Films argentiques, les prix flambent ! Kodak veut notre mort ?

noir et blanc argentique canon eos 50 mmKodak veut notre mort ? 

La surprise était grande à la boutique photo ce matin en voyant les prix des pellicules Kodak. Habitué à acheter la Tri-X 400 à 5,90 € il y a peu, j’apprends que le tarif est directement passé à 7,10 €. Kodak veut-il la mort du film ou faut-il chercher du côté des matières premières comme le nitrate d’argent ? Je penche plutôt pour la seconde explication car les autres fabricants comme Ilford ont apparemment eux aussi revu leurs prix de vente à la hausse. L’Ilford HP5 est aujourd’hui proposée à environ 6.90 €. Les ventes de pellicules risquent de chuter encore.  Lire la suite

Pourquoi l’affichage des photos dans Facebook est aussi désastreux ?

apprendre-la-photo-noir-et-blanc-lambersart

Je ne comprends toujours pas pourquoi l’affichage des photos dans Facebook est aussi désastreux. Le réseau social le plus puissant au monde négligerait-il la qualité des images ? Je suppose que le stockage des données et en l’occurrence des photographies est un enjeu crucial pour la compagnie et par conséquent le poids des images doit être réduit un maximum afin de limiter au mieux la taille des serveurs et éviter les délais trop longs d’affichage mais c’est un réel problème pour nous les photographes. Notre travail n’est pas mis en valeur sur Facebook.

J’ai tout essayé ou presque : le redimensionnement, l’envoi via Lightroom, Flickr etc … Les images sont fatalement compressées. La seule méthode pour que la définition soit respectée reste, a priori, le partage des articles depuis le blog. Les images qui accompagnent le texte s’affichent normalement sans subir de dégradation. Du coup, je n’ai plus envie d’envoyer mes photos directement sur leurs serveurs. Si vous avez une autre astuce, je suis preneur.

Photographier tout et n’importe quoi en argentique avec des pellicules Fuji Superia, Agfa Color XRG, Kodak Gold …

Je n’aurais jamais osé gâcher de la bobine de film pour photographier tout et n’importe quoi.

J’ai longtemps considéré qu’il fallait une bonne raison avant de déclencher, être face à un beau sujet ou tout au moins un sujet digne d’intérêt avant de griller de la pellicule. Même avec des pellicules à petit prix comme la Fuji Superia, l’Agfa XRG ou la Kodak Gold, je n’aurais eu l’idée de braquer l’objectif vers une porte de garage rouillée par exemple. Aujourd’hui, il m’arrive de succomber à la tentation, surtout quand il s’agit de pellicules périmées ou de films à terminer. Il y a vingt-cinq ans, je m’intéressais au paysage et à la photo de portrait sous une forme ultra classique, loin, très loin du style adopté par les jeunes générations d’aujourd’hui. Certains ont peut-être été influencés par le mouvement plasticien. Dans les portfolios Tumblr, les comptes Flickr et Instagram, on tombe parfois sur des bizarreries photographiques qui ne répondent pas aux codes de la photographie traditionnelle. Je découvre de plus en plus de photographes qui osent cadrer des objets du quotidien ou des lieux à l’esthétique étrange. Ce sont des images qui peuvent paraître sans intérêt à la première lecture : rideaux déchirés, savon oublié dans un évier, roue de vélo tordue dans la rue…  Mais réunies dans une série, elles ont du sens. À force de les observer, on se laisse prendre au jeu. J’éprouve une certaine admiration pour ces jeunes générations capables de voir le beau dans ce qui en temps normal nous semble moche ou insignifiant. Depuis quelques années maintenant, je suis très intrigué par ce genre de snapshots. Ce qui est étonnant, c’est que beaucoup de ces images soient issues de photos argentiques.

Les photos de Isa Gelb et Oliver Liria.

Brainstorming entre photographes – Pellicule couleur périmée Agfa Color 200

scan couleur argentique agfa colorBrainstorming entre photographes autour d’un verre de « Queue de Charrue », une bière belge brassée à quelques kilomètres d’ici. Quand le photographe n’est pas en plein travail de prise de vue, il a des occupations similaires à n’importe quel entrepreneur : paperasserie, comptabilité, communication, devis, administration du site web pro, retouche d’images et tralala … Mais il entretient aussi de bonnes relations avec ses confrères et amis photographes.

Image prise avec un Olympus OM-2000, objectif ZUIKO 50 mm et pellicule périmée Agfa Color. Numérisation du film.

Le portrait en noir et blanc avec un reflex numérique – Cours photo individuels Arras et Douai

Cours photo individuel Nord Canon EOS

La photo de portrait en noir et blanc plait à beaucoup de photographes mais la maîtrise technique semble parfois poser problème. Une bonne photo noir et blanc ne résulte pas uniquement d’un traitement logiciel et vous le savez. Il n’est pas facile d’obtenir un rendu qui se rapproche du style inimitable du noir et blanc argentique mais en adoptant une méthode rigoureuse dès la prise de vue, on parvient à convertir l’image dans un noir et blanc satisfaisant. Le plus important est de privilégier les bonnes images pour le noir et blanc. Lire la suite