Fuji Superia 200 en rade

 

fêtes de printemps dans le Nord - Photographie couleur argentique - numérisation de pellicules pour particuliers et photographes

Quand Patrick, un ami photographe, m’a proposé de l’accompagner à la frontière belge pour suivre le défilé du carnaval de printemps à Comines, j’ai tout de suite pensé aux photographies noir et blanc contrastées que je pouvais réaliser. Le soleil était encore une fois de la partie et les scènes de rues étaient prometteuses. C’est toujours plus facile de photographier dans la rue lors d’un événement festif et les sujets originaux ne manquent pas.
Mais avant de passer au noir et blanc, je voulais d’abord terminer la pellicule couleur installée dans l’EOS 3. Cela fait des semaines que je n’arrive pas à finir cette fichue Fuji Superia et ça me gonfle. J’aurais pu la retirer et la remettre dans le boîtier ultérieurement mais le sujet justifiait pleinement de rester en couleur, alors… Après trois déclenchements, le boîtier s’est bloqué. La pile était apparemment déchargée vue le clignotement de l’indicateur BC. J’étais persuadé d’avoir vérifié le niveau avant de partir. Évidemment, je n’ai pas prévu de pile de rechange dans le sac photo. Il n’y aura donc que trois photos couleur des carnavaleux sur ce négatif. Un peu perplexe une fois à la maison, j’ai remis le boîtier sous tension. L’EOS 3 s’est allumé normalement. Décidément, je n’arriverais jamais à la fin de ce film.

2 réflexions sur “Fuji Superia 200 en rade

  1. j’ai moi meme été victime de la meme panne stupide avec mon olympus OM2-n lors d’une de mes sorties de fevrier par -14 degrés et un peu plus en ressenti avec un vent du nord glacé soufflant du nord Nouvelle Ecosse et Terre neuve… Cette fois c’était le miroir qui ne revenait plus… Les quelques petites gifles que j’ai fait encaisser à mon boitier n’ont rien donné..pas plus d’ailleurs que les conseils generalement prodigués par le Olympusiens du net pour ce type d’incident… de retour a la maison: ouverture du boitier en chambre noir pour arriver enfin a debloquer la situation… l’argentique d’avant les années 90 ne supportait pas bien les ecarts de temperature et % d’humidité de bords de mer…..mais les plaisirs du passé ont leurs petits inconvenients….Canadienement votre ….
    Alphilge

  2. Autre anecdote dont je ne suis pas fier : avoir bloqué le film sur la première vue et « entasser » les 35 autres sur la première. C’est en rembobinant que je me suis aperçu que ça tournait à vide… Avec les Leica M4, il faut bien enfoncer la pellicule ! Gloups !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s