Ce qu’il fallait faire avec les fantômes – Une photo noir et blanc manquée

Kodak Tmax

Kodak TMAX 100

C’est juste après avoir scanné la photo que je me suis rendu compte de mon erreur.

Une bonne photo, c’est aussi l’illustration d’une idée, le moyen de transformer une situation banale en un clin d’œil amusant. Sur le moment, je n’ai pas suffisamment réfléchi et c’est un tort. C’est ce qui fait la différence avec les grands photographes. Les fantômes étaient figés. J’aurais pu flouter la passante au premier plan de telle sorte à créer une réelle apparition fantomatique. Il suffisait de choisir une vitesse encore plus basse pour créer un flou lors du déplacement. D’autant plus que techniquement c’était facile à mettre en œuvre. Le lieu d’exposition était peu éclairé et j’avais une pellicule 100 ISO dans le boîtier. Autrement dit, les vitesses lentes étaient nécessaires pour pouvoir photographier sans devoir utiliser le flash. La famille aux draps blancs regardant passer les silhouettes énigmatiques des visiteurs du jour, c’était ça l’idée. Ici, la technique était au service de l’image. Pour le coup, je suis passé à côté d’une bonne photo. A refaire, donc.

Happy Halloween !

Numérisation argentique

Serial photographer – Qui sera la prochaine victime ?

Portrait dans la rue – Kodak TMAX 400

Je réalise des portraits dans la rue. Toutes les photos sont prises en argentique avec de la pellicule noir et blanc. Je n’emploie pas de matériel sophistiqué ni de lumière artificielle. J’opère discrètement. La séance se déroule rapidement. En général, je ne fais que deux ou trois prises. Si vous souhaitez participer à cette épreuve, n’ayez pas peur. Contactez-moi.

Certains individus peu scrupuleux se servent dans vos galeries photos pour mettre leur profil Facebook à jour

La taille des images n’y change rien. Vous pouvez réduire vos photos à la taille d’un timbre poste, les pilleurs du web sévissent partout sur la toile. Les copyrights, signatures et filigranes n’ont aucun effet. Rien ne dissuade ces individus à la recherche d’un avatar facile de venir se servir dans votre portfolio. Ils prennent ce qui les intéresse sans prendre la peine de mentionner l’auteur de la photo et sans demander l’autorisation. Pour eux, la propriété n’existe pas sauf lorsque cela les concerne. C’est un manque de respect envers l’autre et aussi le signe d’une pauvreté intellectuelle sévère qui ne se soigne pas. Quoi que l’on fasse, ils arrivent toujours à dérober ce qui ne leur appartient pas. Alors que peut-on y faire ? Des idées … ?

Photographie noir et blanc argentique.

Les jeunes et la photographie argentique

La fille qui aurait pu devenir mon modèle

Kodak Gold - Vert Galand

Je me suis enfin décidé à faire développer les dernières pellicules couleur. Les Kodak Gold sont restées trop longtemps enfermées dans le noir. Je ne sais plus à quand remonte les premières prises de vue. J’ai encore fait un joli mélange : des portraits d’amis, une sortie sur la côte d’Opale et un site historique à prime abord abandonné mais aménagé en lieu d’exposition. J’ai déposé les deux négatifs dans un labo lillois. J’en ai profité pour prendre le pouls du centre ville. J’avais une heure devant moi à tuer.

J’ai remarqué une jeune fille audacieusement habillée avec des couleurs vives. Elle n’était pas exceptionnellement belle mais son style était très travaillé. Son look fashion attirait les regards. On aurait dit qu’elle sortait d’un défilé de mode. Elle lisait un livre debout adossée au mur d’une boutique. J’ai failli lui demander si elle acceptait de poser pour moi. J’avais à la fois un reflex argentique et un compact numérique en prêt. Mais je n’étais pas vraiment d’humeur à discuter et à expliquer ma démarche ni même de me présenter sous mon meilleur jour. J’ai donc passé mon chemin. De retour au laboratoire photo, devinez sur qui je tombe ?! La jeune fille était là en train de choisir des pellicules photo. C’est comme si le destin me forçait à faire le pas vers elle. Tout en l’observant, je préparais mon discours pour l’aborder mais j’ai hésité trop longtemps. Elle avait déjà quitté le magasin. J’ai laissé filer une belle occasion.

Quand j’ai scanné les deux pellicules, j’ai repensé à cette fille. Elle était parfaite comme modèle. Peut-être que la prochaine fois je saisirai ma chance.

Tourcoing – artistes en pyjamas – tirage noir et blanc 18 x 24 cm

artistes-en-pyjamas-tourcoing-photo-nb

Je ne mets pas souvent les pieds à Tourcoing. J’ai encore trop de mauvais souvenirs dans cette ville. C’est là que mon associée et moi même avons créé notre entreprise. La banque ne nous a pas vraiment fait de cadeau. L’arrêt définitif de notre petite société d’édition a été difficile à vivre. Je n’ai conservé aucun contact avec les artistes. Je sais que certains auteurs étaient déçus de ne pouvoir continuer l’aventure avec nous. Je reviendrai dans le centre de Tourcoing pour le prochain festival des arts de la rue.

Pellicule Kodak BW400CN développée comme une pellicule couleur, numérisée puis imprimée sur papier Canson Baryta.

Photographe : se remettre en question