parenthèse argentique avec le Nikon F100

Lors des reportages photos mariages, je m’accorde peu de pauses. Je suis tout le temps à l’affût d’une nouvelle image. Les deux boîtiers reflex numériques pèsent sur les épaules au bout d’un certain temps. À la fin du vin d’honneur, quand le dos me fait souffrir, je lâche le harnais qui supporte les gros reflex et leurs objectifs trop lourds. Le Nikon F100, plus léger et moins encombrant, m’aide à poursuivre mon travail de chasseur d’instants et me permet de souffler un peu.

Grâce au Nikon F100 et son 50 mm 1.8 G, je m’offre une parenthèse argentique avec un équipement léger et agréable à manipuler. Je suis constamment avec un appareil photo l’œil collé au viseur. Plus personne ne prête attention à ma présence. Je peux déclencher tranquillement sans avoir l’impression de déranger. Les moments que je photographie ne sont pas toujours essentiels mais évoquent l’ambiance du moment avec des échanges sympas entre convives. J’ai l’impression de photographier pour moi lorsque j’utilise un boîtier argentique dans ce genre d’événement. En général, les temps forts sont déjà passés. Les photos officielles et imposées sont faites. Je suis un peu plus libre de choisir ce que je vais imprimer sur la pellicule.

J’utilise du film Ilford HP5 en ce moment lors des mariages. Mais de vous à moi, je pense essayer la Fomapan par la suite. Elle est beaucoup moins chère. J’expose le film à 800 ISO pour me faciliter la tâche. À ce niveau de sensibilité, on peut photographier en intérieur et continuer en extérieur sans souci. Si je décide de poursuivre la soirée en argentique, alors je sors les TMAX ou Delta 3200. Entre 1600 et 3200 ISO, on arrive à photographier avec peu de lumière, surtout si on est équipé d’un objectif lumineux comme le 50 mm 1.8.

Le Nikkor 50 mm 1.8 G est pratique. Petit et léger, il ne prend pas beaucoup de place dans un sac photo. Il réagit assez vite et assure une mise au point précise. Il me permet surtout de cadrer serré tout en restant à distance. Parfois, j’aimerais prendre un 28 mm pour les plans larges. Le grand angle est très utile pendant les préparatifs ou la soirée dansante. On manque parfois de recul en intérieur et un 28 ou un 24 mm dynamise les images. Pour l’instant, je ne suis pas encore bien équipé en matériel Nikon. Je n’ai que le 50 mm sur le F100 mais je pense investir dans deux autres focales abordables. Si je veux pouvoir faire face à toutes les situations avec le Nikon F100, l’idéal serait de travailler avec un ultra zoom du type 24-120 mais les focales fixes sont parfois plus appropriées. Le trio 28 mm, 50 mm et un 105 mm serait pas mal. Si vous avez d’autres suggestions, vous les Nikonistes, n’hésitez pas à m’en faire part.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.