Et pourquoi pas le flash en photographie argentique ?

Pas de commentaire

L’un de mes amis, lui aussi fou d’argentique, me demandait pourquoi je n’utilisais pas de flash sur mes vieux appareils. Ce qui est faux. On me voit souvent photographier sans flash même dans des endroits sombres mais cela ne signifie pas un refus total de lumière d’appoint. C’est vrai, je dis souvent que le flash n’est pas indispensable la nuit en argentique tant qu’il reste un soupçon de luminosité. Mais à un moment donné il faut bien recourir à la lumière artificielle. Le film argentique, comme le numérique, a ses limites. Le rendu granuleux des films poussés à 6400 ISO ne convient pas à tout le monde.

Ilford HP5 et Flash

La tendance actuelle chez les photographes de mariages en premier est de se positionner comme spécialiste de la prise de vue en lumière naturelle. Certains déclarent pouvoir se passer du flash toute une journée mais la vraie raison ne se trouve t’elle pas dans une appréhension et une méconnaissance du flash ? Pourtant les équipements modernes avec les flashs E-TTL assurent une bonne exposition en reportage photo numérique.

Je pense qu’il est dommage de s’interdire le flash en argentique. Quand on aime expérimenter de nouvelles techniques, il est tout aussi intéressant de tester une nouvelle émulsion qu’un flash. La difficulté avec les appareils photo anciens qui ne pilotent pas le flash est de savoir comment doser la puissance de l’éclair. En fonction de la distance du sujet, de l’ouverture du diaphragme et de la sensibilité de la pellicule, le flash doit être réglé manuellement dans la plupart des cas. J’avoue que le principe n’est pas simple pour un photographe qui a toujours baigné dans le monde numérique et du tout connecté.

Par contre, quand on a la chance de posséder un flash manuel adaptable sur un reflex numérique comme sur un argentique, il est facile d’évaluer les réglages optimums sur son reflex numérique et de reproduire les valeurs sur le boîtier argentique. Les résultats seront sensiblement identiques et pas besoin de flashmètre. La solution la plus simple est finalement de fonctionner avec un reflex argentique récent et de prendre un flash TTL d’occasion datant de l’époque. Les Canon EOS 3 et des Nikon F100 pilotent les flashs TTL avec une grande efficacité.

5D MKIII 1/60 à F4 et 400 ISO avec le flash réglé au 1/8 de sa puissance

Je ne suis pas non plus un adepte du flash mais il y a dans ma sacoche, un flash ETTL Canon pour accompagner les reflex autofocus et deux flashs manuels Yongnuo qui attendent de jouer leur rôle pendant les reportages photos en soirée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.