Photographiez pour vous et non pour les autres

Photographie argentique imprimée - Papillons 20x30 II

Récemment, je fus interloqué par les paroles sévères d’un individu qui s’indignait de la présence dans les galeries parisiennes d’un certain type de photographies noir et blanc réalisées au Holga. Il désignait en l’occurrence le travail d’un photographe sur le point d’être exposé dans une galerie et qualifiait ses photos de « merde ». Je comprends que l’on puisse ne pas aimer le style flou poétique que l’on voit de plus en plus souvent en format carré rendant les scènes photographiées incertaines et énigmatiques. Je comprends que ce genre d’images puisse lasser à force, mais de là à parler de …

Les photographies incriminées étaient tout à fait honorables. De plus, le photographe en question avait été mis à l’honneur dans Réponses Photo. Du coup, je suis allé voir le portfolio du critique d’art du dimanche pour comprendre qui il est. Je tombe sur des photos numériques sur le même thème mais dans un style maladroit, très amateur, sans âme, sans intérêt sur le plan visuel, avec une désaturation désastreuse en guise de noir et blanc. Cette personne a tout à apprendre de la photographie, vraiment tout. Comment peut-on porter un jugement aussi dur à l’égard d’un photographe reconnu en ne comprenant rien à la photo ? Cela dit, même si la critique venait d’un génie de la photo, je m’interrogerais quand même sur les motivations derrière une critique aussi acerbe.

On peut vous critiquer sur votre façon de traiter vos sujets photo. Soit. Nous n’avons pas tous le même regard et la même expérience mais on ne peut pas vous reprocher de choisir tel ou tel sujet. Un thème, un sujet, cela se discute. C’est avant tout une histoire de goût. Ne déviez pas d’un iota de vos objectifs et de ce qui vous tient à cœur juste pour entrer dans le rang et suivre la tendance du moment. N’allez pas faire du bokeh parce que c’est la mode du bokeh. Cela n’a pas de sens. Ne vous forcez pas non plus à photographier des inconnus dans la rue uniquement pour récolter des « Wow ! » sur votre compte 500px ou votre blog et parce que tout le monde ne jure que par la street photography.

Parfois, c’est le style de vos photographies que l’on remet en cause. Prenez note des remarques quand elles sont étayées par des arguments solides surtout si elles proviennent de photographes expérimentés et talentueux. Faites attention à ne pas reproduire les mêmes erreurs. Par contre, ne tenez pas compte des attaques gratuites de photographes jaloux ou frustrés n’ayant aucun sens critique. Il arrive que des commentaires cinglants blessent notre orgueil. C’est tout naturel. Nous sommes des êtres sensibles. Mais n’abandonnez pas pour autant les idées auxquelles vous croyez dur comme fer. Essayez plutôt de vous remettre en question, d’avoir une approche différente.

Je m’interroge. Pourquoi un tel comportement ? J’ai le sentiment que de plus en plus de personnes espèrent se faire passer pour des esthètes en critiquant à tort et à travers tout ce qui ne leur plaît pas. Bien souvent, ce sont des gens en perpétuelle quête de popularité s’efforçant d’attirer toujours plus fans sur les réseaux sociaux. Cracher sur le travail d’un auteur photographe ne fait pas d’eux des experts. Ils s’imaginent être des artistes et veulent se positionner en tant que tel en descendant en flamme le travail des autres. Oui, je sais, aujourd’hui beaucoup de jeunes et moins jeunes veulent être populaires à tout prix et internet est devenu un défouloir gigantesque.

Si vos images ne remportent pas le succès que vous espériez, peu importe, persévérez. Composez et créez pour vous tout en étant exigeant avec vous-mêmes. Vous serez plus fort si vous vous démarquez et développez toute une série de photos sur le thème qui vous motive vraiment. En photographiant avec sincérité, vous serez plus vite reconnu qu’en voulant copier bêtement les tendances actuelles. Soyez vous-mêmes. Pratiquez la photo que vous aimez et non pour plaire aux autres. Les projets très personnels sont souvent à l’origine de belles réussites.

Pour être honnête avec vous, je ne suis pas mieux armé que quiconque. J’ai moi aussi besoin de reconnaissance et je ne suis jamais réellement sûr de moi. C’est facile d’affirmer qu’il faut persévérer, de tenir le cap même quand on est à contre-courant. Mais, il arrive que le doute s’installe et on est tenté de céder à la facilité en suivant le flux des dernières tendances juste pour obtenir un peu de reconnaissance et quelques « j’aime » en plus. Les étoiles et les bons points font du bien à notre égo mais ne nous aident pas à avancer.

Histoires de photos.

7 réflexions sur “Photographiez pour vous et non pour les autres

  1. Je te rejoins sur l’idée d’essayer d’avoir un projet et de le faire vivre même si les autres n’accrochent pas … Je trouve tellement stupide de critiquer un portfolio sans émettre d’idée positive pour en améliorer le concept.
    Comme j’ai bien compris que ta quête de reconnaissance est très importante je t’ai collé un « j’aime » 😉

  2. Que dire d’un « artiste » complètement fermé aux travaux des autres ? Des gens dont l’ouverture d’esprit est censé donner exemples, par ces simples mots, se réduisent à l’état de simples photographes du dimanche, qu’eux même vont critiquer. Il est sûr que desfois nous sommes complètement insensibles à certaines photos, mais peut-on vraiment juger quelqu’un qui a tout de même effectué son travail, qui à son réseau, qui s’est fait connaitre, bref, qui a réussi à « percer », et à exposer ? Qui sommes nous pour juger de tout ça de manière aussi radicale? Pour moi, c’est surtout une question de respect.

  3. Cher MonsterFred, il faut garder le cap et faire ce qu’on aime. Laissons les aigreurs s’exprimer et ne prenons que ce qui nous permet d’avancer!

  4. Bienvenue dans la tristement célèbre heure du « m’as tu vu? ». Comme vous le dites si bien de nos jours se faire connaitre sur le net et récolter le plus de « j’aime » possible est devenu une sorte de course sans fin quitte à faire ce que les autres attendent de nous et pas forcément ce que nous aimerions.
    Heureusement que le net a aussi ses bons côtés et notamment celui de faire découvrir des artistes plein de talent, de partager, d’échanger nos points de vue de façon constructive.

    Gardons les yeux ouverts et continuons à photographier ce qui nous chante car c’est cela qui rend heureux.

  5. Tout est dans le titre. Qu’ajouter ? Toute création artistique est la rencontre de deux subjectivités. Je ne lis donc jamais les critiques, bonnes ou mauvaises, que d’un œil détaché… pour éviter d’ébranler ma propre subjectivité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s