Photographie de rue en noir et blanc à l’ancienne

photographie de rue en noir et blanc à l'ancienne à Lille

Bientôt on ne verra plus de photos à la Vivian Maier ou à la Doisneau. Cette époque est révolue. La photo humaniste n’est plus du goût des galeries et des éditeurs, sauf quand il s’agit de photos d’époque signées par nos chers photographes disparus. Dorénavant, on parle de street photography, éventuellement de photographie urbaine. Le style et les effets ont pris l’ascendant sur le sujet humain. Il faut des couleurs claquantes, des contrastes terribles et des ombres qui découpent à l’emporte pièce les images. Les scènes banales ont disparues du catalogue des photographes actuels. Le mouvement et la complexité des déplacements des passants ont remplacé les silhouettes attachantes d’autrefois.

7 réactions sur “Photographie de rue en noir et blanc à l’ancienne

  1. Ces photos là sont le témoignage de l’époque dans laquelle elles sont faite.C’est bien dommage si ça disparaît. Mais je ne crois pas. Peut-être le style change, et on peut le regretter, ou pas. Mais la photo humaniste, même si elle n’est plus du gout des galeries et des éditeurs, perdure ,je crois.
    Un autre problème soulevé par ce genre, c’est le droit à l’image. Si on en avait parlé autant à l’époque de Doisneau et les autres, on aurait pas les trésors qu’ils nous ont laissé… Heureusement, des photographes comme toi pratiquent encore ce genre.

    • Le droit à l’image est devenu un faux problème maintenant me semble-t-il. Le droit de création artistique et le droit à l’information ont juridiquement repris le dessus sur le droit à l’image en cas de litige. Le demandant doit prouver qu’il a subit un préjudice réel suite à la divulgation de la photographie. C’est une conséquence des nombreux abus de ces 20 dernières années qui ne poursuivaient qu’un seul but, faire de l’argent facile sur le dos des photographes et autres journalistes.

  2. C’est tellement vrai. La photographie humaniste a été remplacée par la photographie décorative. Même si j’en fais aussi de temps en temps (de la photographie décorative), c’est la photographie humaniste qui me « pousse » dehors avec ma camera. Je ne perds pas espoir, il y en a encore quelques-uns qui font comme moi. Ce qui m’inquiète le plus c’est la méfiance de plus en plus forte des gens vis-à -vis de la photographie de rue. C’est elle et les lois de plus en plus dures qui vont avoir raison de la photographie humaniste et qui vont finir par tuer la mémoire de l’Homme.

    • « Ce qui m’inquiète le plus c’est la méfiance de plus en plus forte des gens vis-à -vis de la photographie de rue »
      Merci de parler de photographie de rue! Je vois tellement le monde parler de ‘street photo’ avec des airs entendus en y mêlant du tout et n’importe quoi que ça en devient un peu pénible … 🙂
      Quant à la méfiance, elle devient de plus en plus forte avec la surconsommation du numérique… Les gens en ont un peu ras le bol de se faire cliquer le portrait pour un oui ou pour un non.
      L’esprit photo n’est plus le même …

  3. Je ne suis pas d’accord. C’est un peu trop généralisé et surtout abordé, à mon sens, trop succinctement.
    Certes il y a toujours les amoureux des vieilles images, dont nous faisons parti évidemment, mais la photographie n’a pas changée, elle s’est juste épanouie. Et je ne parle pas que du numérique, mais également de l’arrivée de la couleur dans les appareils de nos grands-pères. D’autres possibilités, d’autres horizons, mais le style abordé de la photo humaniste existe toujours, ou plutôt elle aussi a évolué. D’ailleurs, je pense que c’était plus les photographes qui étaient humanistes, avec un mode de pensées d’après-guerre, plus que les images. Elles n’étaient au final que leurs expressions de l’époque… mais aujourd’hui on est plutôt, comme tu le dis, dans la photo du rue, urbaine, humaine… Je ne me considère pas comme humaniste, et ma façon d’aborder ce genre d’images n’est surement pas le reflet de ce dans quoi j’ai pu baigner plus jeune (principalement Doisneau en ce qui me concerne) ni même une façon de faire subsister leur « style » (?) mais bien ma façon d’aborder et de capturer les images qui se présentent à moi et de m’interroger sur la place des personnages qui habitent nos images telles des fragments d’histoires volées, enjolivées par la pensée de ceux qui les regardent.

  4. Je rejoins Raphael sur le fait que c’était la vision d’artistes sur leur époque, comme la photo de rue actuelle est une vision de la notre.

    La photo humaniste tel qu’on la connait est avant tout le reflet de l’après guerre, la photo de rue humaniste actuelle montre bien l’humain dans son environnement ainsi que ses joies et ses peines. Je trouve qu’elle représente bien notre époque actuelle : plein de couleurs, de voyeurisme, de paraître sans grand chose derrière.

    A propos du N&B il est très loin d’avoir disparu de ce style photographique, je trouve que depuis quelques temps elle revient au contraire en force du côté des amateurs et de quelques pro.

    Bonnes photos à vous,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s