Photographies noir et blanc sans retouche

Ah, si on pouvait se passer de la retouche de nos images, ce serait un soulagement. La retouche n’est pas une partie de plaisir pour le photographe. Personne n’a envie de perdre son temps en post-production. Nous aimerions être plus souvent derrière l’objectif et ne penser qu’à l’image. Pourtant, la retouche photo est une étape presque obligatoire dans le processus photographique. Une image est rarement considérée définitive temps qu’elle n’a pas subi un lavage, rinçage et essorage. Une fois imprimée sur la pellicule ( ou sur le capteur ), il reste encore pas mal de taff avant d’arriver à un résultat digne d’une impression ou une publication sur le net. Il y a toujours ici et là des corrections ou des améliorations à apporter. Moi, cela me fatigue cette quête de perfection.

Photographie argentique portrait pin-up retro Lille

Si on veut produire des photographies noir et blanc sans retouche, alors il vaut mieux s’appliquer lors de la prise de vue. Malheureusement, certaines situations ne permettent pas d’obtenir une image parfaite directement. Il faut soit accepter les défauts, soit refuser tout bonnement l’image. Pour ma part, j’ai choisi de me contenter des photographies brutes et de laisser tomber les retouches, au moins en ce qui concerne les travaux personnels comme dans cette série de photographies de rues scannées telles quelles. Je ne me vois pas remettre aux clients des images trop sombres ou trop contrastées.

J’ai donc décidé de ne plus corriger les défauts et les erreurs d’exposition de mes photographies noir et blanc. Si une photo nécessite un ajustement des contrastes ou un éclaircissement local, je n’en ferai rien. Elle restera telle quelle. Et si les retouches sont importantes, alors cela signifie qu’elle est ratée. Elle ne mérite donc pas une deuxième chance. Reste le problème des pétouilles sur la pellicule. Seule la bombe à air sec sera autorisée pour débarrasser le film des poussières.

9 réactions sur “Photographies noir et blanc sans retouche

  1. BRAVO ! Je suis bien d’accord avec vous. La retouche fait disparaitre la photographie pour devenir des images comme dans les plaques de chocolat de ma jeunesse.

  2. Je ne retouche jamais… J’essaie de faire pour le mieux à la prise de vue, des fois ça marche, des fois non… Mais, qui tente rien, n’a rien 😃

  3. bonjour
    pour moi un scan de négatif s’est 2 minutes maxi sous lightroom( 1minute enlèvement de pétouilles +1 retouche) ceci si je veux faire une impression jet d’encre. si c’est pour le web c’est deux fois moins.
    pour ce qui est des tirages baryté 30×40 sous l’agrandisseur c’est autre chose. 1 ou 2 tirage dans une aprèm.
    amicalement
    jp

  4. Il n’existe pas de bonne photo sans corrections (pas retouches). Les corrections sont nécessaires (voir les corrections des photos de Denis Stock dans Jonathan Auch) . Une photo n’existe que par le travail du labo (argentique ou numérique). Cela a toujours été comme ça. Je dois une grande reconnaissance aux labos qui m’ont plus d’une fois sauvés du désastre…
    D’autre part, je lisais récemment qu’il est beaucoup plus facile de corriger un néga qui a été scanné, donc de le corriger par informatique, que sous l’agrandisseur. J’accepte le deal si cela est fait sans exagération. Je parle de corrections, pas de bidouillage. Une bonne photo, c’est 50% pour le photographe et 50% pour le labo. Pour cela, il faut des champions et c’est un métier à part entière indispensable. Comme photographe je dis merci Messieurs du labo.

  5. Pour ma part j’aime beaucoup la retouche (sur ordinateur), surtout lorsqu’elle est créative… Dans ce cas il faut avoir une vision, un objectif, une cohérence, sinon on éparpille beaucoup de temps et d’énergie pour des résultats incertains. Elle peut aussi devenir aliénante, elle donne l’illusion que l’erreur ou la médiocrité est acceptable (rattrapable) / ou donne la tentation que tout est perfectible ; je pense qu’il est parfois plus sain et gratifiant d’accepter (et d’aimer) une photographie telle qu’elle est sans passer par la retouche (ou alors un léger traitement généralisé, ou se donner un temps à respecter comme le fait Rigaud). En numérique, j’ai l’habitude de shooter en RAW pour me laisser une marge de créativité en postprod, mais ça me prend tellement de temps que je me contraint à shooter de plus en plus en JPG noir et blanc, et de ne plus toucher aux fichiers. Impossible d’avoir d’hésitations ou de regrets, la photo est bien ou n’est pas, et ça fait beaucoup de bien 🙂
    La simplicité du noir et blanc argentique lui permet souvent de s’exprimer déjà de très belle manière sans retouches (ni du scan ni au tirage).

    La prise de vue est l’essence de la photographie.
    La retouche en est l’illusion de la perfection.

    • Tout à fait, Camille, mais vous vous placez là dans le cas de retouches plus ou moins artistiques si on les pousse à l’extrême. Elles peuvent être acceptables (voir Ansel Adams, coucher de soleil).
      Je parlais de corrections de densité, de définition de détails (voir Denis Stock darkroom).
      La photo à l’état « brut » n’est qu’un ensemble de moyennes.
      Cordialement.

  6. Bien d’accord! Je retouche des imperfections (poussières) mais pas plus. Quand je scanne les négatifs j’applique une correction de contraste et pas plus normalement. Ce qu’on fait aussi en tirage argentique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s