Les mariés veulent de belles photos en noir et blanc dans leur album souvenir

C’est une future mariée qui m’a confiée son intérêt pour de la vraie bonne photo en noir et blanc lors des portraits du couple. Oui, les mariés veulent de belles photos en noir et blanc dans leur album souvenir. C’est exactement en ces termes que cette jeune femme m’a répondu à propos de ses attentes pour les photos de son mariage. Une petite lueur a dû apparaître dans mes yeux à ce moment vu son sourire parce que justement je suis très sensible au style et au rendu du noir et blanc dans les photos de mariage. Cela m’a vraiment fait plaisir. Le photographe de mariage doit être en mesure de saisir les instants décisifs remplis d’émotions, c’est sûr, mais il doit aussi maîtriser la qualité de ses images en noir et blanc. Alors effectivement, tout le monde n’a pas la même conception du « beau » noir et blanc et le terme reste subjectif. En tout cas, moi qui suis attaché au noir et blanc dit « traditionnel », je suis heureux comme un gamin lorsqu’on me réclame une séquence de photos argentiques.

mariage-photos-retro-argentique-nord Lire la suite

Hiver 2017 – Canon EF 35 mm F2 IS

portrait 2017 soir hiver au 35 mm F2 IS

En cet hiver 2017, le froid persiste et oblige le photographe à prendre des précautions. Je n’ai pas voulu changer d’objectif avec les mains gelées lors de ma dernière sortie en pleine campagne, dans le Pas-de-Calais. Le Canon EF 35 mm F2 IS est resté vissé sur le boîtier. La campagne en hiver a un côté austère. Les couleurs sont quasi-absentes. Pour donner un peu de peps aux images, j’ai triché. J’ai utilisé un flash cobra. Ce n’est pas dans mes habitudes, d’autant plus que le soleil n’était pas encore couché. Il y avait assez de lumière pour travailler entre 400 et 800 ISO. Lire la suite

Une année de plus en argentique

photo-scoop-mode-nb-tragic-lille

Me voilà reparti pour une année de plus avec mes Canon argentiques et mes Histoires de photos. Cela fait vingt-cinq ans que le virus s’est installé dans ma boîte à neurones et ce n’est pas fini. En 2017, la photo argentique occupera une fois de plus mon terrain de jeu favori : photographier l’humain. J’espère d’ailleurs pouvoir développer encore plus de projets en argentique avec des personnes volontaires et aussi intéressantes que celles rencontrées les années précédentes.  Lire la suite

Petite robe noire de soirée et photo argentique

En ce moment, l’argentique ne fait plus partie de mes priorités en photographie de mode. Avant, lorsque mon amie styliste faisait appel à moi pour une séance photo en extérieur avec deux ou trois modèles, je pouvais encore travailler avec de la pellicule. Aujourd’hui, il faut pouvoir proposer d’innombrables variantes et encore plus qu’hier, les commanditaires exigent des délais ultra serrés. Photographier la petite robe noire de soirée en argentique est devenu compliqué. Le processus argentique est devenu un peu trop coûteux pour mon budget et trop lent pour certains clients. Fatalement, l’argentique sera de plus en plus confinée au domaine artistique.
photo-argentique-robe-noire-soir

Vue argentique N°37

Une dernière vue pour la route.

Dans mes archives de photos argentiques numérisées, je retrouve parfois une vue croquée. C’est en fait la vue N°37. J’utilise systématiquement des pellicules 36 poses parce que c’est plus rentable ( sauf lorsqu’il s’agit de films périmés que l’on me donne en 24 poses ). La vue N°37 est possible sur mon Olympus OM mais pas sur les reflex autofocus modernes. Arrivé à la trente-sixième, le rembobinage se déclenche automatiquement avec un Canon EOS 3 ou un Canon EOS 30v. Sachant que cette vue supplémentaire est mordue par la lumière, je ne fais pas d’effort pour en sortir une image attractive. Je déclenche sans conviction, histoire d’imprimer une énième vue sur le film. Bien souvent, la vraie raison est que je m’empresse de passer à un autre type de film. C’est idiot ! C’est normal de vouloir exploiter le film jusqu’au bout du rouleau mais autant en profiter pour créer une image surprenante. Vous ne trouvez pas ? La vue N°37 est plutôt rare. Les trois quarts de ma production argentique sont réalisés avec les deux Canon EOS. Mais quand cela se produit, elle n’est pas recadrée ni au scan, ni dans Photoshop. Cela me permet de l’identifier immédiatement. Elle est conservée brute de pomme pour me rappeler que je devrais toujours essayer d’exploiter au mieux la dernière vue. Certains en ont fait une collection. Je trouve l’idée intéressante. vue-argentique-numero-37