Fujifilm X-T4 et diapos

Un nouveau jour se lève avec un ciel tapissé de couleurs flamboyantes. J’ai saisi un appareil photo au saut du lit. C’est la première photo couleur depuis deux mois. Alors que le café noir me réveille doucement les neurones, quelques réflexions surgissent. C’est le bon moment pour faire un point sur l’activité photographique avant la reprise.

J’ai beaucoup privilégié le noir et blanc ces dernières années. Peu à peu, la couleur argentique a laissé place au numérique. C’est peut-être une erreur. L’un des projets, dans cette nouvelle vie de l’après confinement, sera de reprendre les prises de vues avec de la diapo. La Kodak Ektachrome, la rescapée, est sur ma liste. Avant l’arrivée des APN, je prenais de la Velvia ou de la Sensia afin de répondre à mon envie de précision et de couleurs pétantes. Je ne fais plus de film inversible depuis que FujiFilm a tué l’argentique avec ses hybrides. C’est un raccourci mais je ne suis pas loin de la vérité. Les couleurs générées par ces petites merveilles sont splendides. On ne voit plus l’intérêt de payer un film 15 euros quand on peut disposer d’une machine capable de produire à l’infini des images aux couleurs savoureuses. Globalement, le numérique a étouffé l’argentique mais la diapo s’est pris une claque face aux hybrides. Après, on peut se poser la question : est-ce bien raisonnable de claquer plus de 2000 euros boîtier + objectif ? D’un autre côté, le prix d’une seule Ektachrome n’incite pas à investir dans la diapositive.

Ceci étant dit, on me vante sans cesse les Fuji X-T3 et X-T4. Beaucoup de photographes de mariages sont devenus Fuji-maniaques. Ils ont fait le choix du faible encombrement, de la légèreté, d’une stabilisation efficace, d’une mise au point infaillible et de la visée électronique. Les couleurs à la mode Fuji sont un argument de plus. Le fabricant met en avant leur aptitude à imiter à la perfection le rendu des films argentiques. Par contre, jamais on ne voit de comparatif. C’est dommage. Je voudrais vraiment savoir ce qu’ils ont dans le ventre et me faire ma propre opinion. J’aimerais voir la même scène photographiée dans les mêmes conditions avec le X-T4 et une pellicule Fuji Provia par exemple. Les forums sont bien gentils mais les intervenants se montrent soit hostiles, soit aveuglément pro Fuji. La lecture des avis n’apporte pas grand chose. Les photographes blogueurs, quant à eux, montrent uniquement leurs images numériques traitées à leur sauce maison. Or, je suis comme Saint Thomas. Le Fuji X-T4 reproduit-il réellement le rendu d’une pellicule argentique ? Je reste sceptique. En tout cas, rendu argentique ou pas, ce n’est pas le plus important. Ce qui compte pour moi, c’est la propension d’un APN à livrer un jpeg de bonne facture directement exploitable et avec des couleurs qui tiennent la route.

16 commentaires sur « Fujifilm X-T4 et diapos »

      1. La photographie, ce n’est pas seulement de la technique, c’est aussi, et peut-être surtout, de la présence d’esprit !

        1. Oui exactement. C’est souvent ce que je suis amené à expliquer lors de reportages mariages aux amateurs de photos qui viennent m’interroger sur le matériel professionnel.

  1. Bonjour Fred.
    Joli ciel lillois. Ca me rappelle les toits que je voyais de l’appart de mes filles, près de la Porte de Paris, quand elles étaient étudiantes à Lille.
    Voici un lien d’une vidéo youtube, sans prétention, qui compare des photos prises au même moment entre film argentique et simulations Fuji sur un XT3.
    Provia avec un Canon F1 puis Velvia avec un Nikon F4. Je pense qu’il faut s’attacher aux comparaisons de couleurs car les cadrages (différence entre plein format et Apsc), ouvertures sont différents.
    Il apparait clairement que les simulations sont très différentes des films argentiques. Argentique à gauche, numérique à droite.

    Je dois dire qu’en noir et blanc, la simulation Acros 100 est bien meilleure.
    Par contre, pour ce qui est de l’exploitabilité des Jpg en sortie de boitier avec de belles couleurs, Fuji est clairement excellent pour cela.
    Je précise que j’ai un Fuji XPro2 et un Canon 5D MkII.
    J’utilise les réglages couleur pour leur rendu en sortie Jpg. Le réglage « standard » sur le Fuji s’appelle Provia mais j’ai adopté le réglage « Astia » avec des couleurs et contrastes adoucis, Ensuite, on peut se faire son propre réglage en jouant sur les tonalités, couleurs, niveaux de contraste. Personnellement je ne le fais pas, mais c’est faisable.

    1. Bonjour Olivier. Un grand merci pour cette vidéo comparative. très sympa de ta part. Effectivement, le rendu des couleurs n’est pas le même mais il fallait s’en douter. Je veux bien te croire sur les similitudes entre une Fuji Acros 100 et l’hybride. Par contre, une chose que l’on ne retrouve pas en numérique : la texture du film. Je vais bientôt partager les photos argentiques de photographes amateurs inscrits à mon groupe ARGENTIQUE sur Flickr. Si tu le souhaites, tu peux participer.

  2. Le rendu ne pourra pas être identique
    Ne serait-ce qu’à cause de la plage dynamique beaucoup plus large sur un capteur numérique moderne. D’autre part outre la simulation de film il est possible sur un Fuji de paramétrer le rendu des hautes et basses lumières ( et tons moyen s je crois) . dans le boîtier il est possible de traiter plusieurs fois le même fichier source (raw) avec des réglages différents simulation couleur contraste HL et BL.
    La qualité de la production des jpeg est incontestable et ils sont réellement directement exploitables. Identiques au film ? Non et cela me paraît impossible. Proches ? Oui je le crois. Exploitables ? Absolument.
    De mes années Nikon je suis sorti avec une haine farouche du Jpeg sortie de boîtier. Depuis que je suis en Fuji,j’ai appris à dompter le JPEG (à /mon/ goût) et je ne retravaille pratiquement plus mes photos sauf pour du basique recadrage. (Le fainéant qui sommeille en moi s’en réjouit 🙂

    1. Merci Didier pour ces précisions. Les pros passent déjà tellement de temps sur la post-production de leurs images. C’est bon de savoir qu’un outil comme le Fuji soit capable de fournir un fichier Jpeg de qualité sans passer par la retouche. Pratique pour la photo plaisir et les vacances.

  3. Bonjour, voila le blog d’un photographe américain qui est passé de l’argentique au numérique et maintenant sur Fujifilm. Il développe des « recettes » de réglages interne des boitiers Fuji pour créer des jpeg qui imitent les films argentiques, ou du moins s’en approche. Il reconnait d’ailleurs souvent que les rendus ne sont pas identiques du fait, par exemple, de la nature des papiers utilisés au développement, des bains, etc. De plus, il se base sur des comparaisons par rapport à des photos ou diapositives qu’il a fait par le passé pour chercher la recette la plus proche. Il se prend vraiment la tête ! Si le rendu des réglages peut paraitre plus ou moins fidèle selon le regard ou les gouts de chacun, il a en tout cas le mérite de faire la démonstration des possibilités de réglages internes et surtout la qualité des jpeg sortis directement des boitiers.

    https://fujixweekly.com/recipes/

    1. Merci beaucoup pour ce lien Stefan. Le blog devrait en intéresser plus d’un, celles et ceux déjà équipés en matériel photo Fuji et les autres comme moi qui découvrent un nouvel univers. Je suis resté Canon depuis trop longtemps …

  4. Oui, merci Stefan. 🙂 Je m’en vais regarder ça sur le XPro2.
    Fred, Je reste avec Canon dont je connais bien le système depuis des années. Mon 5DMkII me convient bien. Et puis, il est plein format et c’est important pour moi. Je ne l’utilise qu’en format Raw.
    Le Fuji est un second boitier, excellent, utilisé en Raw+Jpeg (2 emplacements pour cartes). J’aime beaucoup son ergonomie avec des molettes et réglages à l’ancienne.
    Il faut dire que je pratique la photo en réglages manuels, y compris avec des vieux objectifs au moyen de bagues d’adaptation (LTM39, M42, Canon FD, tous les Nikkor, Tamron adaptall-2, Konica, Rollei, Contax…). Le Fuji permet une visée précise avec son viseur numérique.

    1. Idem pour moi Olivier. Les habitudes sont tellement ancrées avec les Canon, numériques et argentiques.. Mais ton avis à propos des Fuji m’incitent à revoir mon parc matériel professionnel. J’imagine déjà un duo Fujifilm hybride et Canon eos argentiques pour les reportages photos mariages. En tout cas, un grand merci pour ton point de vue.

  5. Si tu veux, Fred, on pourra se voir lors d’un de mes déplacements à Lille, ou toi sur la côte d’opale, pour te montrer le Fuji XPro2. 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.