Scène de rue en noir et blanc

Pourquoi photographier des scènes de rue ? N’avons nous rien d’autre à montrer ? Peut-être parce c’est plus facile à mettre en œuvre que de monter un vrai projet qui demande un engagement personnel. En une petite heure seulement, on récolte une trentaine d’images. Les photographies prises dans la rue ont rarement un grand intérêt mais on est heureux d’avoir exposé un film noir et blanc rapidement sans trop se casser les méninges.

8 commentaires sur “Scène de rue en noir et blanc

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour Fred ,les photos de rue sont souvent des témoins d’une époque comme par exemple les photos de Doisneau, Willy Ronis , etc ou celles de Vivian maier qui ont documenté la vie New Yorkaise. L’ancien conservateur du MOMA de New York disait qu’une photo est soit un miroir ou soit une fenêtre du photographe… bonne journée.

    1. Bonjour Jérôme.
      Oui mais là justement, je ne parlais pas des personnes qui ont marqué l’histoire de la photographie. Ma réflexion concerne les quidams comme moi qui déclenchent dans la rue juste pour le plaisir. Nous ne créons rien, nous n’inventons rien. La banalité et le manque de quête personnelle caractérisent nos photographies. Nous nous laissons aller dans la facilité et je ne parle même pas de ceux qui déclenchent à hauteur de hanche au hasard. Je n’ai encore jamais vu sur le net ou ailleurs, un travail aussi remarquable et aussi accompli que celui de Winogrand, de Saul Leiter ou d’Ara Güler par exemple ( il y en a bien d’autres : Bruce Davidson, Robert Franck, William Klein, Brassaï, Trent Parke, Sergio Larrain … ). Les photographies prises dans la rue qui se démarquent sont rares de nos jours, à part celles de Kpoon Dubus peut-être.

  2. Hello Fred , ah je suis content de parler des grands photographes avec toi , oui je suis d’accord en partie mais j’avoue que je ne possède pas une grande connaissance des photographes de rue. Néanmoins tu parle de la lassitude en photographie il y a Raymon Depardon qui a fait le livre « errance » œuvre incontournable où il exprime sa lassitude et l’envie de voir autre chose. Je t’invite à te procurer ce livre ( en plus il coute que 8 €) .

    1. Je te remercie Jérôme. Je suis un grand fan de Depardon et j’en parle régulièrement ici; Je possède plusieurs livres de ce grand photographe et j’ai aussi lu Errance. Ce n’est pas vraiment de la lassitude mais un constat.

  3. Fred , j’ai retrouvé un article de Thomas Hammoudi qui parle de ses coups de cœur en matière de livre photo. Dans cet article il parle d’un photographe de rue du nom de peter Funch . Dans ce livre le photographe juxtapose des photos de personnes qui ont attiré son regard et il a réussi à les retrouver au même endroit des années plus tard. Voici le lien en espérant que ça te plaise https://thomashammoudi.com/5-livres-a-lire-cette-annee-2021/

  4. Hello Fred, Jérôme,
    Merci pour ce sujet. C’est intéressant d’avoir vos partages. C’est un sujet qui me touche beaucoup. Quand je travaille un theme de rue bien précis j’ai l’œil plus concentré, plus ouvert, mais ca ne veut pas dire que je fais de meilleur photo mais j’ai plus de plaisir …. quand je travaille avec l’intuition, le ressenti, le soupçon , c’est plus difficile a gerer mais je trouve que je fais de meilleur photo avec cette approche… De chez moi, c’est franchement pas facile la photo de rue. mais parfois je me rattrape dans les échanges que je peux avoir avec les personnes que je rencontre et la ya pas de photo :D)

    si je peux me permettre un autre sujet… Pour des personnes qui s’intéressent à mon travail, pense que je devrait demander la permission de photographier à chaque photo de rue ou il y a des personnes. moi je leurs dit que c’est pas trop possible et ca tue la spontanéité …. sauf pour un portrait que je veux faire. vous en pensez quoi ?

    Belle journée !

    1. Bonjour Naime. Merci pour ton point de vue. Je suis d’accord avec toi. On ne peut pas demander l’autorisation pour des scènes prises sur le vif dans lesquelles plusieurs personnes apparaissent. S’il s’agit d’un portrait volé, cela se discute. personnellement, je ne demande pas l’avis de la personne. Après, tout dépend du pays où l’on se trouve. Je présume que dans certaines régions, il vaut mieux demander l’autorisation. Au Québec par exemple, j’ai été confronté à des personnes hostiles dans la rue. C’était en 2001.

  5. On est dans la même longueur d’onde… superbe photo prise sur le vif !
    C’est étonnant pour le Québec. J’ai les memes difficultés lorsque je prends des photos en Algérie …tout depend les pays, mais je trouve avec le developpement des reseaux sociaux, les gens je les trouve de plus en plus méfiant meme en France …
    Belle journée !

Répondre à Fred le photographe Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Retour en haut ↑