Des photos impossibles à réaliser avec un zoom non stabilisé ?

Canon argentique Lille 28 105 II USM

Zoom Canon EF 28-105 II USM – Photo prise au 105 mm

Le Canon EF 28-105 version II est longtemps resté vissé sur le Canon EOS 30v argentique. Il ne me sert plus aussi souvent. Quand j’ai acheté ce zoom, la stabilisation existait déjà sur un modèle similaire : le Canon 24-135 IS. Mais elle n’était pas courante à l’époque. Le trans-standard ne m’a jamais déçu et m’a souvent offert de bons portraits en noir et blanc. Dans mon annonce, j’ai précisé : de préférence pour une utilisation sur reflex argentique. Le 28-105 est un bon objectif polyvalent pour les amateurs à la recherche d’un zoom autofocus argentique et a toujours été bien considéré par les spécialistes. Cependant, je le déconseille sur un reflex numérique récent. Il n’est pas à la hauteur des nouveaux capteurs. Je n’ai pas envie de le décrier mais c’est la vérité.

Lorsque je l’ai remis en vente, on m’a posé la question quatre fois : « Est-il stabilisé ou non ? ». La réponse est non, bien évidemment. La stabilisation optique est apparemment devenue indispensable aux yeux de beaucoup de photographes. Ils se demandent certainement comment peut-on exposer une pellicule 200 ISO, comme la Kodak ColorPlus sur la photo ci-dessus, avec un zoom ouvrant à F4,5 seulement et dépourvu de stabilisation.  Lire la suite

Dans la rue avec une pellicule Kodak ColorPlus 200

Entre deux rendez-vous professionnels, il n’est pas rare que je sorte le vieil Olympus. J’emporte le petit reflex argentique dans les rues du Vieux Lille histoire d’imprimer de temps en temps une pellicule couleur. Bien souvent, j’utilise de la Kodak ColorPlus parce que son prix est abordable. Le but est de ne pas perdre la main et de conserver le lien avec la photo de rue ( même si ce que je prends ne s’apparente pas vraiment à la photographie de rue ). Le compteur de vues n’avance jamais rapidement. Je fais une ou deux vues et je reprends ma route. En général, c’est un jeu de couleurs associé à une certaine lumière qui me donne envie de déclencher. Il n’y a rien d’exceptionnel dans mes images. Je me laisse guider par mon instinct. C’est surtout le plaisir de travailler la couleur qui m’anime.

Par contre, le boîtier peut rester inactif pendant des jours et reprendre du service sur un coup de tête. Les photos qui se succèdent n’ont parfois rien en commun. Il m’arrive aussi d’oublier la pellicule dans la boîte à films et de ne pas la développer avant des mois. Je découvre avec surprise les images et parfois je suis déçu. J’essaie de retrouver un bon équilibre des teintes au moment du scan. Les couleurs ne sont pas toujours fidèles à la réalité mais ce n’est pas très important. Le logiciel de numérisation propose des rendus différents à partir d’une liste de films argentiques. Parfois, je bascule d’un négatif à l’autre et je choisis un type de film en fonction de mon humeur.

Séances portraits – Prix spécial automne 2017

Dans le Nord, la fraîcheur est là mais les beaux jours peuvent encore durer quelques temps. En semaine comme le dimanche, les séances portraits en extérieur sont au même prix. Réservez dès maintenant votre séance photo individuelle, en couple ou en famille.

portrait femme blonde noir et blanc retro automne

TARIFS SÉANCES PORTRAITS

  • Solo = 90 €
  • Couple = 120 €
  • Famille = 150 €

Rendez-vous sur le site fredlaurent.com

Déplacements sur la région Hauts-de-France.

 

Vol de photos en milieu public – Johnny Stiletto

La mémoire à l’affût

Le livre de Johnny Stiletto « Shot from the hip » que je viens d’acquérir me sert en ce moment de livre de chevet.

Johnny Stiletto, que tout le monde ne connaît pas, est le pseudonyme, suppose-t-on, d’un photographe des années 80 qui souhaite faire profiter de son expérience tout en restant anonyme. Il est Anglais et cela se voit et se sent dans les écrits qui accompagnent les photos du bouquin. Le ton est très « british » et la langue parfaitement maîtrisée de façon classique donc facile à lire.  Lire la suite

Photographies d’avant – Fuji Superia 200

Pellicule numérisée Lille photo ancienne

J’ai pris cette photo dans un musée de campagne il y a une dizaine d’années avec une pellicule Fuji Superia 200. Je n’ai pas touché à ce film depuis longtemps. Le noir et blanc a pris trop de place dans mes travaux personnels. Les photos de Piotr et d’Isa Gelb me donnent envie de revenir à la photographie plasticienne avec ce genre de pellicule. Un jour, peut-être …