Plusieurs méthodes pour bien numériser un négatif noir et blanc

Numérisation argentique photo noir et blanc à scanner Agfa APX 100

Numérisation du négatif Agfa APX 100

Je prends du retard dans la numérisation de mes propres pellicules.

Je viens à peine de terminer une commande de scans de photos anciennes à reproduire sur papier Baryté que déjà je remets en route le scanner. Cette fois, je travaille pour moi. Les négatifs que je scanne ce matin sont des photos prises le mois dernier, vous imaginez le retard. La numérisation en haute résolution prend beaucoup de temps et ne s’arrête pas au scanner. Les retouches locales dans Photoshop sont quasi incontournables. Il reste toujours  plus ou moins des poussières à enlever. Ensuite, les réglages des contrastes et de la lumière sont de préférence affinés dans le logiciel de retouche. Je compte environ deux heures et demi pour une pellicule de 36 poses. J’admets que c’est un peu long. C’est du temps en moins pour la prise de vue. Et parfois, je reprends tout à zéro.

Lire la suite

La question du grain argentique et la netteté d’une photo

Diapositive Fuji Sensia numérisée

Pellicule Fuji Sensia 100

Cliquez sur la photo pour la visualiser en grand.

Question de Thomas concernant la qualité d’image des photographies argentiques numérisées.

Les images scannées qui illustrent les articles du blog Histoires de photos lui semblent nettes. Mais en petite taille, on peut difficilement se faire une idée. Qu’en est-il en grand format ? L’image est-elle dégradée ? Voit-on du bruit apparaître quand on scanne une pellicule ? Voilà en résumé les interrogations de Thomas. C’est vrai qu’il est difficile de se faire une opinion à partir d’une image de si petite taille. J’aurais pu répondre que pour moi la netteté me semble toujours suffisante quelque soit la photo et que je n’y prête guère attention sauf si le manque de netteté gêne la lecture de l’image. Non, la netteté d’une photo n’est pas mon principal souci et le grain encore moins. Mais je me dois d’apporter une réponse à ceux qui prennent la peine de m’écrire.

Lire la suite

Portrait couleur argentique – Kodak Ektar 100

Photographe portrait ado

Pellicule Kodak Ektar 100

Numérisation et retirage des anciennes photos de famille

Numérisation copie et retirage de vos anciennes photos papier

Ceci est le scan d’une photo argentique

Un travail au scanner très délicat.

Cette semaine, je vais être très occupé. Une dame de Grenoble m’a confié la reproduction en plusieurs exemplaires de vieilles photos de famille en noir et blanc. Le travail s’annonce délicat. Les photos des années 20 et d’avant sont particulièrement abîmées par le temps. Certaines sont presque en lambeaux. Je dois numériser photo par photo en prenant soin de ne pas endommager encore plus les tirages déjà déchirés. La numérisation passera obligatoirement par une restauration partielle des photos les plus abîmées, sans compter le dépoussiérage par le biais du logiciel. Les scans vont prendre trois fois plus de temps qu’une numérisation classique de photos papier ordinaires. Le jeu en vaut la chandelle, il y a des trésors photographiques dans ce que je dois reproduire. Les retirages vont être distribués à la famille lors des 50 ans de mariage des parents. Je vais mettre tout mon amour dans ce travail de précision. La numérisation fait aussi partie de mes passions autour de la photo argentique.

 

Photographier dans la rue au 21 mm ?

Il y avait de la photo de rue au programme ce dimanche matin.

J’ai parcouru les rues pavées du centre ville avec le petit 24×36 Olympus et le 35 mm. Contrairement à  mon habitude, j’ai surtout photographié les rues désertes. De temps en temps, je me suis autorisé une présence humaine dans le cadre. Pourtant habitué à cadrer de près au 35 mm, j’avais l’impression de devoir couper les passants en deux. Même avec un 28 mm, j’aurais été limité dans les ruelles étroites. Je n’avais pas assez de recul. Le grand angle était presque indispensable. J’ai dû m’abstenir de prendre la photo. De retour à la maison, je me suis dit qu’un 21 mm Zuiko aurait été préférable cette fois-ci. Lire la suite

L’expérimentation en photographie

Cours de photographie - Lille Béthune

La photographie est une perpétuelle expérimentation.

On essaie toujours plus ou moins de nouvelles choses, sans jamais être sûr d’avoir atteint son objectif, jusqu’au moment du développement de la pellicule. C’est aussi le côté captivant de la photo argentique que nous aimons. Et en terrain connu, le résultat n’est pas non plus toujours garanti. Même après vingt ans de pratique, il reste une part d’incertitude quand on a déclenché. Sur le moment, la prise de vue peut sembler réussie. Mais en observant les planches contact ou les scans de négatifs, on déchante. Ce que l’on aperçoit dans la réalité n’a pas systématiquement l’impact escompté sur la photo. Et là, je ne parle pas du cas de figure où un élément gênant en arrière-plan vient perturber la lecture de l’image ou au contraire quand une personne, surgissant dans le cadre, offre une force inattendue à la composition. Je ne parle pas non plus de la qualité de l’image sur le plan de la netteté, des couleurs ou de l’exposition, mais de la façon dont on traite le sujet.

Pellicule Agfa Vista – Des couleurs d’une autre époque

les amis des mariés vin d'honneur photo rétro argentique Béthune

Je vous assure que je n’ai rien fait pour obtenir ce rendu particulier dans les couleurs.

L’Agfa Vista a toujours été un mystère pour moi. J’ai testé la pellicule couleur et je l’ai très vite abandonnée, lui préférant les couleurs plus naturelles d’une Kodak. Je tombe par hasard sur cette photo prise en 2007. L’Agfa Vista 200 était bien notée lors de sa sortie et la presse spécialisée m’avait donné envie de la tester lors d’un mariage. Quand j’ai scanné cette pellicule pour la première fois, j’étais véritablement surpris par ses couleurs vintage, trop vintage à mon goût. A l’époque, je travaillais encore en numérique et je trouvais que l’on s’éloignait trop de la réalité avec l’Agfa Vista. Je n’ai peut-être pas fait ce qu’il fallait lors de la numérisation ou alors le développement n’était pas adapté. Toujours est-il que je n’ai pas aimé le contraste dur et les couleurs denses. C’est pourquoi, je ne l’ai jamais reprise par la suite. Aujourd’hui, j’ai changé d’avis. Je lui trouve un côté rétro sympa. Ici, on est bien en terrain argentique, mais sans Instagram, ni Lomo.

Si vous voulez voir d’autres types de films argentiques, allez voir l’article le choix d’une pellicule.

Barge industrielle – Tirage noir et blanc

Vente de photographies noir et blanc format carré

Photographie argentique noir et blanc en vente – Impression sur papier Mat Archival 192 grs.

Pour cadre 30 x 40 cm

Prix :  55 €

photo noir et blanc à l'ancienne - barge industrielle années

Couple Heureux – Photographie en noir et blanc argentique

TMAX 400 numérisée - Photographie de rue

Pellicule Kodak TMAX 400

Loopings – Photographie noir et blanc argentique

Achat vente de photographies noir et blanc

Pentax P30n – 28 mm – Pellicule Rollei

C’était un dimanche, j’étais venu photographier les berges du canal avec le Pentax et son 28 mm. Des avions faisaient une démonstration d’acrobaties dans le ciel. J’ai trouvé rigolo de les prendre en photo avec un objectif grand angle. On devine à peine les deux minuscules biplans.

Derrière une vitre – photographie noir et blanc argentique – Kodak TMAX 100

Kodak Tmax 100

Pellicule Kodak tmax 100

C’est la dernière pellicule Kodak TMAX en 100 ISO que je numérise.

A partir d’aujourd’hui, je me limite à trois, voire deux sortes de négatifs noir et blanc. Habituellement, des pellicules de marques différentes se côtoient dans la sacoche : Kodak, Ilford, Fuji, Rollei… Quand on me demande pour quel usage je choisis telle ou telle pellicule, j’essaie de justifier une utilisation pour chacune d’entre elles. Or, dans la rue, je photographie aussi bien avec de la HP5 que de la Tri-X, de la Rollei ou encore de la TMAX. Il en va de même pour le portrait. En fait, aujourd’hui je les emploie indifféremment en fonction des stocks restants et des sensibilités disponibles et moins en fonction de leur particularité. Avant, quand j’avais encore la possibilité d’acheter un négatif pour chaque type de photo, je choisissais une émulsion comme on choisit un plat au restaurant parmi une dizaine qui nous font envie. Les prix baissent à partir de dix unités, alors je commande une seule gamme à la fois mais par lots de dix. Je les aime toutes mais je préfère rationaliser les achats.

Du coup, j’ai remplacé la TMAX en 100 ISO par l’APX 100 de chez Agfa, pour une question de coût. L’Agfa est 30 à 40% moins chère. J’apprécie la TMAX pour son grain très fin. C’était aussi un atout pour la numérisation et les agrandissements. Mais actuellement je ne l’exploite pas réellement pour la finesse des images mais plutôt pour travailler en vitesses lentes et/ou avec une très faible profondeur de champ. L’Agfa remplit tout aussi bien cette fonction. J’aimais beaucoup la Rollei retro 100 qui en fait était une APX 100. Le prix de la Rollei était vraiment très intéressant. Malheureusement, elle n’est plus distribuée. Il reste encore des stocks en Agfa et j’espère pour quelque temps encore. Ce film noir et blanc délivre des nuances grises bien denses comme j’aime. L’Agfa prendra donc la place de la TMAX.

L’autre solution pour faire des économies consiste à acheter du film au mètre et de constituer soi-même les bobines : Vous avez dit bobineuse ? .

Blog photo argentique – Nord

Le coureur – Photographie noir et blanc argentique

Le coureur

Je me suis dégourdi les jambes en marchant le long du canal. Je n’espérais pas faire des photos originales sur ce parcours que je connais trop bien. Mais, j’ai eu l’occasion de sortir le 24×36 Olympus de la sacoche à trois reprises. Les sujets que j’ai choisi n’étaient pas extraordinaires mais j’avais envie de faire avancer le levier d’armement. L’afficheur qui indique le nombre de vues effectuées est longtemps resté bloqué à la moitié de la pellicule. Je n’avais pas photographié avec ce boîtier depuis cinq jours. Je m’étais pourtant promis d’accélérer la cadence. D’autant plus que je veux être sûr que tout fonctionne bien. J’aimerais donc scanner la pellicule rapidement et voir le résultat. Lire la suite

Entrée interdite au photographe

defense de fumer - entree interdite- tirage 24x36
Il y a des lieux qui attisent la curiosité du photographe. Le fait que l’entrée soit interdite renforce l’envie de faire une visite.

Dans la rue – Photographies noir et blanc argentiques

Matériel photo utilisé

Les photos ci-dessous ont été prises avec des reflex argentiques 24×36 : Canon EOS3, EOS 30V et Pentax P30n. Les négatifs noir et blanc sont des Kodak Tri-X, TMAX 400, Ilford HP5 et Rollei Retro 100. Je numérise systématiquement tous les négatifs.

Photographie de rue avec le Canon EOS 30v Lire la suite

La photographie argentique – avec quel appareil ? Première partie

Quand on entend parler de photographie argentique, ce sont toujours les mêmes appareils photos qui sont mis en avant.

Les experts en photographie argentique font souvent référence à des boîtiers légendaires comme Rolleiflex, Leica ou Mamiya. Ce sont des appareils qui bénéficient d’une certaine aura auprès des connaisseurs et leur côte s’en ressent sur le marché de l’occasion. Les photographies qui circulent sur le net estampillées Leica M6 ont beaucoup de succès. Certes, les photographes qui ont choisi ce genre de matériel ne sont pas des débutants et ont en général une certaine maîtrise de la photographie argentique. Du coup, on pourrait croire que les bonnes photos argentiques ne sont possibles qu’avec des appareils haut de gamme destinés à une élite. Quant aux pauvres photographes lambdas, ils n’ont pas d’autre choix que de se satisfaire de vulgaires boîtiers bruyants et imprécis. Lire la suite

Combien faut-il de prises de vues pour faire une bonne photo ?

Faut-il déclencher dix fois, cent fois, mille fois… avant d’obtenir une bonne photo ? Un bon photographe fait-il mouche à chaque fois ?
Je ne me posais pas la question il y a quelques années. J’ai toujours photographié en essayant d’avancer et en faisant abstraction de la quantité de négatifs gâchés. Mais depuis quelque temps, je ne fais rien de bon. Alors, je m’interroge.
Bien sûr, tout dépend de la situation, du sujet, de l’expérience du photographe, de sa motivation et de sa manière de travailler. C’est un vaste sujet sur lequel on pourrait débattre pendant des heures et des heures. Mais une chose est sûre en ce qui me concerne : après vingt ans de pratique et plus de 45 000 images, je constate que mes photos sont de moins en moins souvent bonnes.

Kodak NB - 116 Lire la suite

Photographie argentique – Le chemin du canal – Vente de tirages noir et blanc 30 x 40

Vente Photo noir et blanc déco intérieure Canal

Belgique – Le canal de Damme

Photographie argentique – Tirage Fine Art

Photographie imprimée sur papier Baryté Canson Baryta ou Ilford Gold Fibre Silk. Je réalise moi-même les tirages sur imprimante professionnelle EPSON avec encres Ultrachrome K3. Ce procédé d’impression assure une grande longévité aux tirages. J’attache une grande importance à la qualité du travail, si jamais vous étiez déçu, j’accepte volontiers le retour.

Vente de photographies noir et blanc en séries limités.

FORMAT 30 x 40 Prix : 55

FORMAT 20 x 30 Prix : 35

Je numérise les négatifs couleur de l’an passé

pellicule Kodak Gold 200 distillerie.jpg

Les couleurs des pellicules argentiques sont-elles vraiment moins belles que celles d’un appareil photo numérique ?

Un ami photographe m’avait offert ses anciens négatifs Kodak Gold dont il ne se servait plus. Il a conservé son Nikon F80 mais ne pratique plus la photo argentique depuis longtemps. Pour lui, la photo argentique couleur est dépassée. Les couleurs ne sont jamais aussi intenses et justes qu’en numérique, selon lui. Il en avait assez des couleurs délavées et des teintes qui dérapent. Aujourd’hui, il a le sentiment d’avoir un réel contrôle sur les couleurs et leur saturation grâce au logiciel de traitement d’images RAW. Il n’a pas tort mais il faut tout de même relativiser. Sans être à la hauteur des négatifs professionnels comme les Kodak Portra et Fuji pro, la Gold est une pellicule qui se défend bien en termes de couleurs. La finesse d’image ne vaut pas celle d’un numérique mais si on n’envisage pas de faire des agrandissements géants, cette pellicule est capable de restituer les couleurs chaleureuses de l’été. Si j’avais un voyage à effectuer dans une région du monde complètement reculée, j’emporterai sans doute un reflex argentique léger et tout un lot de pellicules couleur Kodak et Fuji, en plus de mes pellicules fétiches en noir et blanc.

Lire la suite