Dernier scan noir et blanc : pellicule 135 mm Kodak TMAX 100

Voici l’une de mes dernières numérisations.

Il s’agit d’un négatif noir et blanc 135 mm de chez Kodak scanné pour un affichage web. C’est une photo prise lors d’une exposition à Lille. L’éclairage n’était pas très fort. Je ne pouvais donc pas photographier à vitesse élevée et ce malgré les murs blancs. Je devais être aux alentours des 1/15 ème de seconde au déclenchement, d’où le flou de bougé sur la femme et l’enfant. Les 100 ISO de la pellicule n’étaient pas suffisants dans ces conditions. Il aurait fallu passer à au moins 400 ISO, voire 800. Malheureusement, la pellicule était déjà entamée et exposée à 100 ISO. Lire la suite

Retour à la photographie de rue en noir et blanc argentique ?

Je n’ai plus de projet en route. J’aimerais démarrer une nouvelle série. J’hésite à reprendre la photo de rue.

La photographie de rue, c’est difficile. Il faut s’exercer souvent et longtemps. Autrement dit, en argentique, il faut pouvoir dérouler des kilomètres de films. C’est une discipline qui demande beaucoup de concentration et de persévérance. Elle devient intéressante quand on a réussi à constituer une série homogène. Présenter une seule image à la fois n’a pas beaucoup d’intérêt, sauf si la scène frappe immédiatement par son originalité et si l’instant est bien choisi.

Lire la suite

Portraits couleur argentique entre amis

J’adore réaliser des portraits avec la Kodak Portra.

Je suis un fan du noir et blanc, mais j’avoue avoir un faible pour cette pellicule couleur. Quand il s’agit de photographier les amis juste pour conserver un souvenir, je préfère de loin utiliser la Portra. Lors d’événements importants, j’emporte toujours au moins trois pellicules de 36 en 400 ISO. Avec ou sans flash, on arrive toujours à sortir de bons clichés avec ce négatif, même sous la lumière des néons comme ici. En général, les pelloches partent assez vite. Je ne me contente pas d’une photo de groupe organisée.

Kodak Portra 057

Enterrement de vie de jeune fille – Portrait couleur argentique – Kodak Portra 400

Mais tout le monde n’est pas prêt à se faire prendre en photo partout et tout le temps. Alors à ceux qui me répondent « non » systématiquement, je ne propose plus de portraits improvisés et je ne demande plus la permission. Je tire par surprise. Au bout d’un moment, on ne fait plus attention à moi. La plupart du temps, les réfractaires sont tout de même contents de se revoir des années après. Si j’attendais que chacun se sente disposé à être photographié à l’instant T, je n’aurai pas beaucoup de souvenirs. Je me rends compte tous les jours que j’ai raison de m’obstiner.

Vous photographiez quoi en argentique ?

Mais pourquoi avoir fait cette photo ?

Je pose la question parce qu’en argentique, il s’agit de ne pas gâcher. Photographier n’importe quoi et n’importe comment avec une pellicule n’est pas concevable, je me trompe ? L’achat d’une pellicule couleur amateur n’est pas très coûteux en soi, surtout si on numérise soi-même les films, mais il faut tout de même savoir économiser. Ce n’est pas comme si on pouvait se tromper cent fois. La prise de vue avec un appareil photo argentique est facile mais cliquer à tout va comme en numérique peut revenir cher. Alors il vaut mieux faire des choix et se poser la question de l’intérêt du sujet avant de déclencher. Cela ne m’empêche pas de me demander ce qui m’est passé par la tête le jour où j’ai pris telle ou telle photo.

 

Glasgow 2002 Kodak Gold

Glasgow 2002 avec de la Kodak Gold

Lire la suite

Portrait d’enfants avec une pellicule noir et blanc comme autrefois

Portrait enfant en noir et blanc classique Lille

Les portraits d’enfants que je réalise sont en noir et blanc argentique et cela étonne encore.

Il arrive que des parents n’aient pas saisi que les prises de vues en noir et blanc sont effectuées exclusivement en argentique. Pourtant, je pense être suffisamment clair dans mon offre. Quand j’arrive sur place, ils sont surpris de me voir déballer des films Kodak. Peu de photographes travaillent encore avec de la pellicule de nos jours. Parfois le doute s’installe avant la séance puis disparaît à la remise des tirages ou du DVD. Je peux comprendre leur étonnement. Ce n’est pas assez rentable aux yeux de certains et le résultat n’est pas immédiat. Quant aux enfants, ils sont curieux de savoir comment, à partir d’une bobine, les images vont pouvoir apparaître sur leur tablette. Par contre, certaines famille me réclament des portraits justement pour le style rétro / à l’ancienne. Personnellement, je n’irai pas jusque là. Il s’agit juste de photographies noir et blanc classiques. C’est la définition qui me convient.
Lire la suite