Debuter la photographie argentique en 2020

À l’heure de la « photophonie », débuter la photographie en argentique paraît presque incongru. Qu’est-ce-qui pourrait bien pousser un individu à se lancer dans une activité photo avec des outils archaïques alors que le téléphone portable sait faire la même chose en plus rapide et en mieux selon certains ? Un filtre numérique ne coûte rien et peu de personnes sont capables de voir une réelle différence entre une photographie argentique et une image issue d’un APN. Le passionné sait faire le distinguo mais pas le grand public. Dans le contexte économique actuel, acheter de la pellicule argentique dans le cadre d’une activité professionnelle semble dénué de sens. Pourquoi se lancer dans la photographie argentique en 2020 ? Un photographe déjà équipé qui se refuse d’abandonner un savoir-faire, on peut comprendre mais un jeune qui débute ?

Seul le résultat compte

On m’a posé la question lors d’un shooting famille. La cliente voulait des tirages noir et blanc. Au moment où je déballe le matériel, je remarque l’étonnement de certains en me voyant charger le boîtier. Une personne de la famille ne comprenait pas bien l’intérêt de travailler en argentique puisqu’il suffit de convertir les images numériques en noir et blanc. Comme à mon habitude, je réponds que c’est une méthode de travail que j’apprécie depuis longtemps et que je n’ai pas envie d’en changer. Mais pour beaucoup, la photographie argentique en milieu professionnel est une activité compliquée et risquée. Les gens sont perplexes vis à vis de l’argentique. Ils s’en fichent. Il est inutile d’essayer de les convaincre de la singularité d’un tirage argentique ou de leur expliquer l’esthétique d’une photo prise avec de la Kodak Portra. De plus, il faut être patient. Et ne parlons pas des coûts. Les prix des produits et surtout des pellicules sont de plus en plus élevés. En moyenne, une pellicule de 36 poses et son développement dans un labo revient à 15 euros. Aujourd’hui, il vaut mieux investir dans le développement maison si on ne pratique que le noir et blanc. Du côté matériel, ce n’est pas mieux. On en vient à acheter des appareils de plus de 20 ans bien plus chers qu’à l’époque de leur mise sur le marché. Les revendeurs d’occasion exagèrent. Je trouve que ce n’est pas si évident pour un jeune de débuter la photographie argentique en 2020 et de dénicher le bon outil à un bon prix. Je rencontre tout de même de nouveaux venus qui n’ont pas peur de se lancer. La plupart du temps, ce sont des jeunes émerveillés par le rendu aléatoire et le côté artisanal de la chose ou des trentenaires nostalgiques qui ont envie de redonner une seconde vie au Canon AE1 de papa. Les professionnels eux sont plutôt rares sur le créneau de l’argentique.

L’argentique a aussi ses détracteurs

Ils sont plus âgés et ont connu la pellicule mais ils ont tourné le dos à l’argentique préférant la simplicité du numérique et ses performances technologiques. Je suis d’accord avec vous, le numérique offre l’avantage de masquer les insuffisances d’une photographie. La qualité d’image est devenue plus importante que la photo elle-même. Les remarques désobligeantes vont bon train. On nous taquine, on nous toise avec des outils de communication multifonctions. Des remarques du genre : il fut un temps, j’ai connu l’argentique, aujourd’hui je me suis mis au smartphone. Comme si nous avions un train de retard. On a inventé le fichier audio numérique compressé, je suis désolé mais le son du MP3 est merdique. Pour ma part, je n’ai pas pris le tournant et je n’ai pas forcément tort. Les jeunes sont moins obtus et surtout plus curieux vis à vis des techniques anciennes. Je le constate dans les questions que je reçois par mail. Les dernières en date concernaient les filtres de couleurs. Cela tombe bien, je vais me ré-équiper de filtres Cokin orange ou jaune. Je n’ai pas utilisé de filtres depuis des lustres. Il y aura des essais en portrait et paysages. Et pour répondre à la question de Jonathan sur les prestations photo argentique des pros, il n’y a pas de recette miracle. Il faut être vu. Un portfolio de grande qualité ne vous fera pas signer de contrats si vous ne diffusez pas vos images et si vous n’êtes pas présent sur tous les fronts. Je connais de piètres photographes qui enchaînent les prestations toute l’année parce qu’ils ont compris comment fonctionne la visibilité d’un site web pas parce que leurs images sont de meilleure qualité que les vôtres. Miser seulement sur une qualité de prestation ne suffit pas.

Les technophiles se trompent de débat

Ce n’est pas une question de perfection. On adopte la photographie argentique comme on tombe amoureux de la peinture sur toile. La tablette tactile ne remplace pas le plaisir de peindre avec des pinceaux. On photographie en argentique pour le plaisir de manipuler d’anciennes mécaniques, pour la simplicité du geste, pour ne pas être confronté à une multitude de réglages à plusieurs niveaux ou à des paramétrages de menus obscurs et complexes. D’autres trouvent leur bonheur dans la chambre noire et certains choisissent la pellicule pour son rendu inimitable. Les jeunes qui s’investissent sérieusement dans la photographie argentique, comme auteur ou comme photographe social, le font par passion. Ils aiment le procédé et certainement le résultat parfois inattendu. Les raisons d’aimer la photographie argentique en 2020 sont multiples et variées mais jamais on ne se lance dans une activité photo argentique pour une question d’efficacité, encore moins pour des raisons économiques. Si vous êtes amené(e) à vendre une prestation argentique, vous serez obligé(e) de proposer des prix élevés comparés aux confrères qui pratiquent le numérique. De plus, vous ne pourrez pas vous appuyer uniquement sur l’appellation « argentique ». Trop de clients n’ont jamais entendu parler de ce terme technique. C’est votre style qui fera la différence. Vos images ont réellement un goût rétro ? Alors pourquoi pas. Regardez l’engouement pour le Polaroïd. Si votre idée est de proposer une présentation argentique, vos images ne doivent pas ressembler au numérique. Si l’argentique est votre différentiation, ajoutez plus de grain, de flous et de couleurs délavées. Pour résumer, je pense que vous avez plus de chance en 2020 de trouver votre public avec un Lubitel et une pellicule périmée qu’avec un Hasselblad et une Kodak Portra 160.

En parlant de couleur, j’ai enfin repris les shootings argentiques. J’ai ressorti les dernières Kodak Portra et Ultramax juste pour le plaisir. Il y aura un billet le week-end prochain normalement. Je n’ai plus le temps de publier des articles intermédiaires en semaine. Le dimanche sera en quelque sorte un résumé de la semaine.

7 commentaires sur « Debuter la photographie argentique en 2020 »

  1. Bonjour
    C’est avec intérêt que j’ai lu ton article
    J’ai débuté la photographie par un petit pocket à deux balles, puis un instamatic. Plus tard j’ai acheté d’occasion un praktika, et avec mon premier salaire un canon AV1
    A ce moment je ne faisais pas encore de la photographie comme j’aime en faire maintenant, comme je le ressens, comme j’en ai … besoin (je suis une simple passionnée et suis instinctive) .. et je n’ai plus 20 ans depuis longtemps.
    Je fais de plus en plus du monochrome mais c’est un choix délibéré (je suis maintenant en numérique avec un 7D) donc, je ne peux pas revenir en arrière par un logiciel et passer par la couleur.
    Si j’étais une de tes clientes , je serais certes légèrement déconcertée par le choix de l’argentique mais en même temps un photographe professionnel sait ce qu’il fait et on doit lui faire confiance

    1. Je te remercie pour ta prise de position et ta franchise. L’argentique reste très minoritaire dans mon travail photographique. Les 3/4 des reportages sont réalisés au 5D MKIII. Les quelques rares amoureux du noir et blanc viennent me voir pour l’argentique. Après, les photographes experts comme toi maîtrisent le monochrome n’ont aucune raison de revenir en arrière à part bien sûr les 20/30 ans qui ont envie de découvrir l’univers de la pellicule.

  2. Je suis en total accord avec votre article. Etant moi même photographe amateur dans la 20aine (bientôt la 30aine), et ayant un père passionné de photo, j’ai bercé dès mon plus jeune âge dans la photo. J’ai connu quand j’était jeune l’argentique et les développement N&B que mon père faisait lui même, puis tout à basculé au numérique, et la…. Là j’ai perdu ce goût de la photo…. (et pourtant, je travail dans les domaines du numérique, donc ce n’est pas de mauvaise volonté). Trop de réglages « inutiles » (à mon sens), trop de possibilités, trop, tout simplement. J’ai essayé de m’y faire, J’ai eu un reflex, j’ai essayer de suivre des cours, mais je n’avais pas ce plaisir de la photo argentique. Il est trop simple de déclencher à tout va, d’avoir des centaines (voir des milliers) de photos à trier, retoucher (le cas échéant), puis à oublier, parce que, ne nous voilons pas la face, avec le numérique, les photos sont stockés et on ne prend jamais le temps de les regarder, ou de faire des tirages …. Fin 2019, j’ai racheté d’occasion un reflex argentique (Olympus OM-10), et j’ai tout de suite repris goût à la photo ! Depuis, j’ai revendu tout mon matériel numérique et je ne pratique plus qu’avec l’argentique ! Il me reste toujours mon smartphone qui peut faire des photos « en cas de besoin », ou pour partager sur les réseaux sociaux un instant bien précis, à un moment où je n’aurais pas mon appareil avec moi.
    Pour conclure ce long commentaire, Je connais un photographe professionnel du même âge que moi, qui ne fait du numérique que pour ses clients (pour des questions de pratiques / rapidités), mais qui se refuse à travailler avec autre chose que de l’argentique pour ces photos personnels !

    1. Bonjour Quentin. Voilà un témoignage intéressant. Je me reconnais dans ce que vous dites à propos du numérique. Trop de réglages et de manipulations inutiles. Après, rien ne nous empêche de tout photographier en Jpeg avec toujours le même mode mais le plaisir est plus intense en argentique, enfin en ce qui me concerne. Tout comme votre ami, le reflex numérique est l’outil incontournable dans mon métier de photographe. C’est pourquoi, en dehors des reportages classiques, je suis heureux de retrouver mes pellicules favorites. Heureusement, j’ai la chance de produire des portraits en noir et blanc argentique pour le compte de clients. Les quelques rares connaisseurs acceptent un délai plus long pour la livraison des images. Avec un Olympus comme l’OM-10, on se concentre uniquement sur le sujet, la lumière, l’instant et on fait travailler notre imagination, ne sachant pas si la photo est vraiment bonne. Merci d’avoir pris la peine d’écrire votre ressenti. C’est un plaisir.

  3. Bonjour,
    Une des affirmations de ton billet m’a fait sursauter ! Tu dis qu’on « en vient à acheter des appareils de plus de 20 ans bien plus chers qu’à l’époque de leur mise sur le marché. » Même si l’engouement récent pour l’argentique a fait un peu regrimper les prix de l’occasion, on est pourtant vraiment très très loin des tarifs de départ ! Mon Nikon F4 m’a coûté 250 € en excellent état ; il était à sa sortie en 1988 vendu environ 14 000 (quatorze mille) francs, ce qui selon le convertisseur d’inflation de l’INSEE donnerait aujourd’hui quelque chose comme 3700 €…
    Sauf pour quelques boitiers particulièrement mythiques (recherchés surtout par les collectionneurs), le problème n’est pas le prix. C’est plutôt le risque de panne non réparable, en particulier avec les boitiers argentiques « modernes », c’est-à-dire électroniques (nappes qui deviennent cassantes, lcd qui s’effacent, micromoteurs qui grillent, etc.)…

    En revanche, je te rejoins pleinement sur l’idée de la qualité d’image « devenue plus importante que la photo elle-même » dans une large frange disons « technophile » des passionnés de photographie. Ce n’est même pas seulement la « qualité » (la « propreté », la netteté, etc.) de l’image qui est en jeu : il y a malheureusement une esthétique s’imposant de plus en plus de l’image spectaculaire, de l’image qui en quelque sorte « fait voir le matériel », de l’image qui vante la haute technologie qui a servi à la produire. Au détriment du contenu.

    Merci en tout cas pour ce blog que je découvre tout juste !

    1. Bonjour Fred. J’aime assez exagérer le propos mais je pensais surtout à tous ces petits appareils comme l’Olympus MJU II, qui ont pris une côte incroyable sur le marché de l’occasion. Effectivement, ce n’est pas le cas de la majorité des appareils. Les Nikon F100 ont un peu plus de mal à trouver acquéreur qu’il y a 10 ans. Quant à la problématique de la performance technologique, ça me fatigue y compris lors des mariages. il y en a toujours un qui amène sa fraise pour comparer son petit bijoux à ton matos, alors que je suis là uniquement pour créer de bons souvenirs et appuyer au bon moment sur le déclencheur. Bienvenu sur le blog en tout cas et au plaisir de te lire à nouveau.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.