Kodak Tri-X et carnet de note

Scouts de France

Canon EOS 30v, 50 mm F1,4 et Kodak Tri-X

Les deux accessoires les plus importants dans mon sac photo :

les pellicules et le carnet.

Je n’ai pas de mémoire. Alors, je note mes idées de photos sur un carnet.

Lire la suite

Comprendre le fonctionnement de son reflex numérique

Portrait de jeune fille en numérique

Mon ami Philippe s’est offert un Canon EOS 650D à Noël.

Grâce à son tout nouveau Canon EOS 650D, Philippe est bien décidé à améliorer sa pratique de la photo. Il en parlait depuis longtemps et la lecture du blog Histoires de photos l’a incité à devenir maître de ses images et ne plus subir les limites d’un compact qui laisse peu de place à la créativité. En s’engageant sur la voie du reflex numérique, il espère surtout faire de plus beaux portraits. Le petit Sony qu’il utilise depuis deux ans délivre des images de bonne qualité mais ne correspond plus à ses attentes. Dans certaines situations, le compact patine et ne sait plus ce qu’il doit faire. Parfois la mise au point est impossible surtout quand il fait sombre. Les enfants doivent poser sinon les images sont floues, à priori, il déteste les enfants qui ne tiennent pas en place. Et quand il s’agit de prendre des photos de loin d’un sujet en mouvement, cela devient le parcours du combattant. Bref, Philippe en a assez d’être tributaire d’une électronique capricieuse. Il a bien raison de s’équiper d’un reflex.

Mon ami savait qu’il pouvait compter sur moi pour lui expliquer le fonctionnement du 650D. Seulement voilà, il ne soupçonnait pas l’existence de toutes les fonctionnalités du Canon EOS 650D. Il découvre un ordinateur de bord offrant tellement de subtilités dans les modes de prises de vue, qu’il se dit perdu. Le manuel fourni avec l’appareil semble clair mais des zones d’ombres apparaissent quand on se retrouve sur le terrain devant la multitude de cas particuliers, sans compter les possibilités de personnalisation du boîtier et les réglages fins aux noms barbares proposés dans le menu. Quand on débute avec un reflex numérique, on peut se sentir frustré de ne pas comprendre à quoi servent tous ces réglages. On pourrait à la rigueur se contenter des modes programmes élémentaires qui théoriquement doivent répondre à toutes les situations mais le photographe, même débutant, n’a pas le sentiment de choisir lui même son style d’images. Comment dois-je faire si je veux une ambiance sombre ou au contraire très claire alors qu’en tout automatique le reflex s’acharne à vouloir exposer dans la moyenne ?

L’EOS 650D est capable de délivrer des images d’excellente qualité, tout comme ses confrères des marques concurrentes. D’ailleurs, on entend souvent des personnes ignorant tout de la photographie affirmer que les images sont forcément belles avec un bon appareil. Mais il ne faut pas confondre qualité d’image et bonne photo. Pour déjouer les pièges de la lumière, il ne faut pas se contenter des automatismes. Et les boîtiers numériques modernes ont beau être de plus en plus intelligents, ils ne sont pas pour autant capables de penser à votre place. Je ne parle même pas de l’art de photographier. Savoir cadrer, trouver un bon angle et une bonne distance avec le sujet, choisir sa lumière et décider du bon moment pour déclencher sont des aptitudes que l’on acquiert avec le temps, l’obstination, l’esprit ouvert et en ayant un minimum de sensibilité artistique et de culture. Non, techniquement parlant, il y a pas mal de choses à apprendre sur son reflex et sa la façon dont il réagit en cas de forts contrastes, de contre-jour, de manque de lumière etc…

Grâce à des exemples pratiques, Philippe a compris les avantages d’une bonne utilisation du mode priorité ouverture, de la mémorisation de l’exposition et aussi du mode priorité vitesse, souvent oublié par les débutants. Philippe est un bon élève et cherche à assimiler dosage des vitesses, intensité du flash et ISO. la sous exposition et la sur-exposition sont des notions un peu plus difficiles à appréhender mais il trouvera ses marques petit à petit. Par la suite, avec une pratique régulière, il saura exploiter tout le potentiel de son reflex parce qu’il en a la volonté. Avec un reflex comme le 650D, se serait dommage de le laisser décider à votre place.

Cours individuel de photographie à Lille et sa région.

Olympus argentique et pellicule noir et blanc pour la photo de rue

Lecture tirage noir et blanc argentique

Je me suis déniché un Olympus argentique pour remplacer le Pentax. J’ai toujours eu besoin d’un appareil compact qui puisse m’accompagner partout dans mes déplacements. Je l’utiliserai essentiellement en ville ou quand je rends visite à des amis, comme avant. Au départ, je m’étais orienté vers un Olympus de la série OM1 voire OM2. Je connaissais bien l’OM2n et j’en étais très satisfait. Étrangement, il est maintenant difficile de trouver un OM1n ou un OM2n à moins de 100 euros. Depuis un an, la côte de ces appareils photo a considérablement grimpé. C’est comme si tout le monde s’était passé le mot. Certains boîtiers métalliques sont très appréciés des connaisseurs et les OM de chez Olympus ont une bonne réputation. Lire la suite

Ambiances de Noël le soir en argentique

Ambiances de Noël le soir en argentique - Photo couleur Lille

Lille – Fuji X-TRA 400

L’année dernière, j’avais photographié le centre ville de Lille et ses illuminations de Noël avec de la Fuji Xtra-400. Les couleurs semblaient un peu délavées. Pas étonnant, la pellicule était périmée. Le résultat ne me convenait pas particulièrement mais je les ai quand même publiées sur le net. Et apparemment, beaucoup de personnes ont apprécié celle-ci. Je ne sais pas pourquoi, peut-être à cause de son style rétro. On m’avait demandé avec quel logiciel la photo avait été traitée pour obtenir ce rendu argentique vieillot. Ceci expliquerait cela.

Parfois, des images à prime abord banales accrochent l’œil à cause de leur style. Ici le rendu est complètement involontaire et si je voulais rééditer ce genre d’image, rien ne le garantit, même avec une pellicule identique. Le résultat est souvent aléatoire avec une pellicule périmée. Mais cela vaut la peine d’essayer. Au lieu de jeter les vieilles pellicules, ce n’est pas inutile de les conserver juste pour photographier les ambiances du soir quand les dernières lueurs du jour et les lumières artificielles se mélangent. Les couleurs décalées donnent un style parfois intéressant.

Comment photographier dans un intérieur sombre ?

Tmax 100

Pellicule Kodak TMAX 100

Photographier avec une pellicule 100 ISO, sans flash, dans un intérieur sombre n’est pas forcément une gageure.

Les photographes d’aujourd’hui se reposent sur les prouesses technologiques de leur capteur numérique. Les boîtiers modernes s’adaptent intelligemment à toutes les situations et surtout se comportent comme de vrais hiboux dans le noir. Ils sont capables de détecter le moindre photon de lumière. Autrefois, le photographe du dimanche connaissait l’existence des pellicules Kodak, Fuji … conçues pour photographier par temps couvert grâce aux 400 ISO. De nos jours, le photographe débutant sait qu’il pourra aisément compter sur les 3200 ISO de son Canon, Nikon, Fuji ou Pentax. Les mieux équipés ont la chance d’opérer à des vitesses rapides même au clair de lune. C’est une aide précieuse dans beaucoup de situations : photos de concerts, photos de sports en salle, photos de mariage dans une église et j’en oublie certainement. L’extrême sensibilité des capteurs numériques comparée à une pellicule permet de se dispenser du flash même dans une pièce sombre. Lire la suite