Photographie alternative : le portrait avec une pellicule périmée

Pellicule périmée Agfa XRG 200 @celineromanowski

Photographier avec une pellicule périmée représente pour moi une alternative à la photo numérique.

Il m’arrive de réaliser du portrait avec une pellicule périmée. Cela me change de la photographie trop lisse du numérique. La photographie alternative, on en parle plutôt pour désigner les appareils en plastique autrefois populaires. Ces appareils ressemblent davantage à des jouets mais font le bonheur des jeunes générations à la recherche d’un autre style photographique. J’aime beaucoup faire de l’image autrement et notamment avec de la pellicule dont la date de péremption est dépassée depuis plusieurs années. Attention, les résultats peuvent décevoir. C’est un risque à courir. Dans tous les cas, il vaut mieux prendre des précautions et éviter d’utiliser un vieux film pour un événement important ou une commande, surtout si on ne sait absolument pas comment a été stockée la pellicule. Si vous avez acheté un lot, il sera préférable de faire un premier test avant de se lancer dans le reportage à l’autre bout du monde.  Lire la suite

Le plat pays en noir et blanc argentique – Rollei Retro 80s

développement photo noir et blanc rollei

J’ai trouvé une autre utilité à la Rollei Retro 80s : photographier le plat pays en noir et blanc argentique. La Rollei Retro 80s a un rendu très différent de la Kodak tri-X. Nul besoin d’une pellicule rapide quand il s’agit de photographier du paysage, ses 80 ISO me conviennent largement. Au départ, la Rollei Retro 80s était ( selon mes critères somme toute discutables ) destinée aux images de rue quand le soleil est trop fort. J’ai trouvé qu’elle restituait bien les contrastes et parfois même un peu trop, une caractéristique intéressante en photographie urbaine. Je n’emploierais pas la Rollei Retro 80s en photographie de portrait par exemple mais pour du paysage pourquoi pas.

Portrait CineStill à Lille suite

J’ai numérisé deux autres vues de la CineStill 50. J’ai eu l’occasion de tester cette pellicule lors d’une séance portrait à Lille. Les premiers scans ne me plaisaient pas, en particulier au niveau du rendu des couleurs. Les détails ne semblent pas très propre non plus mais je veux bien en endosser la responsabilité. La mise au point n’était peut-être pas parfaite. De plus, le 50 mm F/1,4 aurait dû être remplacé depuis longtemps. Je poursuis tout de même les scans en espérant trouver un bon équilibre dans la colorimétrie. Je ferai d’autres essais de prises de vues dès que possible mais pour l’instant je ne suis toujours pas convaincu par cette émulsion.  Lire la suite

Le noir et blanc dans la rue – Ilford HP5

Le négatif Ilford HP5 resté longtemps dans mon Olympus a enfin pu être développé. J’avais commencé le film avec des photos prises dans la rue un peu au hasard. Malheureusement, je manquais d’enthousiasme. J’ai laissé tomber le fil conducteur que j’avais en tête au départ. Je n’ai pas su terminer le négatif le jour même et suis passé à autre chose. Les vues restantes ont été utilisées pendant une séance portraits entre amis. Sur les vingt photos prises ce jour là, quatre ont retenu mon attention mais sans conviction. Le reste ne mérite pas une publication. Du coup, je ne me suis pas ennuyé à les numériser en haute définition ni à corriger les défauts. Les scans sont ici bruts et en petite taille.
Olympus OM 2000 et Ilford HP5

 

Comment photographier la rue en noir et blanc ?
Quel négatif noir et blanc conseillé pour la photo de rue ?

noir et blanc ideal ilford hp5

Photographies prises dans les rues de Lille un dimanche matin. Reflex Olympus OM-2000 et pellicule Ilford HP5.

Portrait en CineStill 50

portrait Ilane CineStill 50

Afin de sortir des sentiers battus, j’ai voulu essayer le portrait en CineStill 50. C’est une pellicule couleur que je n’avais encore jamais testée. J’ai choisi le film Daylight en 50 ISO et réalisé mes premiers tests portraits en pleine lumière. Je voulais vérifier si ce film lumière du jour pouvait être utile quand le soleil brille fort. C’est toujours intéressant de ne pas être cantonné aux petites ouvertures. À 50 ISO, on peut se permettre d’ouvrir le diaphragme plus grand, au-delà de F2,8 et de chercher une profondeur de champ plus courte. Les fiches techniques semblent vouloir dire que la CineStill encaisse les fortes luminosités. Apparemment, c’est le cas. J’ai volontairement surexposé pendant le shooting avec Ilane, parfois même un peu trop mais tout va bien, les hautes lumières sont bien exploitées. Lire la suite