De la Fuji Pro 400H dans un Nikon F80

Il faut peu de chose pour rendre un photographe argentique heureux

La pellicule Fuji Pro 400H est un flm du type lumière du jour avec une latitude d’exposition importante. Elle est particulièrement adaptée aux mariages et aux portraits. Ses couleurs sont réalistes et son grain est très agréable. J’utilise surtout la Kodak Portra dans le cadre du portrait mais j’adore le rendu du film FUJI Pro 400H. J’ai eu l’occasion de faire quelques portraits sympas avec cette pellicule et l’excellent Nikon F80. C’est un photographe amateur fervent défenseur de la marque Nikon qui me l’a confié le temps d’un été. Je connaissais le Nikon F80. J’avais acheté un exemplaire d’occasion dans un état remarquable aux States il y a douze ans. Je lui avais joint un 50 mm F/1.8 à petit prix. L’autofocus me semblait un peu lent mais la qualité des images était impeccable. J’ai redécouvert cette sensation agréable de photographier avec ce petit Nikon expert. J’ai aussi retrouvé le son caractéristique du Nikon F80.
fuji-superia-200-mariage

Lire la suite

Passage à vide

Ce matin, le vent soufflait fort dans la région. En regardant par la fenêtre, j’ai vu des gens lutter contre cette force invisible tout en essayant de se frayer un chemin au milieu des tourbillons de feuilles mortes. C’est la journée idéale pour créer des images différentes. Mais pourquoi fallait-il justement que ce fichu mal de crâne vienne gâcher la journée ? Au lieu d’affronter les éléments, je suis resté cloîtré chez moi, frustré de ne pas être capable d’affronter les bourasques. Le petit 24 x 36 Olympus et les trois Kodak Tri-X étaient déjà dans le sac photo prêts à capturer les contrastes et les nuances en noir et blanc. La motivation était bien là mais pas la forme. Au lieu de produire, j’ai cherché des idées de création dans les photos de Patrick Zachmann, Gianni Berengo Gardin et de Berenice Abott. Ils n’ont rien en commun mais leurs photos me donnent envie d’aller plus loin dans ma démarche de création.

tirage-art-collection-nord-59-photo-nb

Lire la suite

Portrait masculin en noir et blanc argentique

La gent masculine se soucie peu de savoir avec quel matériel le photographe fera son portait, sauf s’il est lui même photographe à ses heures perdues. Je n’explique donc pas aux messieurs que le noir et blanc est obtenu avec un film argentique. Auparavant, j’annonçais la couleur en épiloguant sur les qualités et les avantages de la photo argentique et sur l’aspect chic et élégant d’un portrait en noir et blanc comme on savait le faire autrefois. J’ai vite compris qu’ils se fichent royalement du process et que le style d’image procuré par ce procédé ancien ne leur parle absolument pas, contrairement aux femmes. Tout ce qu’ils souhaitent, c’est que la séance ne s’éternise pas et que le résultat soit correct.

Lire la suite

J’ai confiance en mon boîtier

Il ne faut pas laisser la technique vous embrouiller l’esprit.

Si vous lisez la presse spécialisée ou si vous venez de suivre un cours théorique sur l’usage d’un reflex, n’essayez pas de jouer avec la totalité des fonctionnalités de votre appareil dès le départ. Quand on découvre l’utilité de tel ou tel réglage, on a tendance à vouloir l’appliquer, c’est tout à fait normal. Le danger est de tester plusieurs recettes en même temps, de les entre-croiser. Ce n’est pas une bonne méthode. Si vous vous lancez dans une course aux recettes techniques, fatalement, vous allez tout mélanger. Vous courrez à la déception. Le mieux est l’ennemi du bien. Au lieu d’aller trop loin dans les corrections et les réglages inappropriés, il vaut mieux encore revenir aux automatismes de l’appareil.
beaute-rousse-portrait-de-femme-nord

Lire la suite

Idées de thèmes photo au 50 mm

analog-olympus-om-2000-agfa-apx-100

Lire la suite

Où sont les bons photographes de rue ?

Je crois que j’exagérais un peu en affirmant qu’un portfolio sur cent seulement exposait des images de rue intéressantes et originales. Ce doit être la frustration qui parlait à ma place. En vérité, je ne fais pas mieux. Il y a quand même de belles choses sur le net. Encore faut-il savoir chercher. Et plus on cherche, plus on trouve. En ce moment, je suis en quête de photographes qui osent, qui créent au sens littéral. Les photos qui m’intéressent sont celles qui ne se contentent pas de reproduire la réalité comme moi mais la transforment. Les images les plus décalées, je les ai trouvées assez facilement sur la plateforme de micro-blogging Tumblr. Mais éloignez les enfants, certains portfolios peuvent heurter la sensibilité du public.

photographie-de-rue-en-noir-et-blanc-montreuil

Lire la suite

Photographie de rue – Oui mais encore ?

Photographier en noir et blanc dans la rue me manque. Je pense reprendre du service. L’EOS 30v et le 35 mm ne demandent que ça. En cette période, les séances portraits en extérieur se raréfient laissant plus de place aux travaux personnels. Les photographes que je lis et ceux avec qui je suis en contact me parlent de street photography. Les derniers scans réalisés pour mes amis photographes concernent aussi des photographies de rue. Je suis cerné par des images prises dans la rue. Par contre, je n’ai pas envie de photographier « des gueules » comme le dit si bien mon ami Patrice. Je préfère m’attaquer à des sujets moins bateaux, moins consensuels. Je ne sais pas encore quoi exactement et à la rigueur peu importe, du moment que ce soit avec du film noir et blanc et que le sujet soit traité radicalement autrement. Les images trop sages, c’est terminé.
photo-de-rue-olympus-om-2000-argentique

Jusqu’à présent mes photographies étaient calquées sur les standards de la photo de rue. Je ne me surprenais plus et ce que je voyais m’ennuyait. Aujourd’hui, j’ai très envie de repartir dans la rue mais il me faut de nouveaux défis. J’ai feuilleté les portfolios de plusieurs photographes que je ne connaissais pas et qui ne sont pas forcément connus. Je tombe très souvent sur les mêmes codes et les styles se répètent. Une fois sur cent, je découvre une approche différente qui m’inspire. C’est le cas de Frederico Arcangeli. Mais dans l’ensemble, je ne vois rien de vraiment original.

Fâché avec Ilford HP5 Plus

ilford-hp5-dev-standard-contraste

Il n’y a encore pas si longtemps, j’étais pro Ilford HP5 à 100%. Cette pellicule m’a suivi pendant des années sur des théâtres d’opérations très différents sans jamais me décevoir. Les résultats étaient rarement mauvais même dans les pires conditions. Le soir, quand elle est poussée à 800 ISO, les photos sont en général très belles. Elle est vraiment polyvalente. Elle convient bien au portrait comme aux instantanés de rue ou aux photos de scène. Je l’ai toujours conseillée à celles et ceux qui avaient envie de mettre un pied dans le noir et blanc à l’ancienne. Aujourd’hui, je suis fâché avec l’Ilford HP5. 
Je ne sais pas ce qu’il y a entre elle et moi. J’ai l’impression qu’elle me joue des tours depuis quelques temps. Les trois dernières séries de photos prises avec sont désastreuses. Je ne retrouve pas la gamme de gris que j’aimais tant chez elle. Le film semble dépourvu de nuances comme s’il était voilé. Les photos de la première pellicule montraient un gris sale et sans contraste. La seconde ne donnait aucun contraste convenable et la troisième n’était pas mieux. Du coup, un peu échaudé, j’ai mis un terme à ce carnage. Heureusement, les dernières commandes de portrait ont été prises avec de la TMAX.
ilford-hp5-scan-hd Lire la suite

Pellicules couleurs et tour du monde

On me pose beaucoup de questions par rapport aux films argentiques.

Les gens pensent que j’ai réponse à tout sous prétexte que le blog Histoires de photos traite de photographie argentique. Il ne faut pas oublier que je ne suis qu’un utilisateur et pas un expert ès labo. Certes, l’expérience est là. 25 ans de pratique me donnent une toute petite légitimité pour en parler mais je ne peux pas résoudre les problèmes de chacun. Dernièrement, on me demandait quelle pellicule choisir pour un voyage dans je ne sais quel pays latin. Pourquoi faudrait-il avoir une réponse technique à ce genre de problème ? Ne serait-il pas plus judicieux de laisser exprimer ses envies ? Qu’est ce qui compte le plus pour vous : des images propres et réalistes en termes de couleurs ou au contraire un style pictorialiste ? Moi je ne sais pas. Au lieu de chercher des réponses techniques, regardez ce qui vous plaît dans les images des autres, fouillez les groupes Flickr par catégorie de film s’il faut mais n’attendez pas la solution miracle ici. Le meilleur conseil que je puisse vous donner, c’est d’expérimenter vous-même plusieurs films à partir d’une sélection de films qui vous plaisent pour leur rendu. De toute manière, il est impératif de faire quelques essais avant de partir pour l’Argentine ou les Philippines. À quoi servent les conseils d’un expert sur le choix d’un film si on n’apprécie pas le résultat ?

quelle-pellicule-couleur-voyage-soleil

C’est vrai, il y a des pellicules plus délicates que d’autres à exposer. C’est vrai aussi qu’il faut pouvoir comprendre l’intérêt des différentes sensibilités. Mais si ce sont celles qui justement vous ont attiré au travers des exemples glanés sur le net, pourquoi se rabattre sur un film dont le rendu vous plaît moyennement ? Ensuite, ces histoires de réciprocité et de filtres, il ne faut pas trop s’en inquiéter. Si on ne pousse pas le négatif dans ses retranchements et si on reste dans une utilisation standard et raisonnable, la question des propriétés physiques ne se pose pas. Je ne pense pas que l’on veuille partir au bout du monde et se prêter à des expérimentations hasardeuses. L’idéal serait, lorsque l’on se prépare à faire le tour du monde muni d’un reflex 24 x 36 et d’un lot de films argentiques, de s’entraîner suffisamment longtemps avant pour pouvoir se faire sa propre idée. Trop de personnes pensent que des conseils avisés suffisent pour assurer le coup et ne font pas l’effort de goûter par eux-mêmes ou de tester le produit. Lire la suite