Fortes chaleurs et développement des pellicules

Pendant les fortes chaleurs, je pars au petit matin et je reviens avant 10h00. Du coup, je fais très peu d’images. J’essaye de profiter de la fraîcheur matinale. Les pellicules ne craignent rien aux alentours de 30° C mais moi si. Arrivé à un certain seuil de chaleur, mes neurones ne suivent plus. Par contre, lors des reportages photo mariage, j’évite de laisser les films en pleine chaleur dans la voiture. Au pire, je les transporte dans une glacière. Je n’ai encore jamais eu de problèmes avec des films qui auraient subi une trop forte température. Quelques précautions sont à prendre les jours de canicule mais il ne faut pas trop s’en inquiéter.

Je développe les pellicules par deux pour économiser l’eau. Les produits chimiques sont stockés dans une pièce à moins de 24°C. Le Rodinal et llfotec LC29 tiennent un bon moment. En été, il faut ajouter deux ou trois glaçons pour faire descendre la température de l’eau du robinet à 20°. Il est utile de contrôler aussi la température du bain d’arrêt et du fixateur avant utilisation. Si le thermomètre ne dépasse pas les 24°, c’est bon. On peut toujours plonger les bidons dans de l’eau froide une bonne minute histoire de gagner un ou deux degrés. Les films sèchent très rapidement en été. Je remplis le lavabo d’eau chaude pour maintenir un certain taux d’humidité dans la salle de bain. L’agent mouillant est essentiel pour éviter les traces et faciliter le séchage. Voilà mon petit topo sur le développement des pellicules par fortes chaleurs.

6 commentaires sur “Fortes chaleurs et développement des pellicules

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour Fred et bon dimanche un beau dimanche de photographie pour moi en tout cas. Je peux jeter mon message ici je n’ai pas trouvé un autre lien et en fait j’ai une petite question : Aurais-tu une technique particulière pour éliminer au mieux les poussières sur les négatifs en 35 mm et en 6×6 ? J’utilise pour numériser un V750 en fait je l’ai utilisé une fois car très déçu par les résultats avec les poussières. Je ne dois pas être le seul dans ce cas😁 Merci à toi

    1. Bonjour Phil. Ah les poussières, une vraie plaie ! J’utilise une poire soufflante et un chiffon antistatique en microfibre mais il est difficile de s’en débarrasser totalement. Je range les films rapidement après séchage. Il existe aussi des brosses antistatiques pour éliminer les poussières déposées sur le film : https://www.retrocamera.be/fr/accessoires-photography-argentique-numerisation-solutions-pour-le-depoussierage/2091-kinetronics-digital-scanner-cleaning-kit-cs-030-0728429600303.html
      Sinon, un petit coup d’aspirateur à main sur la vitre du scanner mais ces petites saletés reviennent sournoisement. Un scanner film est plus pratique mais le film doit être propre dans tous les cas. Bon dimanche.

  2. Bonjour Fred, tout d’abord merci pour ton retour encourageant sur mon projet photo c’est très gentil. Je prends note pour les trucs et astuces des devs. Même si pour l’instant cela reste de la théorie . Après le fait de travailler tôt le matin cela permet d’éviter des lumières trop durs et aussi aller dans des endroits vidés de toute personne quand cela est recherché. A bientôt.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Retour en haut ↑