Photographies en couleurs à Lille

Les photographies en couleurs vous manquent ? Comme moi, vous attendez avec impatience les beaux jours ?

Nostalgique des photographies aux couleurs saturées de la pellicule Velvia, j’attends le retour des beaux jours. Je ne ferai probablement plus de photos dans la rue avec de la diapo. Le prix d’un seul film est exorbitant ( 17 € la pellicule de 36 ). Par contre, j’essaierai bien la Kodak Ektachrome lors d’un éventuel shooting avec modèle. Quand la lumière est belle, les couleurs explosent. Je n’ai pas photographié avec un film inversible depuis longtemps. Il faudra être à nouveau rigoureux quant à l’exposition. A l’inverse d’un négatif, un film inversible demande une exposition juste dans les hautes lumières.

L’un de mes contacts Facebook pensait que je fuyais la couleur

En fait, j’adore la couleur. J’ai été très longtemps influencé par le travail des coloristes. Je trouve que les occasions de sortir une image chaleureuse sont rares dans ma région, surtout en hiver. Souvent, le soleil est là mais filtré par une mince couche de nuages. Les couleurs en sont adoucies. C’est plutôt bien pour les images sur négatif, moins en diapo. Voilà peut-être l’une des raisons pour lesquelles je préfère photographier en noir et blanc depuis longtemps. Je partage massivement les photographies noir et blanc. Un contact Facebook pensait que je fuyais la couleur. Ce n’est absolument pas le cas. Pour moi, la couleur est un sujet à elle seule.

Comme beaucoup de photographes, le noir et blanc sur pellicule occupe une place importante dans mes projets personnels. Néanmoins, à la sortie de l’hiver et vu le contexte actuel, j’ai besoin de couleurs vives et chaleureuses. Avec les annulations et les reports de commandes, j’aurai certainement un peu plus de temps pour moi. Je sortirai le numérique dans les rues de Lille.

La recette en numérique pour obtenir des couleurs soutenues est la même qu’en pellicule diapo. Si on veut densifier les couleurs, comme ici dans cette série de photos prises dans la rue, la mesure doit être effectuée dans les zones claires.

Les couleurs seront très présentes si la lumière est abondante, c’est évident. Mais l’effet sera encore plus marquant en fermant le diaphragme. Dans ce cas de figure, je bloque l’ouverture entre F11 et F16. Les ombres, quant à elles, apportent du contraste. C’est toujours un plus quand vous pouvez intégrer une masse sombre afin de réveiller les couleurs. Le bonus en procédant de cette façon, c’est que la retouche n’est presque pas nécessaire. Les couleurs seront bien denses. A vous de voir si la saturation de vos images doit être augmentée légèrement ou pas. Mais toutes ces astuces, vous les connaissiez déjà.

Rafraîchissement pour les articles suivants :

2 commentaires sur « Photographies en couleurs à Lille »

  1. J’aime bien les positifs un peu sous ex, ça donne du corps à l’image. Cela reste un luxe, effectivement.

    1. Dommage qu’elles soient si chères, la Velvia comme l’Ektachrome. J’en consommais pas mal en Ecosse. Je vais devoir numériser à nouveau d’anciennes diapos dont j’ai perdu les scans. A voir dans un futur article.

Répondre à Fred LAURENT Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.