Rollei RPX 25 et règle du F16

Des photos prise au 1/25 eme dans la rue

La Rollei RPX 25 est longtemps restée au placard. Je dois dire que je ne savais pas trop quoi faire avec ce film. Elle faisait partie d’un pack découverte de 5 Rollei 135 livrées dans un étui rigide. C’est la dernière du lot. J’avais envie de voir quelle gamme de gris on pouvait obtenir avec ce film particulier. Sa très faible sensibilité est tout indiquée en photographie de paysage mais je ne pratique plus cette discipline depuis des années. Au lieu de chercher un sujet adéquat, j’ai décidé de tester la RPX 25 en ville, par un jour de grand soleil. J’ai suivi la règle du F16. Toutes les photos ont été prise au 1/25 eme. Ce qui donne une ouverture de F16 en plein soleil, de F11 si le ciel est lumineux sans excès et de F8 si le ciel se couvre un peu plus. Seule la photo de la vitrine a dû être prise à F5,6.

J’ai utilisé l’EOS 33 et le trans-standard qui lui est dédié, le 28-105 II USM. Celui-ci n’est pas particulièrement piqué mais il se défend bien aux alentours de F8 / F11 ( comme la plupart des objectifs ). Je connais bien ce zoom et je sais à quoi m’attendre en prise de vue à la volée. Je peux donc comparer la Rollei RPX 25 avec les autres pellicules que j’ai utilisées ces 20 dernières années dans la rue.

Tout comme la Rollei 80s, les zones sombres sont presque noires, parfois enterrées. Les blancs restent légèrement préservés. Par contre, les gris moyens sont peu nuancés. Il faudrait, pour bien faire, tester la pellicule par temps gris mais pour moi, il est évident que la RPX ne possède pas une belle gamme de gris comme la FP4 de chez Ilford.

L’absence de grain dans les aplats comme les gris clairs me gêne un peu mais c’est tout à fait normal pour une 25 ISO. Il faut regarder le scan ou le tirage en grand pour se faire une idée de la forme du grain. Je suis plutôt attiré par les images graineuses. Peut-être que la RPX 25 plaira davantage aux jeunes photographes venant du numérique, habitués aux images lissées.

Alors bien sûr, il ne s’agit pas d’un test scientifique mais d’un premier ressenti. Il faudrait poursuivre les essais dans d’autres circonstances et aves des développements différents mais cette première approche m’en dit suffisamment. La RPX 25 ne correspond pas à mes goûts et à ma pratique. Les tonalités me semblent un peu trop dures. Logiquement, je devrais dans la foulée comparer avec la Pan F. Je pense que cette pellicule Ilford de 50 ISo me conviendrait mieux et serait plus adaptée à mon utilisation y compris en photographie de portrait. J’essaierai de lui consacrer un peu de mon temps cet été entre les reportages mariages et les shootings.

La Rollei RPX 25 est intéressante pour qui travaille au trépied. Ce n’est pas mon cas. Sinon, elle peut aussi intéresser les adeptes de la pleine ouverture en extérieur par beau temps sans devoir utiliser un filtre gris neutre. Son grain est peu visible mais le niveau de netteté de la RPX 25 n’est pas pour autant meilleur que d’autres émulsions en 100 ISO. Les gris moyens sont un peu absents. Le contraste est assez fort. Je ne pense pas renouveler l’expérience. Je préfère de loin la Rollei rétro 80s qui offre de plus beaux détails.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.