Objectif fétiche et Kodak Tri-X

J’ai acheté et revendu beaucoup d’objectifs au cours de ces dix dernières années. Les objectifs fixes ont progressivement remplacé les zooms des années 80 et 90. Puis, les Canon 17-40 F4 et 70-200 F4 sont apparus. J’ai succombé comme beaucoup d’autres aux charmes de la série L. Je me suis alors séparé des 35 mm F2, 85 mm F1.8 et 28-105 USM II pour financer en partie l’achat de ces deux zooms semi-pro, pour finalement les revendre huit ans plus tard en même temps que les reflex numériques. Entre temps, les objectifs Pentax, Nikon et Zuiko sont eux aussi partis, accompagnés des vieux boîtiers 24 x 36.

 

Kodak Tri-X Ouverture F1.4 - Photo 24 x 36 à pleine ouverture au 50 mm - Jeune femme blonde mains tendus vers la chute d'eau - Prise de vue avant baignade - nu artistique en noir et blanc argentique - caresses de l'eau sur la peau - portrait atypique tendu - dévoile son corps nu sous la cascade d'eau fraîche - photo volée d'un voyeur

Kodak Tri-X

Il m’a fallu du temps avant de trouver le matériel qui me convienne le mieux. J’ai fait de mauvais choix à certains moments, comme le 15-30 Sigma, acheté à la hâte en Allemagne pour couvrir un mariage, trop lourd et imprécis. Par contre, je regrette certains objectifs comme les 35 et 50 mm Zuiko avec lesquels j’adorais photographier les scènes de rue ou encore le Tamron 28-75 F2.8 et ses performances incroyables dès F2.8 à un prix très compétitif. Malgré tout, je me console avec le 50 mm qui est devenu au fil du temps mon objectif fétiche.

Quant à la Kodak Tri-X, je l’ai découverte tardivement, en 1999, et depuis je ne peux plus m’en passer. C’est peut-être psychologique mais j’ai le sentiment de pouvoir travailler dans les meilleures conditions avec cette pellicule et ce quelle que soit la lumière. Je n’hésite pas à l’utiliser pour des thèmes photo très différents : portraits, paysages, scènes de rue… Tout est possible. Et quand il s’agit de photographier dans un intérieur sombre, c’est la Tri-X que je privilégie. À 1600 ISO, le noir et blanc reste esthétique. L’hiver arrive à grand pas avec ses journées courtes, je vais regonfler les stocks de négatifs noir et blanc. La Kodak TriX sera comme toujours prioritaire dans le sac photo.

Avec le 50 mm et la Kodak tri-X, je pense avoir trouvé un bon équilibre. D’ailleurs, le couple m’a souvent porté chance.

6 réflexions sur “Objectif fétiche et Kodak Tri-X

  1. J’ai bien un 50 mais je ne l’utilise pas je préfère le Grand Angle voir l’ultra grand angle.
    Par contre en ce qui concerne la Tri X je partage entièrement ton avis, associée à des filtres colorés elle fait de vrais miracles.

  2. Pingback: Dernier scan argentique – Street photo à Lille | Histoires de photos argentiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s