Balade photographique à Gand

Gand - tirage papier

Ce samedi après-midi, je photographie la ville de Gand en noir et blanc.

Je retourne enfin à Gand avec un grand plaisir. Je n’ai pas mis les pieds dans cette ville magnifique depuis quelques années. Je vais bientôt préparer la sacoche et choisir le matériel. J’hésite encore entre un reflex argentique Canon accompagné d’un zoom 28-105, très polyvalent pour saisir les scènes urbaines, et le 24×36 Olympus OM avec son 35 mm F/2.8, plus léger et plus discret. Je dis toujours que la ville se traduit plus facilement au grand angle mais rien n’interdit de prendre un petit télé si on cherche à isoler des détails intéressants sur les façades des immeubles par exemple. Le Canon EF 28-105 est appréciable dans ce contexte et reste de taille modeste comparé aux zooms 70-300.

Lire la suite

Les prochaines photos de mariage seront argentiques

Les futurs mariés ont souhaité des photos noir et blanc argentiques.

A mon grand étonnement, je suis invité à un mariage dans le Pas-de-Calais par un couple que je ne connaissais pas, juste pour réaliser quelques photos noir et blanc argentiques.
En fait, ce sont les connaissances d’un ami qui leur a suggéré mes services. Ils sont venus visiter le blog Histoires de photos et apparemment, ils ont été séduits par mon travail en noir et blanc classique. Les futurs mariés souhaitent ma présence aux vins d’honneur en tant que photographe non-officiel. Ils m’ont demandé de réaliser quelques portraits en noir et blanc argentique pour cette seule partie du mariage. J’aurai donc deux à trois heures à consacrer à la séance photo. Ensuite, j’aurai la liberté de prendre un verre et déguster quelques canapés si les convives m’en laissent un peu.
Le reportage photo, lui, sera assuré de bout en bout en numérique par un cousin de la famille puisque les fiancés n’ont pas le budget pour engager un professionnel toute une journée. Je ne sais pas s’il sera en mesure d’assumer cette responsabilité et je me demande s’il a bien conscience qu’il ne pourra pas profiter de cette journée comme tout un chacun. En tout cas, cela n’a pas l’air d’inquiéter les jeunes commanditaires. Un mariage est un moment important dans la vie d’un couple. Les temps forts de la mairie, de l’église et même des préparatifs ne doivent pas être loupés. Enfin, c’est leur choix et je le respecte.

Photographe de mariage à Lille

Pour ma part, je serai dédommagé pour les dépenses occasionnées (pellicules, développements et déplacement), mais je ne serai pas rémunéré. En quelque sorte, c’est un échange de bons procédés. Je rends service à un ami proche et je profite de l’occasion pour agrémenter mon portfolio de portraits de mariés. Lire la suite

Le rituel du dimanche matin : la préparation du sac photo

Photo de rue du dimanche matin - pellicule Kodak TX 400

Le petit plaisir du dimanche matin commence par le choix d’un sac photo et d’un appareil.

Depuis quelques années, c’est devenu un petit rituel. Après un bon café fort et un solide petit déjeuner, je prépare un sac photo. Cela fait partie du plaisir du dimanche matin. Je choisis l’une des trois sacoches en fonction du type de photos que j’ai prévu de réaliser et du terrain de jeu ciblé. Si j’ai prévu d’assister à un spectacle de rue ou un événement majeur de la région, je prends le sac d’épaule pour pouvoir y glisser l’EOS 3, deux objectifs, un flash cobra, les pares-soleil et les accessoires de nettoyage des objectifs. Il est solide et offre une bonne protection contre les chocs. C’est utile quand on aime aller au contact. Quand je pars en expédition pour la journée et que j’ai besoin d’emporter un peu plus d’équipement photo, c’est le sac à dos de type trekker qui est privilégié. A l’intérieur, je peux ranger deux boîtiers, trois objectifs, des pellicules à gogo, des filtres, un vêtement de pluie, une gourde et un maximum d’accessoires. Il n’est pas étanche mais dispose d’une protection anti-pluie que l’on déploie en cas de besoin. C’est suffisant. Lire la suite

La photographie argentique – avec quel appareil ? Deuxième partie

Dans le billet précédent, la photographie argentique – avec quel appareil ? , je disais que l’on ne parle pas assez de certaines marques d’appareils photo argentique. Je sais que certains photographes aimeraient apprendre à travailler l’argentique avec un boîtier sérieux et pas cher mais sans faire de compromis sur la qualité. Ces appareils existent, on en trouve encore quelques uns sur la Baie et sur le bon coin. Malheureusement, les générations numériques et ceux qui n’ont connu que le Canon AE1 n’ont aucune référence en tête mis à part les célèbres marques allemandes dont le prix même justifié en freine plus d’un. C’est pourquoi, j’avais envie de vous faire part de mes coups de cœur en espérant pouvoir de temps en temps vous guider vers un appareil photo.

Agfa APX 100

Entre les bijoux de haute précision et les boîtes à clic archaïques, il existe toute une série d’appareils photo très intéressants et à des prix abordables.

On vient régulièrement m’interroger sur tel ou tel appareil, mais malheureusement, je ne les connais pas tous. D’autant plus que je suis resté fidèle au format 24 x 36 et en argentique, les formats peuvent être différents d’un modèle à l’autre. Certains boîtiers, peu connus du grand public, procurent un réel plaisir à pratiquer la photographie argentique. Je pense notamment aux moyens formats comme le Bronica, le Yashica Mat 124, Rolleicord, Kiev, Fuji 645. Pour ceux qui se demandent, ce sont entre autre les boîtiers que l’on plaque sur le ventre pour pouvoir viser. La définition est grossière mais je n’ai pas envie de rentrer dans le détail.

Si je devais à nouveau réaliser des portraits de mariés en argentique, je prendrais certainement un Pentacon Six Tl, le cousin, en quelque sorte, du célèbre Kiev 60 soviétique. C’est un boîtier étonnant qui n’a pas le look des moyens formats que l’on connaît tous. Il ressemble plus à un gros reflex argentique. Cet appareil a de sérieux atouts. Il est capable de délivrer des photos de très bonne qualité. Son objectif courant, le Zeiss Jena MC Biometar 2.8/80 lens est d’excellente facture et on peut lui associer bon nombres d’objectifs dont les fameux Carl Zeiss Jena. Fabriqué en Allemagne de l’Est, le Pentacon Six Tl permet de monter au 1/1000 de seconde. Il dispose aussi d’un synchro TTL au flash, semblerait-il. Son prix d’occasion tourne aux alentours des 300 euros, un tarif raisonnable au regard de ses possibilités. Je n’ai encore jamais eu l’occasion de tenir en main un Pentacon Six Tl, mais d’après tout ce que j’ai pu lire sur le net, je suis déjà très intéressé par ce moyen format. Seul petit bémol, on peut parfois rencontrer des difficultés au moment du chargement de la bobine.

La photo présente ci-dessus est issue d’une pellicule 135 mm utilisée dans un reflex argentique. J’ai scanné la pellicule en pensant au moyen format. Je trouvais que le format carré convenait assez bien au sujet. Je dois avouer que je pense de plus en plus souvent à investir dans ce genre d’appareil. Le moyen format, c’est un autre état d’esprit que le reflex 24×36. On prend son temps et on compose différemment qu’avec un reflex. Avec le Pentacon Six Tl on pourra bien sûr réaliser toutes sortes de prises de vues et pas seulement du portrait. Si vous voulez en savoir un peu plus sur le Pentacon Six Tl, retrouvez les articles dans le blog : La cabine argentique.

Dernières traces de neige – photo noir et blanc argentique

Je voulais en finir avec les photos d’hiver. Je me suis empressé de scanner les dernières pellicules de neige fraîchement développées.

J’espère que cette fois-ci, c’est la bonne : la dernière des dernières offensives de l’hiver. Si on pouvait enfin reprendre la photo d’extérieur en manches courtes, ce serait une bonne chose pour le moral. Je crois que je vais classer vite fait bien fait les derniers scans des photos de neige, juste quelques mots-clés et deux ou trois clics dans les catégories via Adobe Bridge et le tour est joué. Cela m’étonnerait fort que l’on me demande des photos de paysages enneigés à l’approche du printemps, le vrai. Les images resteront planquées jusqu’au prochain hiver.