L’objectif idéal en portrait ?

Du beau portrait avec un caillou lumineux ou un cul de bouteille.

On peut très bien réaliser des portraits magnifiques en utilisant une optique de rêve à plusieurs milliers d’euros tout comme un objectif bas de gamme bourré de défauts. Tout dépend de l’intention du photographe.

Le tout est de savoir ce que l’on veut : une qualité d’image irréprochable ou tout simplement faire de bonnes photos, même si l’un n’empêche pas l’autre. Parce que la question est là. Si le but recherché est d’améliorer ses photos de portrait, peut-être vaudrait-il mieux dans un premier temps travailler la prise de vue, comprendre la lumière et connaître parfaitement son matériel avant de penser nouvel équipement. Par contre, les photographes ayant acquis de l’expérience et une certaine maîtrise de la lumière, s’ils ressentent le besoin d’aller plus loin sur le plan technique, ils ont tout intérêt à remplacer leur objectif inclu dans le kit par un outil plus spécifique.

Existe-t’il un objectif idéal pour la photo de portrait ?

Portrait choix d'un objectif fixe

Tamron 28-75 XR Di F/2,8

Beaucoup de photographes experts répondront par l’affirmative en donnant comme exemple leur outil préféré acheté à prix d’or. C’est vrai qu’il existe des objectifs superbes, notamment en focales fixes, capables de délivrer des images d’un très haut niveau de précision. Mais est-ce bien nécessaire de dépenser une fortune dans un objectif ? 

Un 85 mm sinon rien.

J’ai longtemps considéré le 85 mm comme la focale idéale en portrait. Je travaillais entre autre avec le 85 mm F/1,8 sur les Canon EOS argentiques. Cet objectif me satisfaisait pleinement. Je l’ai pourtant revendu en 2004 pour financer en partie un zoom 70-200 ouvrant à F4. On fait parfois des choses idiotes. Ce 70-200 Canon est certes d’excellente qualité mais s’avérait plutôt encombrant. Je l’emportais moins souvent que le 85 mm qui lui prenait peu de place dans un sac photo. Il faut réfléchir avant d’investir. Sur un plan performance, ce zoom est très bon mais ne correspond pas à mes habitudes de travail. C’est toujours pareil, on opte pour un zoom polyvalent afin d’être capable de répondre à un maximum de situations mais cela génère d’autres handicaps. Le 85 mm est pour moi une focale qui me convient parfaitement mais c’est mon ressenti. D’autres focales existent et mériteraient certainement votre attention. Alors ne vous précipitez pas sur le premier objectif fixe déniché. Renseignez-vous auprès des sites photo de référence et lisez la presse spécialisée.

Portrait studio au 85 mm - photographie noir et blanc argentique

Photographie argentique – Canon EF 85 mm F/1,8

À chacun sa focale.

Certains se sentiront plus à l’aise avec un 50 mm, d’autres avec un 135 mm ou encore un 35 mm. Il n’y a pas de règle. La distance qu’impose une focale est primordiale dans le choix d’un objectif, tout comme son poids, son encombrement et la facilité d’utilisation qu’il procure. Il ne faut pas choisir un objectif parce qu’il a obtenu une note maximale aux banc d’essai. L’idéal serait de pouvoir tester le matériel photo avant achat. Mais c’est rarement possible. Le souci avec les focales fixes, c’est leur tarif. Plus leur ouverture est grande, plus ils sont chers. Le prix d’un 85 mm F/1,2 est inaccessible au commun des mortels. SIGMA propose un superbe 85MM F/1.4 à environ 800 €. C’est un prix qui reste tout de même élevé pour un amateur équipé d’un reflex d’entrée de gamme mais qui intéressera plutôt les possesseurs d’un Canon 6D, d’un Nikon D750 ou d’un reflex argentique comme le Nikon F6 ou le canon EOS 3. Par contre, les 50 mm premier prix deviennent intéressants sur un reflex à petit capteur. Ils se transforment en 75 mm et permettent d’entrer dans la sphère des focales fixes pour moins de 150 euros. Le 85 mm F/1,8 que j’utilisais est quant à lui toujours au catalogue à 360 € et se négocie aux alentours de 250 / 290 € d’occasion.

Focales fixes, peut-on faire sans ?

Oui, on peut se passer des focales fixes. Chaque fabricant propose de très bons zooms lumineux qui peuvent remplir pleinement les besoins des photographes portraitistes. Certains se situent dans une gamme de prix abordable pour des petits budgets et se classent à un niveau largement au dessus du zoom de base. Il ne faut pas obligatoirement claquer plus de 1000 euros dans un objectif pour sortir une image convenable. J’utilise encore un TAMRON 28-75 XR DI sur mes reflex argentiques et numériques qui n’a rien à envier aux 24-70 prestigieux et il coûte actuellement moins de 400 euros en boutique.

Portrait en pied jeune femme blonde dans un parc avec le Tamron 28-75 XR Di

Tamron 28-75 XR Di F/2,8

À défaut de pouvoir s’offrir un 85 ou un 135 mm, un téléobjectif bien construit et doté de lentilles performantes peut faire office de focale fixe. Vous ne bénéficiez pas des grandes ouvertures dont sont dotés les focales fixes mais un portrait, capturé au 135 mm avec un Canon 70-300 IS USM, n’est pas déplaisant.

Évidemment, si vous êtes plein aux as et que la photographie vous passionne réellement, la question ne se pose pas. Vous ne vous priverez pas de ces beaux cailloux lumineux qui nous font tous rêver. À l’inverse, il ne faut pas croire que l’on ne peut faire de belles choses en portrait sous prétexte que l’on est pas équipé comme un pro. L’important est de bien connaître les limites de son matériel et de savoir composer avec la lumière. La qualité d’image en photographie n’est qu’un plus dans l’élaboration d’un portrait tout comme en cinéma, un téléviseur 4K n’apporte pas grand chose à une histoire bien filmée.

apprendre photo portrait Nikon D5300

Au moment où je finalise ce billet, je découvre un article fort intéressant sur l’excellent site de Nikon Passion

Comment choisir un objectif à focale fixe qui vous convienne ?