Vous photographiez quoi en argentique ?

Mais pourquoi avoir fait cette photo ?

Je pose la question parce qu’en argentique, il s’agit de ne pas gâcher. Photographier n’importe quoi et n’importe comment avec une pellicule n’est pas concevable, je me trompe ? L’achat d’une pellicule couleur amateur n’est pas très coûteux en soi, surtout si on numérise soi-même les films, mais il faut tout de même savoir économiser. Ce n’est pas comme si on pouvait se tromper cent fois. La prise de vue avec un appareil photo argentique est facile mais cliquer à tout va comme en numérique peut revenir cher. Alors il vaut mieux faire des choix et se poser la question de l’intérêt du sujet avant de déclencher. Cela ne m’empêche pas de me demander ce qui m’est passé par la tête le jour où j’ai pris telle ou telle photo.

 

Glasgow 2002 Kodak Gold

Glasgow 2002 avec de la Kodak Gold

Un ami m’a remis un lot de Kodak Ultra, des négatifs couleur périmés depuis 2005. Je vais essayer d’en faire bon usage. Il n’est pas question de gâcher le moindre bout de film. D’ailleurs, j’ai promis de montrer les scans une fois les Kodak développées. J’ai bien envie de photographier les vieilles ruelles et impasses de ma région. J’essaierai de m’appliquer. Ce n’est pas parce que les films sont gratuits et périmés que je dois exposer à l’aveugle. Par contre, je ne ferai qu’une seule prise de vue à chaque fois. Comme il s’agit de 24 poses, ce sera 24 lieux distincts. Charge à moi de bien choisir l’endroit, le cadrage et la bonne lumière.

Vous pensez que des consommables ayant perdu leur fraîcheur il y a déjà 9 ans ne présentent aucun intérêt. Je ne suis pas d’accord. Les résultats sont parfois surprenants, même si le risque est grand de voir apparaître une couleur dominante et une dégradation de la netteté. A la rigueur c’est tant mieux. Je n’aurai pas à bidouiller les images sur ordinateur si je veux un rendu à part. J’ai souvent utilisé des pellicules périmées dans le passé mais jamais avec une date de péremption aussi lointaine. On verra bien comment réagit le film.

Quand je photographie en noir et blanc, le rendu est pour moi très important. je fais attention à la lumière, aux contrastes quel que soit le sujet. C’est facile, c’est toujours la même façon de procéder. Avec une pellicule couleur, je cherche d’abord une idée, un sujet, un angle de vue. Parfois, l’intention est bonne mais le résultat médiocre. Pas étonnant si mes photographies couleur sont bien moins intéressantes que les noir et blanc. Par exemple, si je photographie une ville, je cherche à capter l’ambiance mais j’en oublie le style. Du coup, j’hésite toujours avant de repasser à la couleur, sauf quand il s’agit de portraits ou d’un thème précis comme  » la couleur en tant que matière « .  Là j’ai enfin trouvé un thème qui m’intéresse en couleur et ces pellicules périmées sont comme un défi. Je vais tenter d’en faire quelque chose de bien.

Et vous, vous photographiez quoi en argentique ?

2 réactions sur “Vous photographiez quoi en argentique ?

  1. Ben, moi je ne photographie pas en argentique, comme ça c’est réglé ! Mais ce n’est pas l’envie qui m’en manque. Pour apporter de l’eau à ton moulin, je pense qu’en argentique comme en numérique, si on se pose trop de questions quant au bien-fondé de déclencher devant tel ou tel sujet, on finit par déclencher systématiquement après le fameux instant où la magie nous apparaît.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s