisés, n’hésitez pas. Avant la fin de l’année, il faudra quand même que je me remette au Caffenol. Abonnez-vous au blog si ce n’est pas déjà fait. Il y aura à nouveau de la Fomapan au menu cet hiver. J’attends une livraison de Fomapan 200 en l’occurrence.

Cette série de photos a été réalisée au jardin botanique de Lille. J’ai utilisé l’EOS 33 de mon ami JP et le Canon EF 28mm F2 IS. L’exposition a été calculée sur des valeurs moyennes avec une vitesse de 1/60 et une ouverture à F/11 dans la plupart des cas. La luminosité était très bonne et sans excès.

Je vous avais annoncé d’autres sujets photo que la technique et les pellicules pour le mois de septembre mais je n’ai pas pu m’empêcher de revenir une nouvelle fois sur le développement d’une pellicule noir et blanc. J’ai eu une discussion fort intéressante avec un ami photographe qui se plaignait des travaux de développement des labos en France. Le résultat attendu n’est pas toujours au rendez-vous sauf en en mettant le prix fort. Le problème est que l’on n’aura jamais un rendu aussi personnalisé qu’en développant soi-même à la maison. Alors bien sûr, il faut investir du temps et un peu d’argent mais je vous assure que cela mérite bien quelques heures passées devant Youtube et enfermé dans la salle de bain.

Pendant longtemps, je refusais de m’y mettre sous prétexte d’avoir peur de rater une commande client. J’avais lu dans les forums trop de commentaires de photographes déçus par leurs propres développements. Quand il s’agit d’un shooting famille, je prends toutes les précautions pour garantir un résultat professionnel. Les produits utilisés sont récents et entreposés à l’abri de la chaleur. Je respecte les temps de développement, la température de l’eau et l’agitation préconisés par les grandes marques comme Ilford. J’essaie de minimiser les risques d’erreur au maximum tout en sachant que cela peut se produire à tout moment.

11 commentaires sur “Choix d’un révélateur pour Fomapan 100

Ajouter un commentaire

  1. J’aime ces films FOMA, le FOMAPAN 100 étant vraiment excellent, par ailleurs commercialisé par Kosmophoto (https://kosmofoto.com/product/kosmo-foto-mono-film/).
    Ses frères à 200 et 400 ISO me conviennent mieux.
    Je suis toujours circonspect au sujet du RETROPAN 320°.
    Tous les films FOMAPAN sont développés dans les formules D76 (et FOMA vend l’équivalent FOMADON P W37).
    J’utilise pour ma part du HC110 pour des raisons pratiques.
    Merci pour vos articles.

    1. Merci pour votre intervention Jean-François. J’utilise beaucoup la Fomapan 400 à 800 ISO. Le D76 et l’HC110 sont des grands classiques que je recommande vivement, surtout pour les films Kodak.

  2. Bonjour Fred. J’utilise le Kodak XTol vendu en poudre en sachets. Chez labo-argentique.com 13,75 € pour faire 5L.
    Les résultats sont très bons avec de la Fomapan 400 à 250 iso et à 400 iso.
    Films pris avec : Zeiss Ikon Contessa, Zorki 1D, Zorki 3M, Yashica Lynx 5000E, Welta Welti-1, Minolta Hi-Matic 7s. 🙂

    1. Je te remercie Olivier pour cette recommandation. Je n’ai encore jamais travaillé avec l’Xtol, en autre parce que je préfère les révélateurs liquides aux poudres mais il faudrait que je tente l’expérience au moins une fois.

    1. Bonjour Olivier. À mon avis, le résultat ne devrait pas être beau. Personnellement, j’éviterais le Rodinal avec ces deux références précisément. Ce sont de plus de très belles émulsions qui méritent du HC110 ou du D76. Amicalement.

  3. Si vous n’êtes pas fan des ombres bouchées comme on voit sur une partie des exemples ici, en assumant que ce n’est pas une conséquence du post-traitement :

    La foma 100 est très loin d’atteindre les 100 ISO dans un révélateur avec perte de vitesse comme le rodinal. C’est un bon combo, mais il faut trouver son propre point d’équilibre en déterminant :

    i) l’indice d’exposition qui donne tous les détails souhaités dans les ombres selon la méthode de calcul d’exposition utilisée (posemetre incident, spotmètre et utilisation du zone system, utilisation de la mesure TTL de votre appareil préféré..). Je ne recommanderai pas avec un film relativement capricieux comme celui-ci d’y aller au petit bonheur la chance sur l’exposition avec un réglage fixe (oubliez sunny 16 et co… ) surtout si comme ici vous êtes en lumière contrastée.

    II) trouver le temps de développements qui donne le contraste souhaité sans exploser les hautes-lumieres. C’est un défaut du film, la densité grimpe très vite. Le point de départ est les recommandations du fabriquant (8-9min de mémoire en 1:50, agitation ilford) à abaisser d’une minute à chaque essai. Par exemple je m’étais arrêté à EI 64 et 6.5min 1:50 en lumière contrastée (fait cet été, en journée), mais je n’étais pas 100% satisfait du rendu. Depuis je suis passé au Xtol et les résultats sont excellents.

    Comme pour tout combo film-révélateur-temps-agitation, le résultat de l’un ne conviendra pas à d’autres, tout dépend de la manière d’exposer et du contraste souhaité par rapport à l’utilisation qui sera faite du négatif (scan, agrandissement, etc..). Mais avec la foma 100 et le rodinal, sur-exposer (EI 50 à 80) et sous-développer est un bon point de départ pour avoir un négatif avec un contraste « normal » qui convient dans de larges cas.

  4. Bonsoir,
    J’ai réalisé ma première foma 100 développée à Iso 100 dans du Rodinal 1+50 9 minutes avec retournement pendant 30s puis 10s toutes les 30 secondes.
    Je suis déçu du rendu qui est sous exposé et très grisonnant à contraste faible plutôt que noir et blanc loin des rendus présentés ci dessus. Prises de vue avec un eos 1000 en priorité ouverture ou automatique.
    Je ne vois pas ce qui a cloché…

    1. Bonjour Marc.
      La Fomapan ne demande qu’à être surexposée. Comme je l’expliquais dans un précédent article ( voir : https://histoires-de-photos.com/2022/07/31/comment-bien-exposer-une-pellicule-noir-et-blanc/ ) , j’expose les films Fomapan à une vitesse inférieure par rapport à la mesure : 1/60 au lieu de 1/125 par exemple. Il faut se méfier avec l’expo auto d’un reflex. Je ne connais pas l’EOS 1000 mais il est nécessaire de mémoriser l’expo sur les ombres et donc éviter les sources lumineuses. Concernant le développement, je ne dépasse pas les 8mn30 pour la 100 ISO avec le Rodinal 1+50 et je procède à seulement 4 retournements ( ou 10 secondes d’agitation) en début de développement, puis 4 retournements chaque minute ( ou 10 secondes d’agitation). Mais la première étape à mon avis est de bien veiller à surexposer le film. J’espère que vous aurez les résultats recherchés la prochaine fois. A bientôt. Fred

      1. Bonjour Fred,
        Merci pour ces réponses.
        Effectivement, je n’ai pas pris de précautions particulières à l’exposition et réalisé la prise de vue comme avec les pellicules négatifs couleurs (qui sont bien exposés avec L’EOS 1000). Je vais faire attention à la mesure de lumière et la prendre dans les ombres et surexposer d’un stop.
        Je n’avais pas vu l’article en question et vais de ce pas le consulter.
        A bientôt

Répondre à Jean-François BONNIN Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Retour en haut ↑