Défi noir et blanc rétro

Je viens de terminer deux films Kentmere en 100 ISO. J’attends de voir ce que vont donner les développements. Je me suis lancé dans une expérience un peu particulière avec ce film. La totalité de la bande a été exposée une première fois avec des textures et des sujets quelconques mais contrastés. J’ai fait un second passage en choisissant des sujets précis. J’espère qu’il n’y aura pas trop de chevauchement entre la première et la deuxième prise. Normalement non. Le chargement de la pellicule est automatisé sur le Canon EOS30v, il ne devrait pas y avoir trop de décalage. Les vues superposées devraient théoriquement s’aligner à peu près. D’habitude, les surimpressions, je les fais vue par vue et avec parcimonie, comme sur la photo des péniches ci-contre. Cette fois, c’est toute la bande qui a été exposée avant de redémarrer à zéro quelques jours plus tard. Je n’ai donc aucune idée des sujets qui vont apparaître et de quelle manière. On verra bien ce que le hasard me réserve. On en reparlera dimanche prochain.

La photographie argentique peut aussi être considérée comme un terrain de jeu et d’expérimentation. Elle n’est pas là uniquement pour la photographie d’art. De toute manière, qui peut prétendre en faire ? C’est le dimanche que je m’invente de nouveaux défis. En ce moment, ce qui m’intéresse c’est le noir et blanc des années 50. J’ai gardé cette envie de m’éloigner toujours un peu plus des photos lisses et propres du numérique. Mais le défi est grand avec les pellicules modernes dont on dispose. De plus, l’effet « vieilles photographies » s’obtient surtout grâce au développement en cuve dans un bain spécial et un tirage main avec les techniques d’antan. Les experts de la chambre noire pourront vous en parler bien mieux que moi. En tout cas, il faut oublier les labos traditionnels et la numérisation pour y parvenir. Je pense que le vrai ressenti d’une photo au style rétro passe par le tirage. La pellicule seule ne suffit pas à rappeler les tonalités et les textures des photographies d’avant. Des petits malins de chez Lomography ont eu l’idée de sortir une pellicule au rendu cinématographique allemand d’époque, la Berlin Kino 400 . Mais à mon avis, il s’agit là d’un pur produit marketing.

Ne vous laissez pas berner par les sujets choisis. Ici, je triche en montrant des photographies de voitures anciennes. Le style rétro concerne le contenu, pas la forme, encore moins la méthode. Mon matériel photographique est trop moderne. Certains pensent détenir la recette de la bonne vieille photo rétro. C’est entre autre le cas des amateurs de Presets qui vendent leurs créations sous des appellations nostalgiques. Apparemment, ça marche. Des gens sont prêts à acheter. L’illusion est parfois étonnante comme avec les images de Sarah Zambiasi prises avec un iPhone au Mexique. Personnellement, je n’ai pas trouvé la recette miracle avec mes pellicules classiques. Tout doit être repensé, de la lentille au procédé. Si vous avez un avis sur la question, n’hésitez pas à nous en faire part.

Si vous regardez ces images sur une tablette ou un smartphone, vous ne verrez pas la différence avec une photo numérique.

8 commentaires sur « Défi noir et blanc rétro »

    1. Merci Patrice. Quand j’en aurai le temps et les moyens, je me procurerai un vieux télémétrique. j’ai envie d’essayer les anciennes formules de lentilles plus douces que mes objectifs actuels.

  1. Je suis impatient de voir le résultat… Car même si je fais de l’argentique de temps en temps, je suis loin d’avoir assez d’idées ou de recul pour ce genre d’expérience. Mais ma curiosité est piqué au vif. Fabrice

    1. Merci Fabrice. C’est aussi nouveau pour moi. Je fais confiance au hasard. Mais je sais déjà comment je procèderai la prochaine fois. Je changerai quelques variables. La méthode sera différente : flou et couleurs.

  2. Bonjour, je découvre par hasard votre site très instructif sur la photo argentique. Je fais de la photo depuis mes 10 ans (j’en ai 45), quand j’ai reçu mon premier appareil (un Minolta Pocket), puis mon père m’a donné son Minolta SXT-101. Je suis passé au numérique très rapidement au tournant du siècle. Depuis quelques années, la photo est devenu mon activité professionnelle et je suis de plus en plus attiré par l’envie de reprendre l’argentique pour son rendu vintage naturel (surtout depuis que j’ai réalisé des photos Vintage sur un tournage de film se déroulant dans les années 70).
    J’ai ressorti le Minolta. Je regrette de ne plus pouvoir utilisé le bon vieux Polaroid qui a disparu (perdu au décès de mon père), je l’ai bien utilisé dans les années 80-90.

    1. Bonjour Emmanuel. Je vous remercie pour votre intervention. Je suis ravi que vous ayez repris goût à l’argentique. N’hésitez pas à nous laisser un lien vers vos travaux. Amicalement. Fred

      1. Bonjour, merci.
        J’ai ressorti le matériel mais je n’ai pas encore les films. Je ferai un feed-back 🙂
        Bonne journée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.